Parler d'sa vie sur Ulule
 

Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Laëtitia

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Jean-Jacques Goldman
Compositeur : Jean-Jacques Goldman
Editée par : Warner Music

Version originale
Année : 1978
Interprétée par : Jean-Jacques Goldman
Distribuée par : Warner

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
1978 Jean-Jacques Goldman 45 T WEA 17076
1984 Jean-Jacques Goldman LP Les Années Warner WEA 240 516-1
1984 Jean-Jacques Goldman K7 Les Années Warner WEA 240 516-4
1984 Jean-Jacques Goldman CD Les Années Warner WEA 240 516-2


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Aucune reprise connue.

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Aucune adaptation connue.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

Et quand les soirs d'hiver je rentrais chez moi
J'aimais bien le son de la neige sous mes pas
Je voyais la lumière de la chambre de loin
Tu me crois pas mais le froid je le sentais moins

ça pouvait être, tu sais, ces soirs de cafard
Des journées qu'on oublierait bien, des journées noires
Mais je voyais la lumière de chez nous de loin
Et j'oubliais un peu et je me sentais bien

J'avais Laëtitia
J'avais Laëtitia
J'avais Laëtitia
Je l'avais près de moi
J'avais Laëtitia
J'avais Laëtitia
J'avais Laëtitia
Je l'avais près de moi

Je suis pas bien malin on me l'a répété
Depuis toujours j'ai préféré plutôt rêver
Chez moi on ne pardonne pas d'être fragile
ça ne se faisait pas d'être aussi malhabile

Au bureau aussi ils se moquent tous de moi
Tu comprends, je fais pas les choses comme il se doit
J'aime pas leurs blagues idiotes puis je ne bois pas
Mais quand je rentrais les nerfs à bout tant de fois

J'avais Laëtitia
J'avais Laëtitia
J'avais Laëtitia
Je l'avais près de moi
J'avais Laëtitia
J'avais Laëtitia
J'avais Laëtitia
Je l'avais près de moi

Six jours déjà que j'attends ici dans le noir
Laëtitia est partie, c'était vendredi soir
Elle a laissé un mot "Adieu, oublie-moi"
Et je ne comprends pas et je guette ses pas

J'ai briqué la maison pour qu'elle ne trouve pas
Le désordre et la poussière quand elle rentrera
De peur de la manquer j'ai pas osé sortir
J'ai la tête qui tourne, parfois j'entends son rire

Et j'attends Laëtitia
J'attends Laëtitia
J'attends Laëtitia
Depuis si longtemps déjà
J'attends Laëtitia
J'attends Laëtitia
J'attends Laëtitia
Laëtita qui ne vient pas
J'attends Laëtitia
Laëtita qui ne vient pas
(ad lib.)

Les chansons sont souvent plus belles que ceux qui les chantent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu
bientôt...

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu

bientôt...

 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris