Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Une fille et quatre types

C'est moi ou la sortie du nouvel opus Dion-Goldman a été retardée au dernier moment ? Enfin, soit, hier il était enfin dans les vitrines des disquaires. Encore fallait-il trouver la version collector, chose faite à la FNAC. Suspens...

"Tout l'or des hommes" : la chanson m'avait bien accroché à la radio. C'est pas super original mais ça baboule un max, non ? C'est surtout très gai que la Dion utilise son incroyable organe pour chanter des chansons un peu rythmées. Un troisième couplet aurait été appréciable, Veneruso a joué l'économie !

"Apprends-moi" : le mariage des quatre voix est un vrai plaisir, dommage qu'il n'y ait pas plus de chansons partagées ! La chanson est très typée Benzi, comme l'a dit Jean-Michel : "On dirait du Anggun".

"Le vol d'un ange" : le thème de l'usure du couple, nouvelle préoccupation de JJG a, semble-t-il, contaminé ses comparses ! Très belle interprétation, mention spéciale aux chœurs, joliment fait mais pas très original.

"Ne bouge pas" : j'ai pensé aux chansons qu'Arzel avait signées pour Johnny. J'aime beaucoup le côté "bootleg", vive l'ouest américain ! Une chanson qui ne se prend pas trop au sérieux et qui donne la pêche !

"Tu nages" : on passe quand même un niveau, là ! C'est vraiment très beau comme texte, l'ambiance des arrangements colle vraiment bien avec cette impression de moiteur ("Tu nages"). Dion n'est jamais aussi touchante que quand elle joue la retenue.

"Je t'aime encore" : la mélodie est presque effacée, discontinue. La musique la plus "mature" de Kapler, je crois. L'écho à "Pour que tu m'aimes encore" est touchant, surtout que la chanson retourne la situation.

"Retiens-moi" : c'est du Benzi mais on dirait plutôt du Arzel période chanteur solo. Ce genre de ballade est plutôt une bonne surprise. Mais si vous connaissez une chanson de Florent Pagny qui s'appelait "Tue-moi", vous trouverez qu'on frôle le plagiat...

"Je lui dirai" : cette chanson aurait mérité de figurer sur "Chansons pour les pieds" tant il fait penser à "Et l'on y peut rien". Une nouvelle veine pour JJ ?! Toujours est-il que c'est une des toutes bonnes chansons de Goldman ces dernières années. Voilà un thème peu traité en chanson, pour la première fois de l'album on sort, enfin, des chansons d'amour ! Les paroles rapportent bien certaines opinions de Goldman sur l'éducation, c'est une chanson à texte ! Il l'a probablement écrite en réaction à "l'actualité" de Céline, mais c'est lui qu'on voudrait entendre chanter ce genre de choses !

"Mon homme" : une chanson très touchante sur laquelle plane l'ombre de René ! On voit enfin poindre le côté "acoustique" qu'on nous avait promis sur tout l'album ! Très beau vraiment.

"Rien n'est vraiment fini" : on retrouve une petite touche "celte" avec les flûtes derrière. A part ça, on l'oubliera vite...

"Contre nature" : franchement pas mal du tout. Le texte est très bien écrit.

"Des milliers de baisers" : voici enfin la chanson de l'album. Du tout grand Goldman sur un thème relativement peu abordé par lui jusqu'alors. La musique fait penser à celle de "Personne ne saurait" mais est bien plus aboutie. Le mariage des quatre voix est très beau. Déséquilibrées, elles s'harmonisent dans leur intensité. Très belle prestation de Goldman sur le premier couplet dans la mouvance de sa prestation aux Enfoirés sur "Elle était si jolie".

"Valse adieu" : encore une ballade "celtisante" mais de toute beauté. Et enfin un titre totalement acoustique... en titre caché ! Ça valait la peine... Kapler prouve qu'il maîtrise beaucoup de genres, comme son frérot !

En conclusion, un très bon album de variété matinée de pop rock, sans éclat particulier, sauf grâce aux Goldman bros qui livrent de toutes belles compositions (pas de syndrome "je donne les restes aux interprètes et je garde le meilleur pour moi" comme avec Fiori ou Maurane ! ). Y a pas de hasard...

Peut-être un cinquième "type" du nom de Michael Jones aurait-il pu vraiment le faire décoller ? Le packaging, calqué sur le programme de "Un tour ensemble", est très class, le DVD un peu court.

Matthieu Reynaert
En passant, 11 octobre 2003
Tous droits réservés

Je viens d'acheter l'album, j'ai fait une écoute globale. On sent bien la patte des quatre compositeurs, Benzi, Arzel, Veneruso et Goldman, même si elles ne sont pas toutes de grandes chansons, l'écriture est propre et soignée, de sorte que certaines vont devenir des tubes ! Mais je m'arrêterai sur "Des milliers de baisers". Bizarrement, la première écoute me surprend et je n'accroche pas trop sur le début, mais à la deuxième écoute, c'est le coup de foudre. Bizarre...

Etant musicienne, j'avais envie de faire une petite analyse musicale de cette chanson (je vous laisse discuter du texte ! ).

Comme l'a dit Jean-Michel, c'est très proche de "Nos murailles". En fait les enchaînements harmoniques sont strictement identiques sur le premier vers ! Chaque couplet est identique mais à chaque fois transposé un ton plus haut ce qui fait monter l'intensité de la chanson, et cela est magnifique. Ainsi on n'a pas l'impression de répétition, surtout qu'à chaque couplet on a un chanteur différent. La mélodie est très horizontale pour chaque couplet, les premier, deuxième et quatrième vers sont identiques : une mélodie sur deux notes qui met en valeur l'harmonie de l'accompagnement. Et dans le grave, une note est tenue de façon permanente, c'est ce que l'on appelle une pédale (procédé que Goldman a utilisé dans "Tournent les violons"). Une mélodie on ne peut plus simple et un enchaînement d'accords qui utilise les bases de l'harmonie et que l'on retrouve dans toutes les musiques, en commençant par la musique classique (style Mozart) qui l'a utilisé à tour de bras !!! C'est sans parler de l'arrangement sur lequel il y aurait plein de choses à dire aussi. L'écriture musicale est d'une simplicité incroyable c'est pour cela que ça marche. Il fallait juste... y penser ! C'est là qu'est le talent !

Allez pour les pianistes voici la grille à jouer :
1er couplet (à jouer 1/2 ton au dessous --> en Eb m) :

Em C/E Bsus4/E B/E E
Des milliers de baisers, des milliers de milliers
Em C/E Bsus4/E B/E E
Un à un de mes lèvres, à tes lèvres déposés
Am Em/G F#dim7 Bsus4 B
Des millions de secondes, instantanés de bonheur
Em C/E Bsus4/E B/E E
Effacés, disparus en un battement de cœur.

3ème couplet en Fm
4ème couplet en Gm
5ème couplet en Am
6ème couplet en Bm

Voilà amusez-vous bien !

Laure Boulaud
En passant, 11 octobre 2003
Tous droits réservés

Je vous livre mon écoute : en gros, quatre chansons que j'adore et une que j'aime vraiment pas.

1) "Tout l'or des hommes" (Jacques Veneruso) : une chanson moyenne, que je n'aurais pas choisie comme premier single... Mais elle reste pas mal.

2) "Apprends-moi" (Erick Benzi) : une belle chanson de Benzi, surtout le refrain, que je trouve superbe.

3) "Le vol d'un ange" (Jacques Veneruso) : ben voilà, j'aime pas. Ça doit être Veneruso. C'est peut être stupide, mais elle me fait penser à "Sous le vent"...

4) "Ne bouge pas" (Gildas Arzel) : ah la voilà l'originale ! J'aime beaucoup ce rythme old country-blues. Un peu lassant mais très bien fait, les guitares sont omniprésentes et bien arrangées ! Gildas voulait une chanson à la hauteur de Céline, je crois qu'il a réussi.

5) "Tu nages" (Erick Benzi) : la seule qui m'a vraiment bouleversé à la première écoute. Un clavier et la voix, et tant d'émotion. Une des mes préférées, assurément. Erick se dépasse pour cet album.

6) "Je t'aime encore" (Jean-Jacques Goldman / Robert Goldman) : la première apparition de Goldman en tant qu'auteur. Le texte est simple et beau, la musique est je crois la mieux réussie de Robert. Une guitare acoustique pour seule toile de fond (hormis pendant le refrain), sublimant la voix de Céline. Je la connaissais déjà en anglais et l'écoute de la version française ne m'a rien enlevé en émotion, elle est largement à la hauteur, et ça se voit qu'il ne s'agit pas d'une traduction à la va-vite mais plutôt d'une version originale, tant les rimes sont bien menées. On avait déjà "Je sais pas" où les deux frères collaboraient, celle là est superbe également, encore une de mes préférées.

7) "Retiens-moi" (Erick Benzi) : un titre moyen pour moi. Bien fait, bien posé, mais sans éclat particulier.

8) "Je lui dirai" (Jean-Jacques Goldman) : La voilà ! La voilà la surprise ! Goldman est dans sa phase violons et traditionnels en solo, on l'avait déjà remarqué. Mais ça déteint aussi sur les compositions pour Céline. Un air mixé de "Et l'on n'y peut rien" et de "Tournent les violons". La musique est très belle, mais attardez-vous sur le texte. J'irai jusqu'à dire qu'il s'agit là d'un des plus beaux de Jean-Jacques en tant qu'auteur pour les autres, une écriture cohérente, stylée et superbe. Et surtout, écoutez Céline. Elle chante merveilleusement bien dessus, vraiment, c'est surprenant. Parfois même à la fin des couplets "Qu'il regarde avec son cœur", "Que trop peut être pire que trop peu / Oh bien pire que trop peu") je lui trouve des airs d'Edith Piaf... Une de mes favorites.

9) "Mon homme" (Erick Benzi) : une composition originale très guitare surprenante de la part de Benzi, plus à l'aise habituellement avec les claviers. Je la trouve jolie, dans la lignée d'"Apprends-moi". Un texte sobre mais touchant, une voix bien posée et des arrangements honnêtes, la recette d'un titre réussi.

10) "Rien n'est vraiment fini" (Jacques Veneruso) : bon ben je recommence : c'est du Veneruso. Je trouve qu'il s'agit de l'auteur-compositeur qui trouble un peu l'homogénéité de l'album. Il est bon, là n'est pas le problème, mais j'ai du mal à voir le "sur-mesure" tant réussi par JJG, Erick et Gildas, qui s'attachent à dévoiler chaque originalité de Céline. Ce n'est jamais que mon avis. Cette chanson est jolie, mais là encore c'est du "Sous le vent", enfin je veux dire l'ambiance car le texte est mieux fini et la musique plus soignée.

11) "Contre nature" (Jacques Veneruso) : en plus, il est le principal auteur-compositeur de l'album ! Peut-être parce qu'il ne fait que ça, Gildas s'occupant des guitares, Erick des arrangements et claviers, Jean-Jacques de la direction artistique. Toujours est-il que cette chanson est selon moi la mieux réussie de Jacques, le seul reproche que je fais à cette chanson étant la voix de Céline à la fin du refrain, quand elle dit "C'est contre nature". Je l'aurais pas vu chanter comme ça.

12) "Des milliers de baisers" (Jean-Jacques Goldman) : ma préférée toutes catégories. La plus belle de Jean-Jacques depuis "Sache que je" à mon goût. La musique est sans prétention, simple mais si belle ! Les textes sont beaux même s'ils sont incompréhensibles si on ne se concentre pas dessus. C'est une musique d'ambiance, avec des claviers et des percussions douces et attachantes. Chaque couplet est chanté par quelqu'un de différent. Je trouve que c'est la chanson des cinq et non de Céline. La voix de Jean-Jacques au début est rare, au sens où elle est posée et pleine d'émotion, comme dans "Puisque tu pars" je trouve. Je ne trouve pas de ressemblance vraiment audible avec "Les murailles", mais au niveau des harmoniques et des suites d'accords cette ressemblance est évidente.

Commencer sur la voix douce de JJG, jusqu'à un grand éclat de puissance de la part de Céline, revenir quasi a capella sur un mélange des 5 voix puis finir sur l'émotion intense de la voix de la diva, c'est impressionnant. Une chanson très structurée, et d'ailleurs j'aime beaucoup la voix de Gildas, que je ne connaissais pas encore. Bon je vais arrêter mes éloges. Vraiment je l'adore.

13) "Valse adieu" (Robert Goldman) : une guitare et cinq voix pour un court morceau caché : très joli et intimiste.

En fait, la fin de l'album change toute l'appréciation de l'album. C'est un très bel album, avec des titres moyens et d'autres absolument superbes, où Céline s'essaie à tous les styles et tous les tons sans fioriture inutile (elle "déchante" ! ). Les compositions de Goldman sont pour moi les mieux finies et réussies, mais il a de l'expérience et puis bon, c'est JJG quoi. Il mérite un succès similaire aux précédents, même si je sens que ça ne sera pas le cas. J'espère que l'avenir me contredira !

Au fait, pour ceux qui comme moi ont le collector, le DVD est superbe, mais trop court !!!!!

Je finirai ce message sur une question : et pour la tournée, comment ça va se passer ?

Geoffrey Marsan
En passant, 19 octobre 2003
Tous droits réservés


[Geoffrey Marsan]
Et pour la tournée, comment ça va se passer ?
[/Geoffrey Marsan]

A mon avis, ça va se passer très simplement : il n'y aura pas de tournée ! Céline étant retenue à Las Vegas jusqu'en 2005 je crois... Après, elle sortira probablement un nouvel album en anglais ou l'album du spectacle, puis viendra le temps d'envisager un autre album français et éventuellement une tournée (il n'y en avait pas eu pour "S’il suffisait d'aimer")... On a le temps quoi !

Matthieu Reynaert
En passant, 19 octobre 2003
Tous droits réservés


Puisque pour beaucoup c'est Céline qui occupe nos oreilles, je voudrais savoir si je suis vraiment le seul à être sidéré de la ressemblance entre "Je t'aime encore" et "Quand tu danses". L'accompagnement à la guitare acoustique est presque le même et les paroles très proches (mais inversées évidemment, en particulier le "je danse et je sors / et quand je danse, je t'aime encore").

Est-ce que vous pensez qu'il aurait pu les écrire en même temps et réserver "Je t'aime encore" pour une interprète féminine alors que lui se gardait "Quand tu danses" ? Vos impressions ?

Aurélien Grosdidier
En passant, 19 octobre 2003
Tous droits réservés

Retour à la page précédente

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris