Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Si tu savais

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : J. Kapler
Compositeur : J. Kapler
Editée par : Editions Music Addict

Version originale
Année : 2003
Interprétée par : Yannick Noah
Distribuée par : Saint Georges / Columbia

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
2003 Yannick Noah CD Pokhara SAN 513 408 2


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Aucune reprise connue.

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Aucune adaptation connue.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

Si tu savais mon frère
Ce que je trouve là-bas chaque fois
Le rythme lent de la terre
Où les vies passent doucement pas à pas

Si tu savais mon frère
Ce qu'ensemble veut dire là-bas
Au coeur des monastères
Les dieux s'inclinent devant tant de foi

Ici nos âmes sont grises
Les gens ne se regardent pas
Nos sentiments s'enlisent
Et l'on ne voit pas ce que l'on n'a pas

Eux tu sais quand ils disent
Pas besoin de signer en bas
Chaque matin chaque brise
C'est ton coeur qui parle pour toi

Si tu savais mon frère
Comme je me retrouve quand je suis là-bas
Dans leurs chants leurs prières
Ou j'aime tant mêler ma voix

Si tu savais mon frère
Comme chaque jour est fort là-bas
Les bonheurs, les misères
Tout se partage même le moindre repas

Le pain et les chimères
La peur de l'au-delà
Juste offrir et se taire
Sans réfléchir juste comme ça

La crainte du tonnerre
La mort qui vient déjà
C'est tout leur univers
Qu'ils partagent simplement avec toi

Si tu savais
Il suffit de donner
Si tu savais
Aimer c'est partager

Si tu savais
Il suffit de donner
Si tu savais
Aimer c'est partager

Le bonheur c'est partager

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu

Rémi Bouet : Le premier titre extrait de l'album s'intitule "Si tu savais". Il évoque ta rencontre avec le Tibet. Qu'est ce qui te touche dans ce pays, dans ce peuple ?

Yannick Noah : Ce qui me touche dans ce peuple, c'est cette espèce de sérénité, ces sourires et ces regards des gens qui pourtant n'ont rien ou tellement peu. C'est quelque chose qui, dans un premier temps, déstabilise et puis finalement rassure, parce que tu comprends que cette sérénité et ce calme viennent de tout ce qui les entoure. Mais, c'est très surprenant de découvrir cette gentillesse qu'ont les Tibétains et puis, par la suite, c'est quelque chose qui te pénètre. C'est un peu ça la notion de partage : tu donnes et tu reçois.

Rémi Bouet : Tout l'album est justement à l'image de ce message-là, très généreux, très ouvert.

Yannick Noah : A la sortie de l'album précédent et après la tournée qui a suivi pendant près de deux ans et demi, on s'est dit : il faut partager. Il faut que le nouvel album soit généreux. C'était vraiment le mot, le truc qu'on voulait en plus, la direction qu'on voulait garder à tout prix. Nous voulions essayer de parler de la notion de partage, forts des voyages que nous avions faits, forts du contact exceptionnel que nous avons établi avec le public. C'était vraiment ça le message, à tel point que l'idée de départ, avant même que les premières lignes soient écrites, était donner et partager.

Yannick Noah : "Si tu savais"
Carrefour Savoirs n°51 - septembre 2003
Propos recuellis par Rémi Bouet


Nous avons puisé dans son histoire, confirme Robert Goldman. Pour la plupart des artistes, les chansons créent un lien avec le public. Dans le cas de Yannick, c'est l'inverse. Le lien existait déjà. Mais il fallait le mettre en musique.

L'Express, 1er décembre 2005


Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu

bientôt...

 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris