Parler d'sa vie sur Ulule
 

Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Les vendanges du coeur,
Ouveillan - 06 août 1999


Récit par Pierre Beaumadier :

Arrivée à Narbonne vers 13 h, et là ça sent le bob jaune à plein nez partout ! (...) On arrive [à Ouveillan] vite fait, et en effet, c'est complètement paumé comme coin ! Mais bon, ça a un certain charme ! Sur place, la densité de bobs jaunes devient de plus en plus impressionnante (...) Et hop, direction la cave coopérative d'Ouveillan, parce que quand même c'est pour ça qu'on est venus hein ! On arrive un peu après 16 h, il y a déjà une cinquantaine de personnes, dont un bon paquet de bobs jaunes !

On peut acheter du vin "cuvée Goldman" et acheter un ticket de tombola pour gagner la guitare de JJG... il y a un commantaire de JJG sur les bouteilles genre "les vignes c'est comme les idées..." mais j'en ai pas acheté alors je peux pas vous le retranscrire exactement... quelqu'un le fera sûrement... et puis là commence l'attente... on discute... "sympa ton bob ! ah, toi aussi, à Carrefour ?" etc. plein de choses passionnantes ... :-) Une idée est lancée, on chantera "Est-ce que tu viens pour les vacances ?" à JJG après la deuxième chanson, je sais pas qui a lancé l'idée mais c'est sympa, les papiers avec les paroles circulent... de nouveaux bobs jaunes arrivent... tiens, il y a de plus en plus de nuages... on voit passer Claude Le Péron... on entend aussi toutes les répétitions... mais je vous dis pas ce qu'on entend, je vous laisse la surprise pour tout à l'heure... et puis tiens, je me suis pris une goutte... hum... et là, ce qu'on redoutait depuis ce midi, une bonne pluie. Et c'est pas du crachin ! On se protège comme on peut (pas con l'idée des bobs jaunes !) finalement ça se calme un peut, il commence à y avoir pas mal de monde, les bobs jaunes sont à peu près tous la... et vers 19 h 30 je crois, ils se décident à ouvrir les barrières... malheureusement moi j'éetais à la mauvaise, les filles du premier rang voulaient pas lâcher la barrière pour reculer, il y a eu une bousculade, ça poussait beaucoup derrière mais bon j'ai fini par rentrer et je cours jusqu'à la scène... je me suis quand même retrouvé au cinquième rang... ouf, on verra bien... commence donc l'attente dans la foule... et là il commence à pleuvoir... avec de l'orage... et les pluies d'orages, c'est pas de la rigolade comme vous le savez... c'est simple, il pleuvait même à travers la parapluie sous lequel je m'étais réfugié... on avait les pieds dans 5 cm d'eau ! c'était un véritable déluge, il y a même de la grêle qui est tombée, c'était du délire... enfin on rigolait pas trop, parce que si ça continuait comme ça le concert risquait de ne pas avoir lieu !!

La scène avait beau être abritée, de l'eau passait quand même... et a travers tous nos habits elle passait bien aussi !! En plus avec l'orage, ça faisait son et lumière... mais bon on aurait préféré un autre ! Heureusement, la pluie d'orage s'est calmée, et c'est une pluie plus normale qui a pris le relais si je puis dire... mais bon on pouvait pas être plus mouillé je crois... On commençait à avoir froid, heureusement on était assez serrés, ça tenait chaud... 21 h... Il pleut toujours... On commence à douter... Ce serait con d'avoir fait tout ça pour rien ! Mais soyons positifs... Ouf, il s'arrête de pleuvoir... Une éclaircie semble arriver au loin... L'espoir renaît :) ... Mais on voit toujours des éclairs... Ah, des techniciens commencent à éponger la scène, à retirer quelques plastiques... Ils nettoient les instruments... Les nuages s'en vont... Ouf, apparemment c'est bon... L'ambiance monte, faut bien se réchauffer... Les derniers réglages se font... Ils montent l'écran géant... Oui, d'ailleurs petit aparté, c'est une scène spéciale, elle est plus petite, ce n'est pas celle de la tournée, ils l'ont peut-être déjà abandonnée ou elle prenait trop de place, en tout cas elle est pas toute petite, mais je suis pas bon pour donner les dimensions, enfin y aura des photos je pense, disons les deux tiers en longueur de celle de la tournée... et donc tout est un peu plus serré, et bien sûr pas d'effets, pas de morceaux qui montent ou de batterie qui tournent... Et un seul écran géant donc.

Voilà, tout semble installé... La nuit arrive...et c'est alors qu'IL arrive... Ah quelle émotion... Enfin il est là devant nous... Jean-Marie Bigard !! Si si c'est pas une blague :) En fait il est venu nous raconter deux trois conneries pour nous faire patienter... Bon ça détendait, c'était sympa :) ensuite il a laissé la place à Christophe. Vous allez me dir , cekilui ? ben je vous explique, en fait c'est le gars qui remplace Richard ! Vous savez, celui qui fait la première partie ! Ben là il devait être en vacances ou je sais pas où, mais nous on a eu droit à Christophe !

Globalement c'était exactement la même chose, si ce n'est qu'il était quand même plus mauvais, sans vouloir être méchant... il mettait les phrases n'importe quand, il filmait uu peu au hasard on aurait dit... Les bulles apparaissaient n'importe où.. mais bon ça devait être la première fois qu'il le faisait, soyons indulgents ! (à moins qu'il ait déjà remplacé Richard dans les Antilles... ça demande vérification ) enfin bon ça a un peu réchauffé et mis l'ambiance on est chaud maintenant, la nuit est bien là, et la ciel est étoilé, plus un seul nuage, de quoi être dégoûté... quand soudain. tout s'éteint.. et on entend les premiers accords de guitare... cette fois c'est bien lui... Jean-Jaaaaaaaacques !! Ouais, il y a des hystériques à côté de moi... il est là... enfin... ça commence.. On ira... peut-être bien à Ouveillan... un soir... ce soir... c'est magnifique :) puis Bonne idée... et comme prévu, à la fin on sort nos bobs jaunes et "Est ce que tu viens pour les vacances ?"... on a réussi à tous démarrer en même temps quasiment... il nous a regardé amusé, puis il nous a un peu accompagné à la guitare... à la fin il nous a dit un truc du genre (je me souviens plus les termes exacts) "décidément il y a des chansons indémodables..." puis il enchaîne... "là c'est les vacances, il fait beau il y a la plage... mais il y a des personnes pour qui janvier, juillet, août, etc. c'est toujours pareil..." et c'est La vie par procuration...

Le concert est donc le même que celui de la tournée En passant...je vous passe les titres vous les connaissez... rien d'extraordianire... ah si quelques trucs à signaler... quand ils se sont mis à jouer On est les champions, je sais pas ce qu'il s'est passé, ils ont chacun joué un truc différent, ils étaient pas du tout ensemble ça rendait bizarre et ça leur a causé un petit fou rire... aussi, au début de Nos mains c'était amusant, au moment où il tape du pied, ça a fait un drôle de bruit, forcément on est pas dans une salle de concert là ! ..."c'est la première fois que fais un concert où c'est de la terre en dessous" nous dit Jean-Jacques amusé... puis la chanson commence... on a pas eu les images habituelles sur l'écran, ça devait être les images du clip cette fois (à vérifier, je connais pas le clip)... puis c'est Je te donne... je sais pas si c'est celui qui passait les photos qui leur faisait une blague mais au lieu de rester sur les photos de quand ils ont 3 ans au début les photos suivantes ont commencé à être passées alors qu'ils avaient pas commencé leurs commentaires... mais ils se sont pas démontés... et on a eu droit à "Tu ressemblais pas un peu à une fille ?" (JJG)... "Oui mais c'est parce qu'on voit pas mes boucles d'oreilles" (MJ)... d'ailleurs j'ai remarqué que ce n'était pas les mêmes photos que d'habitude !! Il y en avait des nouvelles, je ne sais pas depuis quand.

Voilà et c'est maintenant que le concert déjà particulier prend son côté exceptionnel... car sur la fin de Je te donne, il enchaîne sur Au bout de mes rêves,jusqu'ici tout est normal me direz-vous, mais non car c'est Pascal Obispo qui arrive pour chanter ! ! Bon je sais que certains ne sont pas fans, mais il a fait ça très bien je trouve, et en tout cas ça dément bien la rumeur que certains aiment faire courir comme quoi ils ne s'aimeraient pas à cause de leur concurrence où je ne sais pas quoi... ils avaient l'air de s'entendre très bien. Donc une version assez sympa de Au bout de mes rêves, puis ils ont enchaîné sur une chanson de Pascaaaaal, L'île aux oiseaux, et JJG s'en ait assez bien sorti, il monte aussi bien que Pascal dans les aigus franchement ! Et voila, la chanson finie ils se cassent, pas de Peur de rien blues'... "une autre, une autre..." "Ça peut pas déjà être fini" se rassure-t-on...

Et puis soudain l'orage... non pas un vrai pour une fois heureusement ! Celui d'avant Il suffira d'un signe... bon ça rendait moins bien en extérieur bien sûr et il n'y avait pas la neige, mais bon c'était quand même ça... et là Jean-Jacques arrive... mais quelle est cette chanson... "On aurait pu se dire, tout ça... ailleurs qu'au café, d'en bas..." mais c'est une chanson de... mais qui est assis au synthé là-bas !! Et oui, Patrick Bruel !! "J'te l'dis quand même"... JJG la chantait bien je trouve... mais c'était assez comique sur cette chanson, parce qu'en fait le refrain ça fait : "Mais j'trouve pas d'refrain a notre histoire. Tous les mots qui m'viennent sont dérisoires. J'sais bien qu'j'l'ai trop dit, Mais j'te l'dis quand même... je t'aime". Or le "je t'aime" embêtait beaucoup JJG, car il n'aime pas le dire comme chacun sait :) ... alors à chaque fois il patientait 30 secondes... la première fois il a dit "sache que je" à la place, et la deuxième fois sous la pression du public et de Patrick, au bout d'une minute il nous a sorti un timide "je t'aime"... c'était mignon !

Ensuite ils ont enchaîné à deux sur Il suffira d un signe et Quand la musique est bonne, et Patrick s'est pas trop trompé dans les paroles, c'est pas mal, parce qu'aux répétitions on l'avait entendu quand on attendait, il se trompait tous les trois mots... mais bon ils avaient quand même pour chaque chanson des cartons avec les paroles au cas où. C'est là que Bigard est revenu pour faire le tirage au sort pour gagner la guitare de JJG dédicacée par lui et par Pascal et Patrick, mais bon c'est le 1436 qui a gagné, j'ai pas su qui c'est, en tout cas pas un bob jaune. Puis, vint Pour que tu m aimes encore à trois, Bruel - Goldman - Obispo...

Ils s'en sont bien sortis, alors qu'ils l'avaient à peine répétée... et ce fut la dernière chanson, La chanson des Restos bien sûr avec tout le monde, même Bigard... et nous bien sûr qui ne restions pas muets... et c'est là dessus que le concert s'est fini... bouhouhouh snif...

Voilà, vous savez tout...

Pierre Beaumadier

9 août 1999
Tous droit réservé


Récit de Linda K. :

Ce jeudi 5 août 1999 restera classé dans ma tête comme l'un des plus beaux de ma vie.

Nous étions arrivées en début d'après-midi, comme ça, pour voir "l'avant-concert". Et nous avons bien fait car nous avons eu le privilège de les voir arriver un par un... devant nous. Et la cerise sur le gâteau... Au lieu d'une petite balance classique c'est un concert entier auquel nous avons eu droit. Superbe ! ! ! Et le plus beau restait encore à venir...

A l'issue de ces répets Michaël est venu spontanément vers nous. Nous avons discuté, il nous a signé quelques trucs. Génial ! Et c'est au tour de Claude Le Péron de venir vers nous. Wonderful ! ! ! Et Christophe... Hmm !

Et même Jean-Jacques nous a adressé un petit sourire... d'un peu plus loin malheureusement... mais bon il était pour nous son sourire et c'est ça l'essentiel ! ! ! Marvelous ! ! Nous sommes retournées à l'hôtel la tête dans les nuages.

Par contre, le jour même du concert, un violent ORAGE est venu perturber notre attente. Mais chose étrange, la pluie cessa juste à 22 heures. Heure du début du concert. Et comme l'a dit Jean-Jacques, en remerciant le ciel, "ce n'est peut-être pas tout à fait un hasard..."

C'est Jean-Marie Bigard qui est venu nous souhaiter la bienvenue. Un autre gars remplaçait Richard lors de la première partie. Et c'est au tour de Pascal Obispo et de Patrick Bruel de venir pousser la chansonnette avec notre JJ chéri.

Linda K.

12 août 1999
Tous droit réservés


Récit de Guillaume Pointet :

Bonjour ! Je fais partie de ceux qui ont eu la chance d'aller voir Jean-Jacques Goldman à Ouveillan, mais au début je n'avais PAS de billet !!! Pour finir j'ai trouvé, quel soulagement... J'avais écrit sur une pancarte "Cherche 2 billets" et je n'étais pas le seul à chercher ! On était 5 ou 6 à s'être rejoint, et parmi nous il y avait un Monsieur qui a vu Michael Jones le jour même dans un McDonald's de Béziers avec sa femme et sa fille, ça semble assez drôle !! Ce monsieur lui a demandé un autographe qu'il m'a montré ! Michaël Jones a hésité avant de signer, car il essaie de garder de la discrétion. Ils ont eu une petite conversation. Il y en a qui ont quand-même du bol !!!

Pour le concert, il était excellent, JJG était vraiment décontracté ! Pour plus d'infos, le récit de Pierre est très bien rédigé ! Pour les bouteilles de vin "cuvée Goldman", le dessin de l'étiquette et le même que l'image qui est au dos du CD live de la tournée. Le titre de l'étiquette est "Les Vendanges du Coeur" et JJG a écrit en-dessous "Les idées, c'est comme les vignes : Il faut qu'elles soient seines, une terre généreuse, des hommes attentifs pour qu'elles poussent. Voilà pourquoi cette idée là grandit si bien ici. Jean-Jacques Goldman."

Guillaume Pointet

15 août 1999
Tous droits réservés


Récit de Rémi Derasse:

6 août 1999 - Ouveillan - Place de la Cave Coopérative

Ouveillan... son église pittoresque, son vin, ses orages aoûtiens, ses concerts, ses concerts, ses concerts...

Pourquoi je vous parle de l'église d'Ouveillan : parce qu'elle doit être efffectivement très jolie quand le ciel inonde sa façade d'autre chose que de coléreux grêlons qui hurlent leur haine pour les concerts de variété à but caritatif.

Et puis, parce que c'est devant cette église que j'avais donné rendez-vous à quelques irréductibles venus de pas si loin que ça pour la même chose que moi. Alors, conseil à vous pour les années à venir : donnez-vous rendez-vous devant la Poste, elle est plus facile à trouver, il y a plein de gens qui attendent aussi, donc c'est sympa, et en plus on peut s'y protéger de la pluie sous un porche d'entrée fort judicieusement placé.

Bon, finalement, on a retrouvé tout le monde, mouillé, et partout sauf à l'église, mais on a quand même retrouvé tout le monde. On ira.

Entré dans l'enceinte du concert, je repère quelques bobs jaunes dans la foule, signe distinctif, m'avait-on dit, des labasiens qui s'étaient donné rendez-vous, justement, là-bas (y'a des tempêtes...). Le bob jaune, c'était une référence au "costume" de Jean-Jacques lors du dernier concert des Enfoirés. "Est-ce que tu viens pour les vacances ?", cette fois c'est le public qui lui chante une chanson, dès la fin de "Bonne idée", et qui force l'idole à improviser une transition dans le contexte pour "La vie par procuration" : "Les vacances, c'est l'occasion de partir, de s'évader, de rencontrer des gens... Mais des gens, justement, il y en a pour qui, qu'on soit en décembre, en juillet ou en avril ne change rien... Elle met du vieux pain sur son balcon..."

Vous l'avez compris, le tour de chant est le même que celui de la tournée "En passant", mêmes arrangements et transitions juste adaptées aux circonstances : l'orage, les Restos du Coeur, les surprises... Seuls changements par rapport à la tournée : la scène plus petite et sans tapis roulants ni plateformes mouvantes, les éclairages simplifiés, Bigard en pré-première partie, le caméraman de la première partie qui s'appelle Christophe au lieu de Richard, et, et, et...

A la fin de "Je te donne", l'enchaînement ne se fait pas sur "Peur de rien" mais directement sur "Au bout de mes rêves"... Et quand, normalement, Jean-Jacques aurait dû lancer un tonitruant "Et même si le temps presse", et ben... Pascal Obispo, arrivant justement à ce moment-là sur scène, se met à faire le boulot à sa place. Le temps de 2 chansons ("Au bout de mes rêves" et "Tombé pour elle"), les deux chanteurs se partagent la scène, Jean-Jacques s'amusant à monter dans les aigus à la manière d'Obispo, et Obispo essayant comme il pouvait de plaire à un public pas forcément venu pour lui... c'était marrant, mais je trouve pas sympa de la part de certains d'avoir sifflé à l'arrivée d'Obispo, c'était pas dans "l'esprit Ouveillan"... Bouh :(

Puis ils s'en vont... rappel... orage (faux, cette fois, maintenant le ciel est clair et plein d'étoiles... D'après Goldman, "c'est sûrement pas un hasard"), fumée, vent, éclairs... et puis rien.

Pour ceux qui n'auraient pas vu le spectacle de la tournée, normalement ça devait être l'intro d'"Il suffira d'un signe". Pas là. Scène vide, silence... Quelques notes de piano... Goldman arrive, et chante : "On aurait pu se dire tout ça..." On reconnait très vite "J'te l'dis quand même", l'incontournable de Patrick Bruel, qui sort bien vite de l'ombre de son piano pour se montrer tout prêt à être le parrain de l'opération pour l'an 2000.

Tour de force, il a réussi à faire prononcer à Jean-Jacques le "je t'aime" démonté si froidement dans "Sache que je" (entre autres). Bien sûr, c'est le refrain de la chanson, me direz-vous, mais ça ne l'a pas empêché d'essayer de se défiler !

Après ce grand moment d'émotion (n'est-ce-pas mon p'tit Jean-Mimi...) le rock reprend ses droits avec le doublé "Il suffira d'un signe / Quand la musique est bonne", toujours en duo.

Pascal Obispo revient accompagner ses pairs sur "Pour que tu m'aimes encore", à trois voix c'est joli, quoique je préfère (et ça n'engage que moi) la version JJG seul. Mais bon. L'ambiance est plus à la fête qu'à la basse critique, et entre nous, quand on est au pied d'une scène qui regroupe tout ce petit monde, on se dit pas que ça aurait pu être mieux comme ci ou comme ça : on regarde, on écoute, et on tâche de se rappeler. C'est tout.

A la fin de la chanson, je vois que Goldman, au lieu de quitter la scène, va prendre dans un coin une nouvelle guitare ("On change tout le temps de guitare, c'est pour la frime..."). Mais, bon-sang-mais-c'est-bien-sûr-je, on est là pour les Restos, j'avais (à ce moment précis) complètement oublié.

C'est donc un final plus électrique et plus enjoué que d'habitude qui nous a été offert, avec la chanson des Restos chantée par nos trois compères, rejoints par Bigard, qui n'était pas parti.Et oui. On a beau ne pas vouloir, c'est pareil : c'est fini, c'est comme ça. On est content d'être venus, et on se s'rait bien fait un p'tit quart d'heure supplémentaire. Alors dans la voiture, sur la route de Montpellier, on a chanté.

Peut-être on se retrouvera...

Rémi Derasse

18 août 1999
Tous droits réservés




Retour à la tournée

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris