Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Juste quelques hommes

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Jean-Jacques Goldman
Compositeur : Jean-Jacques Goldman
Editée par : Editions J.R.G.

Version originale
Année : 1997
Interprétée par : Jean-Jacques Goldman
Distribuée par : Columbia / Sony Music

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
1997 Jean-Jacques Goldman K7 En passant COL 488791-4
1997 Jean-Jacques Goldman CD En passant COL 488791-2
1998 Jean-Jacques Goldman CD 2 titres COL 666 498-1
1998 Jean-Jacques Goldman CD En passant (Canada) CK91184 non disponible.
2000 Jean-Jacques Goldman 8 CD Intégrale 1990-2000 CD5 COL 498 836-2


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
2002 Gregorian CD Masters of Chant III Edel Records / Warner Music 5046620742

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Aucune adaptation connue.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

Après les brumes, où commence le ciel
Où les aigles reculent, où manque l'oxygène
Où les grands froids règnent même au soleil
Aux neiges éternelles
Où rien ne pousse, où les âmes s'éteignent
Où plus rien ne frissonne
Plus rien ni personne
Juste quelques hommes
Quelques hommes

Au fond des fonds aux entrailles des mers
Où les sirènes sombrent en leurs sombres repaires
Plus loin que loin, aux extrêmes des extrêmes
Où plus un être n'ose
Des astres éteints au sein des volcans même
Où les laves fusionnent
Ni rien, ni personne
Juste quelques hommes
Quelques hommes

Au plus sauvage, où renoncent les fauves
Dans les grands marécages où les humains pataugent
Au bout du mal, où tous les dieux nous quittent
Et nous abandonnent
Dans ces boues noires où même les diables hésitent
A genoux pardonnent
Juste quelques hommes
Quelques hommes justes
Quelques hommes justes

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu

Artist News : À la fin de cette chanson, "Juste quelques hommes" devient "Quelques hommes justes". Qui sont ces hommes que l'on ne trouve qu' "Après les brumes, où commence le ciel, où les aigles reculent, où manque l'oxygène" ?

Jean-Jacques Goldman : Il y a toujours des hommes pour aller voir au-delà des extrêmes : froid, chaleur, altitude, profondeur, ciel, océans. Et quelques-uns aussi pour racheter nos extrêmes sauvageries. Parfois médecins ou prêtres, mères, résistants. Quelques "justes".

Entretien avec Sony Music
Propos recueillis par Vincent Blaviel, Eric Ferrua et Philippe Bonnin
(c) Sony Music France août 1997


Dominique Souchier : Là j'ai choisi qu'on écoute ce matin peut-être une des chansons de l'album qu'on a pas encore beaucoup entendu : "Juste quelques hommes". Là vous n'avez pas commencé par les mots ?

Jean-Jacques Goldman : Je ne commence jamais par les mots.

Dominique Souchier : Même là ?

Jean-Jacques Goldman : Même là oui.

Dominique Souchier : Parce que là la version des mots est j'allais dire vitale dans la chanson !

Jean-Jacques Goldman : Absolument. Mais ça ce sont... Bon, peut-être, cette idée-là, je l'ai eue, elle était donc marquée mais après il fallait que je la case et c'est la mélodie qui allait définir de quelle façon ce texte-là allait apparaître.

Dominique Souchier : Cette idée-là... c'est-à-dire qu'au fond, là où il y a juste quelques hommes ce sont forcément des hommes justes, si j'ai bien compris, c'est un peu ça la chanson ?

Jean-Jacques Goldman : Non il y a... partout il y a juste quelques hommes, il existe aussi quelques hommes justes.

Dominique Souchier : C'est pas forcément les mêmes ?

Jean-Jacques Goldman : Non pas forcément.

Dominique Souchier : Je veux dire c'est pas forcément là où l'accès est difficile que se trouve la justice.

Jean-Jacques Goldman : Non, là c'est vraiment lié au dernier paragraphe, les premières strophes parlent des extrêmes physiques qui sont le grand nord, qui sont l'espace, qui sont le coeur des volcans, qui sont les grandes profondeurs ou les plus hauts sommets, on trouve (...) plus d'animal, on trouve plus de végétal et on trouve quelques hommes qui traînent là toujours.

Dominique Souchier : Juste quelques hommes.

Jean-Jacques Goldman : Juste quelques hommes. Et ensuite au fond de... aux extrêmes de l'horreur qui sont malheureusement l'exclusivité des hommes puisque les animaux vont pas jusqu'à ces souffrances ou ces cruautés, on trouve encore quelques hommes mais on trouve aussi quelques hommes justes.

(...)

Dominique Souchier : J'imagine quelque chose qui est peut-être complètement idiot vous allez me le dire, "juste quelques hommes quelques hommes justes", j'ai écouté et je me disais Johnny Hallyday pourrait peut-être le chanter ça ?

Jean-Jacques Goldman : Ben Johnny, il peut à peu près tout chanter parce que c'est un grand interprète, je sais pas s'il serait très convaincant et très crédible sur ce texte.

Dominique Souchier : Ouais, sur les paroles ?

Jean-Jacques Goldman : Oui.

Europe 1, 21 septembre 1997


Gilles Médioni : De quelle façon a surgi "Juste quelques hommes", un titre qui martèle : "Au bout du mal, où tous les dieux nous quittent et nous abandonnent (...) / Juste quelques hommes / Quelques hommes justes" ?

Jean-Jacques Goldman : Sans doute une image qui m'a marqué, peut-être un reportage sur le Grand Nord à la télé. A l'extrême de l'extrême dans le Grand Nord, les grands fonds, les forêts les plus touffues, même dans l'espace, on trouve toujours des hommes. Et jusqu'"au bout du mal". Oui, même au bout de l'horreur, il y a toujours un prêtre, une mère, un médecin, une mère Teresa pour essuyer un corps.

Goldman, un homme juste
L'Express, 25 septembre 1997


Mary-Claude Taillens : Dans "Juste quelques hommes", vous terminez en insistant sur "quelques hommes justes". Vous en connaissez ?

Jean-Jacques Goldman : Il y en a à tous les coins de rue. Malheureusement, dans les journaux et à la télévision, on parle plus souvent d'un pédophile qui s'évade que d'un juste. Je rencontre chaque jour des hommes qui accomplissent les tâches qu'ils se sont données, ceux-là sont des hommes de bien. Ils traversent leur temps, avec enthousiasme et droiture. Au cours du spectacle, j'évoque un instituteur que personne ne connaît et qui est un homme juste.

Goldman, juste quelqu'un de bien
Le Matin (Suisse), mardi 5 mai 1998


"Où plus rien ne frissonne / Plus rien ni personne / Juste quelques hommes".

Jean-Jacques Goldman : C'est une chanson sur le fait que les hommes peuvent être excessifs dans le bien comme dans le mal. Des hommes vont là où on ne peut pas aller. Certains passent leur vie - la référence c'est mère Teresa - à aider, à essuyer des malades. Le courage physique ne me paraît pas si extraordinaire. Un gars qui monte à huit mille mètres en quatre jours c'est très bien, c'est beaucoup pour lui mais ça n'a rien à voir avec les médecins qui vont chez les lépreux. Il en faut, mais moi je n'irais pas.

J'aurais pu rester dans mon magasin de sport et être heureux
Télé Moustique 3771, 06 mai 1998
Propos recueillis par Jean-Luc Cambier


Hervé Beaudis : Comment est née "Juste quelques hommes" ?

Jean-Jacques Goldman : Ben Peut-être en faisant de la plongée, par exemple. T'as toujours des gens qui discutent, des profs de plongée qui racontent qu'ils sont allés à 100 m, 200 m Puis après, tu vois un reportage sur l'Annapurna, tu te rends compte qu'il n'y a plus rien, plus un arbre, plus un animal, il y a des hommes qui se baladent, sans oxygène. En réfléchissant à ça, tu te dis, finalement, les hommes sont dans toutes les extrêmes possibles, au centre des volcans, dans l'espace Où on peut aller, il y a des hommes. Et ils sont aussi, malheureusement, dans les extrêmes, et de la sainteté, et de l'horreur.

Wit FM, 23 octobre 1997


Paul Ferrette : Penses-tu que dans un groupe d'hommes, il y en a toujours au moins un de bon et de juste, ou qu'il y a toujours un côté juste et bon dans chaque homme ?

Jean-Jacques Goldman : Ni l'un, ni l'autre ! Je crois, au contraire, que dans un groupe d'hommes, il y a toujours un mauvais. Et l'histoire de l'humanité nous montre que l'on a plus manqué de saints que de tortionnaires. Au départ, je suis parti de ces "extrémistes", ces hommes, toujours présents, dans les lieux extrêmes où les autres espèces, végétales, animales, ont renoncé. Ensuite, en écrivant la chanson, tu te dis que ce sont les hommes aussi qui vont le plus loin dans l'horreur, la cruauté mais aussi dans la sainteté. En fait, c'est une chanson sur nos excès, en bien ou en mal.

Paul Ferrette : Et sur le plan musical, ne semble-t-elle pas un peu "décalée" par rapport aux autres chansons de l'album ?

Jean-Jacques Goldman : Peut-être. Elle est plus "orchestrée", plus "électrique". Plus "planante" aussi. Eric (Benzi) et les guitares de Patrice Tison sont déterminants pour ces ambiances.

Livre de partitions de "En passant"
Hit Diffusion, juin 1998


Paul Ferrette : Tout de suite, cette chanson nous transporte dans d'immenses espaces. On vole, on plane, avec l'agréable sensation d'être dans un espace visité par Goldman.

Erick Benzi : Vu le sujet, on a voulu opposer la petitesse de l'homme à la grandeur des éléments qui nous entourent. Donc, des climats de synthétiseurs, des nappes, des infrabasses où la voix semble se perdre. Egalement, des nappes de guitares en écho. Des guitares déchirantes. Et aussi une petite percussion mécanique avec cette fameuse batterie électronique TR 808 (une référence chez Goldman). Des bruitages dans l'espace. C'est vrai, c'est très "Pinkfloydien", très planant.

Paul Ferrette : On le ressent parfaitement.

Erick Benzi : Alors c'est bon : pari gagné !

Paul Ferrette : Raconte-nous : comment naissent les sons, comment les rnémorises-tu, les travailles-tu ?

Erick Benzi : J'ai le problème de tous ceux qui travaillent beaucoup. Ils finissent par s'enfermer dans des systèmes pas toujours faciles à casser. En tout cas, cela dépend des artistes. J'ai toute une bibliothèque de sons. Des kits de sons que j'utilise comme base de travail. A partir de là, je vais chercher dans mes expanders, d'autres sons avec lesquels les marier. Je peux passer le temps que je veux, à rechercher sans aucune restriction de temps et de budget.

Paul Ferrette : Si je comprends bien, ces machines fabuleuses peuvent apporter beaucoup mais elles exigent au préalable beaucoup de toi.

Erick Benzi : Oui. Beaucoup de temps. Le son est quelque chose de capricieux et ces mélanges subtils réclament matériel, temps et patience. J'adore cette cuisine. Je la fais chez moi ainsi, en arrivant au studio, je n'ai pas de surprise.

Paul Ferrette : Ne me dis pas qu'avec tes samplers, tu imites même les guitares !

Erick Benzi : Si. J'ai fait des guitares synthés. Je les garde car Jean-Jacques aime ça. Tous les plans U2 par exemple, je les fais très bien au clavier. Je dis simplement, que, noyés dans des masses, ce sont des sons qui passent très bien. Mais il ne peut être question de remplacer un bon guitariste (ouf !).

Livre de partitions de "En passant"
Hit Diffusion, juin 1998


Raphaël Toledano : Ça revient souvent ce thème de la Shoah dans vos chansons, même en filigrane. Il y a eu aussi "Juste quelques hommes" qui évoque ces Justes.

Jean-Jacques Goldman : Qui parle des excès possibles de la nature humaine et donc, de nous.

Rencontre avec Jean-Jacques Goldman
L'Arche n° 535, septembre 2002


Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu



Lorsque j'attendais que la tournée "En passant" arrive à Lille, j'étais tout heureux à l'idée de voir, ou plutôt d'entendre la version live de "Juste quelques hommes", car qui dit "Tournée En passant" dit toutes les chansons de l'album En passant, donc cette chanson-là. Or, comme par hasard, cette chanson et "Les murailles" ne furent pas jouées. Génial... :-(

Des onze chansons de l'album, "Juste quelques hommes" est une des chansons les moins appréciées, les fans préférant de loin "Tout était dit" et "Quand tu danses". Bizarrement, moi je trouve que c'est la chanson de l'album la plus réussie, et c'est d'ailleurs la première que j'ai adorée.

Déjà, la musique est différente des autres chansons de "En passant" : toutes sont quasi-acoustiques (guitare etc ), mais "Juste quelques hommes" est l'exception : la musique est très "pinkfloydienne", comme dirait Erick Benzi, il y a beaucoup plus de synthé ce qui donne un air un peu surnaturel à la chanson, surtout les ondulations grandioses des nappes "Fantasia" (d'après une carte MICI, c'est le nom... ), on a un effet "planant" très saisissant, génial.

A chacun des trois couplets, il y a une atmosphère différente. Le premier évoque les hauts monts dépassant les nuages : "après les brumes, où commence le ciel".

Le second évoque les fonds océaniques "au fond des fonds, aux entrailles des mers". Le troisième évoque la jungle, plus qu'hostile "au plus sauvage, où renoncent les fauves". La montagne, la mer, la jungle : trois milieux que maîtrise très mal l'être humain. Et pourtant, même là, dans ses terres sauvages et à priori désertes, il y a "juste quelques hommes". Dans les montagnes, "où manque l'oxygène", dans les mers, "où les sirènes sombrent en leurs sombres repaires", et dans les forêts denses, "dans les grands marécages où les humains pataugent", il y a toujours quelques hommes. Certes dans des conditions épouvantables, mais ils sont là.

Mais qui sont ces quelques hommes, ces "juste quelques hommes" qui en fait sont "quelques hommes justes" ? Ce sont peut-être quelques hommes qui se battent pour des causes justes, qui font des actions justes. Des "gentils", quoi, style Gandhi ou Martin Luther King. Ce sont peut-être des moines tibétains des hauts monts de lHimalaya, des pêcheurs vivant sur les atolls du Pacifique, des tribus des forêts amazoniennes vivant en toute simplicité... Ce sont tous ceux qui ne vivent pas de la "Montagne de la Gloire", qui ne périssent pas dans les "abîmes de la Finance" et qui ne sont pas des animaux de la "jungle urbaine".

Dans un monde où règne la loi du plus puissant, du plus riche et du plus fort, il y a encore quelques hommes justes. Et on y trouve aussi bien Gandhi que le concierge toujours serviable ou... l'instituteur du clip de "Nos mains". Après tout, en apprenant aux enfants les choses de la vie, c'est un homme juste aussi...

Benjamin Broucke
En passant, 27 septembre 1999



Il est terrifiant de voir que tous les jours des tas d'hommes sont capables de dépasser les limites de l'inacceptable. Mais il est d'autant plus formidable de penser que quelques hommes sont capables de dépasser les limites du merveilleux.

Yann Le Quiniou
En passant, 4 février 2003



 



"Juste quelques hommes..."

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris