Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Nous ne nous parlerons pas

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Jean-Jacques Goldman
Compositeur : Jean-Jacques Goldman
Editée par : J.R.G. / BMG Music Publishing France

Version originale
Année : 1984
Interprétée par : Jean-Jacques Goldman
Distribuée par : C.B.S.

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
1984 Jean-Jacques Goldman LP Positif LP EPC 25 852
1984 Jean-Jacques Goldman K7 Positif K7 40-25 852
1984 Jean-Jacques Goldman CD Positif CD EPC 25 852
1991 Jean-Jacques Goldman 3 CD Quand la musique est bonne / Non Homologué / Positif COL 467 337-2
1991 Jean-Jacques Goldman Intégrale CD2 COL 469 217-2
1994 Jean-Jacques Goldman 2 CD Premier Album / Positif COL 477 475-2
2002 Jean-Jacques Goldman 3 CD Quand la musique est bonne / Non Homologué / Positif ?


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Aucune reprise connue.

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Aucune adaptation connue.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

J'ai bien reçu tous vos messages
Je vous ai lu page après page
Je sais vos hivers et vos matins
Et tous ces mots qui vous vont si bien

En quelques phrases, en quelques lettres
Il me semble si bien vous connaître
On écrit bien mieux qu'on ne dit
On ose tout ce que la voix bannit

Mais vous désirez me rencontrer
Et moi, j'ai si peur de tout gâcher
Nos confessions, nos complicités
Comment garder tout ça sans rien casser
Nous ne nous parlerons pas
Nous oublierons nos voix
Nous nous dirons en silence
L'essentiel et l'importance
Utilisons nos regards
Pour comprendre et savoir
Et le goût de notre peau
Plus loquace que des mots
Nos bras ne tricheront pas
Nos mains ne mentiront pas
Mais surtout, ne parlons pas

Je connais un endroit charmant
Très à la mode et très bruyant
De ces endroits où les solitudes
Se multiplient dans la multitude

On n'a qu'une envie, c'est d'en sortir
Vous n'aurez besoin que d'un sourire
Je comprendrai qu'il est déjà tard
Nous irons boire un verre autre part

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu

Didier Varrod : Sans tomber dans "lexplication de texte", jaimerais que tu dises quelque mots de "Nous ne parlerons pas".

Jean-Jacques Goldman : Depuis que je suis dans le métier, je rencontre des gens qui, pour moi, étaient des mythes. Ceux que je voyais à la télé, dont jentendais parler, dont jécoutais les disques. Je me suis rendu compte que, très souvent, lidée que javais deux était plus intéressante et plus riche que ce quils sont dans la réalité. Une chanson donc, qui parle un peu de tout cela en me mettant à la place de ces "mythes". Il y en a qui mécrivent, avec lesquels jentretiens des relations épistolaires. Ils voudraient me rencontrer et jai peur de le faire. Je ne crois pas que cela puisse mapporter beaucoup par rapport à lidée quils ont de moi, et moi deux. Limaginaire est toujours plus riche et plus beau que le réel !

Jean-Jacques Goldman s'explique
Numéro 1, mai 1984


Bonjour, je profite de l'occasion que Girls m'offre pour m'expliquer sur certains points que vos lettres relèvent souvent et sur lesquels je n'ai pas eu l'occasion de vous répondre.

Le retard aux réponses à vos lettres

Il s'explique simplement par leur nombre (jusqu'à 200 par jour). Il faudrait que j'y passe mes journées et je pense que vous souhaitez aussi que j'écrive des chansons ! Je vous demande donc une grande patience, en sachant que je les lis et que beaucoup me touchent vraiment.

Je n'ai pas de fan-club

Ça n'est pas du tout par mépris. C'est simplement parce que j'aime préserver ce qui n'est pas ma vie professionnelle, et ce sont ces aspects privés surtout qui alimentent la vie d'un fan-club. Je comprends votre curiosité. Comprenez mes envies de discrétion !

Chez moi

Je peux être très agressif avec ceux ou celles qui, ayant eu connaissance de mon adresse personnelle, y viennent ou y écrivent. Si les gens m'aiment vraiment, ils savent que j'ai besoin de cet endroit préservé et le respectent.

Je file à la fin de mes concerts

Au début, j'ai essayé d'attendre, mais vous étiez si nombreuses et chaleureuses qu'il m'était difficile de vous quitter rapidement. D'où un retard de sommeil, du temps à rattraper, se presser, la fatigue qui s'accumule (la vie de tournée est tellement exténuante). Que faire ? Tricher sur scène ou ne plus signer d'autographe ? J'ai choisi la deuxième solution en le regrettant vraiment.

Beaucoup de lettres me demandent une rencontre

D'une part, qui choisir ? Et sur quel critère ? (il y a tant de demandes !). D'autre part, pour quoi faire ? Je suis une personne normale, comme vous, sans baguette magique, sans remède miracle, et moi j'ai si peu de temps et je néglige tellement mes amis de toujours et ma famille.

On me demande souvent comment réussir dans la chanson

Qu'en sais-je ? Il n'y a pas d'école, de diplôme, de piston. Chacun trouve son propre chemin. En ce qui me concerne, j'ai beaucoup bossé les instruments de musique et beaucoup joué dans des groupes de rocks et de bols. Plus pas mal de galères et de passion.

Enfin, je voudrais vous dire de ne pas prendre mon silence pour de l'indifférence, mais pour une simple incapacité pratique à répondre à toutes vos manifestations d'amitié qui me touchent toujours. Je compte sur votre compréhension.

Je vous embrasse.

Jean-Jacques Goldman

Lettre ouverte de Jean-Jacques Goldman aux lectrices de Girl
Girl, 6-12 décembre 1984


Jean-Jacques Goldman : On n'a pas vraiment le temps pour ce genre de rapports. Et ça, c'est une des choses que je regrette le plus.

Carnet de route


Jean-Jacques Goldman : Mon succès m'a offert la plus chère des libertés : celle de pouvoir me taire quand je n'ai pas envie de parler.

Jean-Jacques Goldman,
Patrick Amine, 1987


Jean-Jacques Goldman : Je suis sûr que dans la salle de concert, il y a des gens avec lesquels j'adorerais passer une heure ou deux, rire, discuter... Malheureusement il n'y a pas de temps pour ce type de rapport. De temps en temps, je reçois un petit mot, sans adresse, sans téléphone et ça fait encore plus mal...

Goldman, portrait non conforme
Didier Page et Christian Varrod, 1987


Jean-Jacques Goldman : Depuis que je suis dans le métier, je rencontre des gens qui pour moi étaient des mythes. Ceux que je voyais à la télévision, dont j'entendais parler, dont j'écoutais les disques. Je me suis rendu compte que, très souvent, l'idée que j'avais d'eux était plus intéressante et plus riche que ce qu'ils sont dans la realité. Cette chanson parle un peu de cela. En même temps, certains m'écrivent et j'entretiens des relations épistolaires avec eux. Ils voudraient me rencontrer et j'ai peur de le faire. Je ne crois pas que cela puisse m'apporter beaucoup par rapport à l'idée qu'ils ont de moi, et moi d'eux. L'imaginaire est toujours plus beau et plus riche que le réel.

Goldman, portrait non conforme
Didier Page et Christian Varrod, 1987


Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu

bientôt...

 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris