Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Sans toi

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Frédéric Kocourek
Compositeur : J. Kapler
Editée par : Music Addict

Version originale
Année : 2002
Interprétée par : Isabelle Boulay
Distribuée par : V2 / Sony Music

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
2002 Isabelle Boulay CD promo hors commerce 1 titre VVR5020493P non disponible.
2002 Isabelle Boulay CD Au moment d'être à vous V2 Music 521 150-2
2002 Isabelle Boulay CD promo Au moment d'être à vous VVR1020482P


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Aucune reprise connue.

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Aucune adaptation connue.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

Il faudra que le temps me pardonne
Qu'il éteigne l'ombre et le froid
Le silence, et surtout qu'il me donne
L'envie de poursuivre sans toi

Il faudra que le temps me répare
Qu'il m'apprenne au moins cette fois
La patience et la force de croire
A tant de choses que je ne suis pas

Sans toi,
Un souffle une étincelle
Que ma vie se rebelle
Redessiner mon ciel
Enfin devenir celle...

Sans toi,
Du fond de mes colères
Bien plus qu'une prière
Franchir d'autres frontières
Et passer des rivières

Il faudra que le temps me délivre
De nos secrets, de nos serments
Qu'il m'enseigne du fond de ses livres
Où dérivent les sentiments

Il faudra que le temps se souvienne
De nos regards et de nos voix
Simplement pour qu'un jour ils reviennent
Par le sourire d'un autre que toi

Sans toi,
Du fond de mes colères
Bien plus qu'une prière
Franchir d'autres frontières
Et passer des rivières

Même si l'amour me blesse
Me fait si mal chaque fois
Même si l'amour me blesse
Je veux vivre et aimer chaque fois
Tout comme la première fois

Sans toi,
Un souffle une étincelle
Que ma vie se rebelle
Redessiner mon ciel
Enfin devenir celle...

Sans toi,
Du fond de mes colères
Bien plus qu'une prière
Franchir d'autres frontières
Et passer des rivières

Sans toi

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu

Dominique Boulch : Parmi toutes les nouvelles chansons que vous allez pouvoir interpréter ce soir, il y en a certaines qui ont été écrites par un certain Kapler, de son prénom Jimmy. Vous, du moins, vous l'appelez Jimmy. Noah, lui, l'appelle Jacques. Natasha Saint-Pier l'appelle Jill. Vous pouvez nous en dire plus ?

Isabelle Boulay : En fait, il s'appelle Robert Goldman. Je ne suis pas mal à l'aise avec ça, parce qu'il y a beaucoup de gens qui le savent... Robert est quelqu'un qui m'a amenée beaucoup plus loin dans ma façon d'interpréter. Il m'a montré une façon complètement différente de travailler en studio. Il m'a fait découvrir des choses que je ne connaissais pas sur moi-même car j'ai une façon très personnelle de travailler en studio. Je lui ai fait assez confiance pour me laisser guider par lui. Il m'a écrit ces trois titres qui sont "Quelques pleurs", "Parle-moi" et la magnifique chanson "Quand mon coeur m'appelle" [sic]. C'est quelqu'un pour qui j'ai beaucoup de reconnaissance.

Dominique Boulch : Au début de 2001, personne ne savait que c'était Robert Goldman. Il avait pourtant écrit à foison des chansons pour vous, pour d'autres artistes, pour Yannick Noah notamment. Pourquoi cette volonté de cacher son nom et de prendre à chaque fois un prénom différent ? Est-ce que c'était lui qui vous a inspiré cette idée ou l'avez-vous eue vous-même ?

Isabelle Boulay : Non, ça c'est une chose qui lui appartient, il faudrait lui poser la question. Personnellement, je trouve cela assez bien. Cela montre son humilité, parce qu'il aurait pu se servir de son nom. Je ne rêvais pas qu'il s'agissait de Robert Goldman. Quand j'ai entendu le titre pour la première fois, il était écrit J. Kapler. Ce sont des chansons qui m'ont accroché l'oreille dès le départ. C'est aussi plus tard, quand je suis allée en studio pour travailler, que j'ai trouvé qu'il y avait un air de famille.

Rencontre avec Isabelle Boulay
Radio inconnue, 27 octobre 2001


Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu

bientôt...

 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris