Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

L'évangile (selon Robert)

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Michel Sardou
Compositeur : J. Kapler
Editée par : AMS Publishing administré par Passport Songs Music / PRK Music

Version originale
Année : 2006
Interprétée par : Michel Sardou
Distribuée par : AZ / Universal Music France

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
2006 Michel Sardou 2 CD "Hors format" 984 321-5
2006 Michel Sardou 2 CD collector numérotés "Hors format" 984 321-6


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Aucune reprise connue.

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Aucune adaptation connue.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

Je me souviens d'une fille blonde
Mais je ne sais plus son nom
Nous l'avons tous connue
C'est le premier amour volé.
Celui qui nous envoie au bout du monde
Chercher des allumettes...
C'est fou comme les tabacs sont loin
Dans les hôtels paumés.

Je l'ai gardée autant que j'ai pu
Et puis à cause du temps
Un soir je l'ai perdue.
Au hasard d'une rencontre
On ne se souviendrait plus.

Le temps passe, on oublie
Et on ne reconnaît rien
Ca va de la blonde de sa vie
A celle de c'matin.

Débile
Débile et on oublie (bis).

Je me souviens d'un connard
Qui n'pouvait pas m'pifer
Nous l'avons tous connu
C'est l'premier gros qui aime cogner.
Celui qui nous envoie au fond d'la cour
Pour ne pas l'croiser...
C'est fou c'qui y a comme cons
Qui deviennent bacheliers.

Je l'ai haï autant que j'ai pu
Et puis à cause du temps
Un jour il s'est perdu.
Même si je l'retrouvais
Je ne m'en souviendrais plus.

Le temps passe, on oublie
Et plus je ne reconnaîs rien
Ca va du premier abruti
A celui de demain matin.

Débile
Débile et on oublie (bis).

Quand c'est fini, c'est pas fini
L'eau devient mer et revient pluie.
Les filles, l'alcool, la coke, les matins gris
Et puis sa femme qui n'attend plus
Qui s'tire avec un inconnu
Seuls les chagrins restent à leur place
Avec leurs sales gueules dans la glace.

Je me suis juré cent fois
De remettre tout à plat
Nous avons tous fait ça
Je jure de n'plus jamais jurer.
Ce genre de truc qui vous envoie
Au bout du monde
Pour vous vider la tête...
C'est fou comme les alcools sont vagues
A 47 degrés...
J'ai encaissé autant que j'ai pu
Et puis à cause du temps
Un soir je n'ai plus bu.
Juste pour accompagner
Un verre d'eau whishysée.

Le temps passe on oublie
Et on n'reconnaît rien
Ça va d'la blonde à l'abruti
Jusqu'aux voyages au bout de la nuit.

Débile
Débile et on oublie (ter).

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu
bientôt...

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu

bientôt...

 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris