Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Des vies

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Jean-Jacques Goldman
Compositeur : Jean-Jacques Goldman
Editée par : Editions J.R.G.

Version originale
Année : 1993
Interprétée par : Fredericks - Goldman - Jones
Distribuée par : Columbia / Sony Music

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
1993 Fredericks - Goldman - Jones CD Rouge COL 474 955-2
1994 Fredericks - Goldman - Jones K7 2 titres COL 660 580-4
1994 Fredericks - Goldman - Jones CD 2 titres COL 660 580-1
1994 Fredericks - Goldman - Jones CD 1 titre hors commerce SAMP 2221 non disponible.
1995 Fredericks - Goldman - Jones 2 K7 Du New Morning au Zénith COL 480 308-4
1995 Fredericks - Goldman - Jones 2 CD Du New Morning au Zénith COL 480 308-2
2000 Fredericks - Goldman - Jones CD Pluriel COL 498 835-2
2000 Fredericks - Goldman - Jones 8 CD Intégrale 1990-2000 CD3 COL 498 836-2
2000 Fredericks - Goldman - Jones 8 CD Intégrale 1990-2000 CD4 COL 498 836-2


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Aucune reprise connue.

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Aucune adaptation connue.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

ça fera un avocat, peut-être un notaire
Tradition de famille, du côté du père
S'il a des problèmes pour aller jusqu'en fac
Il ira quand même, y'a des boîtes à bac

Période rebelle entre quinze et dix-huit
Il dira des gros mots, il fumera du shit
Passage à l'acte : une amie de sa mère
Il aimera les docksides et Mark Knopfler

La soeur d'un voisin, flash, on s'aime, on se noce
Auto, un enfant trois quarts, roulez carrosse
Maîtresses, plusieurs, pas de plaisir sans gêne
Divorce, quarantaine, pour la même en plus jeune

Des vies, que des vies, pas les mieux, pas les pires
Des bas, des hauts, des cris, des sanglots, des feux, des désirs
Du temps qu'on aura cru saisir
Mais que restait-il à écrire ?
Des vies où l'on aura eu peu, si peu à choisir

Il s'ra chanteur de rap, joueur de basket
Boxeur, sprinter, G.I. peut-être
S'il a l'étincelle, mort ou dealer
Rien d'autre au menu de son quartier, sa soeur
Probablement mère à quinze ans, classique
T'échappes à la police, pas aux statistiques
Autre enfant d'la rue, né de père inconnu
Qui de bien entendu, compris ? On continue

De vrais oublis, de faux souvenirs
Des coups de sang, de coeur et souffrir et rire et plaisir
Des parties qu'on aura cru jouer
Lesquelles n'étaient pas programmées ?
Des vies où l'on aura eu peu, si peu à écrire

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu

"Je me souviens, lorsque j'étais étudiant, d'une étude sociologique sur le mariage. Ils avaient pris un village donné et tenté de marier les gens avec vingt ans d'avance sur l'événement probable, en fonction des origines, de la situation familiale, de la situation sociale, du nombre de frères et soeurs, du physique, de l'éducation, etc.

Quasiment, ce fut un sans faute. La petite Adeline, fille du notaire, se mariera probablement avec Jean-Claude, le fils du pharmacien. Même quartier, même école, tous les deux aînés de la famille, finiront par se rencontrer dans une soirée, persuadés de vivre une histoire exceptionnelle. La marge d'erreur est si faible. Et pourtant. Nous avons tous l'impression de vivre une vie d'exception. De choisir. On se pose des questions. On n'en dort pas des nuits entières. On part de chez nous. On s'exile au Guatemala. Tout ça, pour revenir, irrémédiablement attiré par une espèce de modèle dicté. Vie où l'a si peu à choisir. Bien sûr et heureusement, il y a des fils d'ouvriers qui deviennent ministres. Bon. Moi, je me suis marié avec la voisine."

Jean-Jacques Goldman
Commentaire du livre "Rouge"


BOBIGNY. Le viol d'une lycéenne comme "épreuve obligatoire".

Une lycéenne de 15 ans a été violée à plusieurs reprises par cinq personnes, dont trois lycéens, à la demande de son petit ami qui lui imposait ce viol pour entrer dans son organisation nommée "le Siège". Les cinq hommes, trois lycéens, mineurs, et deux adultes ages de 20 et 27 ans ont été arrêtés lundi par la brigade des mineurs. - Libération

GIRONDE. Un adolescent de 12 ans, qui devait redoubler sa 5è, se suicide.

Le jeune garçon venait de l'apprendre par ses professeurs. Très craintif, il aurait eu peur de l'annoncer lundi soir à ses parents. En l'absence de sa famille, il s'est saisi du fusil de chasse de son père, et s'est tiré un coup de fusil dans la tête. - Libération

CHALONS-SUR-MARNE. La mère de la petite Amandine retrouvée morte en prison. La jeune femme avait avoué le 18 mai le meurtre de sa fillette de 4 ans et demi à Epernay. Elle a été retrouvée sans vie, hier, dans sa cellule de la maison d'arrêt pour femme. - Libération

Extraits du livre "Rouge"


Londres. 6 h du mat. Exténués, fin du clip. Ce soir, concert à Bruxelles

Jean-Jacques Goldman
Livret de Pluriel


Thierry Baumann : J'aimerais savoir, à propos de ce titre qui m'a paru un petit peu sarcastique, Jean-Jacques, "des vies programmées", c'est un constat d'échec, c'est un petit peu un signal d'alarme ?

Jean-Jacques Goldman : C'est un constat oui. Il n'y a qu'une chose qui peut redistribuer ça, enfin, qui était censée redistribuer ça, c'était l'école, laïque et obligatoire mais on se rend compte maintenant que c'est une institution qui ne fonctionne plus et, à mon avis, il vaut mieux aller au Lycée Charlemagne ou au Lycée Louis-le-Grand à Paris qu'au truc Maurice Torez à Saint-Denis, si on veut avoir des chances de s'en sortir.

Thierry Baumann : Enfin, c'est vrai que le texte est quand même assez ironique, c'est peut-être le plus ironique peut-être, non, le plus, enfin, le côté amusant des choses ?

Jean-Jacques Goldman : L'ironie, ce n'est pas mon fort, donc effectivement, ce n'est pas difficile de trouver où est l'ironie.

Journée spéciale Fredericks Goldman Jones
O'FM, 29 décembre 1993


Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu

bientôt...

 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris