Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Interview de Jean-Jacques Goldman
(MusiConnexion, mai 2002)

Interview de Jean-Jacques Goldman
MusiConnexion, mai 2002
Pierre Chatard

Jean-Jacques Goldman tait en concert Marseille le 24 avril. Le temps pour nous de rencontrer celui qui semble, jour aprs jour, se rapprocher un peu plus du bout de ses rves. Ce nouveau Marseillais qui a sorti "Chansons pour les pieds" en novembre 2001 a bien l'intention de faire danser la France une nouvelle fois. Inutile d'piloguer pour dire combien le spectacle de la tourne 2002 est tonnant, tant au niveau musical qu'au niveau technique, puisque mme les notions d'espace et de gravit sont mises l'preuve En exclusivit pour les coles du rseau MusiConnexion, Jean-Jacques Goldman rpond nos questions, pour notre plus grand bonheur !

Pierre Chatard : Aprs 4 ans d'absence, tu nous reviens avec ton dernier album "Chansons pour les pieds". Son originalit rside notamment dans son orchestration. Tu avais la volont d'utiliser d'autres instruments ?

Jean-Jacques Goldman : Quand je commence, je n'ai pas d'ides prconues, j'cris et aprs je vois le lien entre les chansons. a peut tre un album assez acoustique comme "Entre gris clair et gris fonc" ou alors "En passant", et l, je me suis rendu compte que c'tait toutes des danses, en tout cas les 8 premires, donc j'ai complt en restant dans cette ide, et aprs, qui dit danse, dit orchestrations diffrentes, parce que danses d'origines diffrentes.

Pierre Chatard : Que reprsente la danse pour toi ?

Jean-Jacques Goldman : Au dbut, quand j'tais tudiant, je jouais dans des groupes de bals. Je trouve que c'est un instant de pouvoir magnifique pour les musiciens. Un moment, c'est le silence, il y a les garons d'un ct, et les filles de l'autre, et tout coup les musiciens commencent jouer, et l, les couples commencent se faire et les gens commencent discuter C'est une mission unique pour le musicien.

Pierre Chatard : Parmi les chansons que tu as composes pour d'autres interprtes, quelles sont celles qui t'ont apport les plus belles surprises ?

Jean-Jacques Goldman : C'est par exemple quand j'apprends que Khaled, qui remplit des stades aux Indes, parce que l-bas, c'est Michael Jackson, et puis qu'il y a des milliers d'Hindous qui chantent "Acha", l a me fait quelque chose ! Ou de voir que "L'envie" que j'avais crite pour Hallyday est chante et reprise un peu par tout le monde, a me fait plaisir.

Pierre Chatard : Dans la chanson "On n'y peut rien", quand tu cris "Et on rsiste , on btit des murs, des bonheurs, photos bien ranges", cela veut dire qu'on ne peut rien face l'amour ?

Jean-Jacques Goldman : C'est juste qu' un moment on se dit "Bon allez, l, il faut que je sois srieux Ha ! Quand mme ! Je ne vais pas tout quitter, j'ai des enfants, une maison" et tout coup, voil, le truc arrive Ou alors dans l'autre sens, tout coup l'amour s'en va, on ne sait pas trop pourquoi, et on n'y peut rien.

Pierre Chatard : Les conventions, les manires en amour, a t'nerve ?

Jean-Jacques Goldman : Je trouve a dommage ! Si on peut mettre des conventions partout, pas en Amour ! Je trouve que c'est super dommage de vivre des choses conventionnelles, forces et raisonnables dans les relations amoureuses, a veut dire qu'on ne les vit pas, en fait.

"Maintenant, on ne vit que des histoires d'amour" -------------------------------------------------

Pierre Chatard : Statistiquement, deux tiers des mariages se terminent par un divorce dans les grandes villes. Pourquoi tant de dsillusions ?

Jean-Jacques Goldman : C'est surtout parce que maintenant, on parle d'amour ! C'est clair que du temps de nos grands-parents, l'ide d'amour dans le mariage n'existait pas, c'est--dire qu'on voyait des petites annonces dans un journal qui s'appelait "Le chasseur Franais" o la femme mettait "cherche homme ne buvant pas" ! L, la cration de la famille tait utilitaire, il y a avait un homme qui avait besoin d'une femme chez lui, pour faire la cuisine et des enfants, il y avait une femme qui avait besoin d'un homme qui travaille, l'amour tait tout fait subsidiaire. Il y avait les petites danseuses, il y avait des femmes pour a. Maintenant, on est devenu beaucoup plus exigeant et par contre on ne vit que des histoires d'amour, mme si c'est le prix des divorces. Et d'ailleurs, a ne dure pas beaucoup moins longtemps, parce qu'avant, les gens mouraient jeunes, vers 40 ans. Ils faisaient 20 ans de couples. Maintenant, on fait souvent 7, 10 ou 15 ans et c'est dj pas mal, quoi Mais on peut le faire plusieurs fois [rires].

Pierre Chatard : Selon toi, la fidlit doit tre le ciment du couple ?

Jean-Jacques Goldman : Chacun son truc. Je pense que a peut l'tre. a dpend vraiment des contrats passs. Moi, je pense que quand on se marie 20 ans, qu'on a une esprance de vie de 84, 85 ans, et bien je trouve a un peu dommage, quoi ! [rires]. Mais, bon, on peut vraiment s'clater dans le cadre du couple. Tant mieux pour ceux qui y arrivent !

"Pas de jolie vie, de joli chemin, si l'on craint la pluie" -----------------------------------------------------------

Pierre Chatard : Dans la chanson "La pluie", tu cris "Autant apprendre marcher sous la pluie le visage offert", c'est--dire vivre avec insouciance et ne pas avoir peur du lendemain ?

Jean-Jacques Goldman : C'est surtout ne pas avoir peur de la peine, ne pas avoir peur du dsespoir, des souffrances. a fait partie de notre condition. On peut prendre du Prozac toute la journe, et vivre tout un petit peu moins fort, la fois en bas et en haut. Je ne suis pas contre aprs certains traumatismes, mais maintenant on va voir un mdecin parce qu'on a loup un examen, pour qu'il nous donne des calmants. Un copain mdecin me racontait qu'on venait prendre des tranquillisants parce qu'on avait perdu son pre ou sa mre a fait partie de nos vies, a Il faut tre capable d'assumer ces choses-l. Et puis, on mourra nous aussi un jour.

Pierre Chatard : Tu as fait l'EDHEC Lille. Est-ce que tes tudes de Commerce t'ont servi dans ta carrire de musicien ?

Jean-Jacques Goldman : Etudes de commerce ? Pas particulirement, mais des tudes, certainement. Dj, quand tu arrives et que tu as faire la presse et que tu sais que tu as fait plus d'tudes qu'eux, dj, tu te sens mieux [rires]. Parce qu'il y avait l'Ecole de Journalisme en face de l'EDHEC, et que tu sais qu'ils ne sont pas trs malins [rires]. Aussi, probablement pour grer des quipes. Et puis on a quand mme faire des multinationales, et quand on arrive devant des managers, des chefs de produits, ou des gens comme a, il faut tre capable aussi de leur rpondre, et de dialoguer avec eux.

Star Academy ? Des stars d'images, des produits tlviss mais Wait and see !

Pierre Chatard : Que penses-tu de la Star Academy ?

Jean-Jacques Goldman : Je n'ai pas regard, mais j'en ai un a priori plutt favorable, ne serait-ce que parce qu'il est de bon ton d'hurler dessus. Moi, je me souviens que quand je suis arriv, c'tait un lieu commun de dire que j'tais un chanteur minettes, et que je ne passerai pas le printemps. Quand les Boys Band sont arrivs, tout le monde crachait dessus, et dedans il y avait un Robbie Williams, il y avait un Georges Michael qui sont juste deux artistes importants, donc j'aurais tendance dire "wait and see", parce que je suis bilingue ! [rires]

Pierre Chatard : Tu ne trouves pas que c'est un peu injuste par rapport aux chanteurs de la nouvelle vague de la chanson franaise qui ont un accs plutt limit aux mdia ?

Jean-Jacques Goldman : Je pense que c'est quelque chose de diffrent. D'ailleurs, tout le monde se fout des chansons, personne ne peut te citer les dix chansons de l'album de Star Academy ou de L5. Ce sont des produits tlviss, et pour moi ce n'est pas pjoratif. Je sais qu'actuellement, ils font des tournes triomphales, mais les gens se foutent bien de savoir s'ils chantent bien ou pas. D'ailleurs, je crois qu'il y a un gars qui est super connu et que ne chante pas trs bien [Jean-Pascal, ndlr !]. C'est plus des stars d'images, donc forcment phmres. Qui se souvient du nom des acteurs de AB Production ? Mais a n'empche pas que de tout a, il y a peut-tre un gars qui va russir faire sa place. Pas la peine de l'assassiner tout de suite.

Pierre Chatard : La route a l'air d'tre longue quand mme pour arriver la reconnaissance, quand on voit par exemple le temps qu'a mis Grald De Palmas ?

Jean-Jacques Goldman : En France, c'est un peu plus long parce qu'il y a une grande exigence de texte, et c'est difficile de faire des textes un peu plus poss si jeune. a, c'est la particularit du public franais.

"Moi je ne vote plus / Les politiciens sont tous corrompus" --------------------------------------

Pierre Chatard : Comment t'es-tu senti le soir du 21 avril ?

Jean-Jacques Goldman : Pas si surpris que a.

Pierre Chatard : Tu as dis que tu comprenais l'exaspration de nos concitoyens qui menait au vote FN. Tu imaginais une exaspration si importante chez les Franais ?

Jean-Jacques Goldman : En fait, le FN n'a pas gagn tant de voix que a. Ce qui est le plus inquitant pour moi, c'est la perte de confiance dans les partis traditionnels. Le problme reste le mme, il y a des gens qui ont vot Front National, qui ne votaient pas droite il y a dix ans, et c'est souvent dans des quartiers trs populaires, c'est souvent des gens qui votaient gauche, et a veut dire qu'ils sont dans des conditions de vie inadmissibles. Donc il faut que maintenant, les gouvernements dmocratiques rsolvent ces problmes de dlinquance et d'inscurit qui ne sont pas des fantasmes, on le sait tous, sauf les hommes politiques qui disent que ce sont des fantasmes Mais nous, on a tous des potes qui se sont fait braquer, qui se sont fait attaquer, donc il faut que les pouvoirs publics s'en rendent compte et rsolvent ces problmes, sinon aprs, c'est le FN qui sera port au pouvoir cause de a.

"On peut boire du Coca, manger des Mac Do et rester des Franais" -----------

Pierre Chatard : La globalisation, tu la vis comment ?

Jean-Jacques Goldman : Je dirais plutt positivement. Sur le plan des Droits de la Femme, des Droits de l'Enfant, je ne trouve pas a ngatif. J'ai l'impression que ce qui a fait tomber le Mur de l'Est, c'est les ondes, plus que les avions et les bombes, c'est les informations qui passaient et qui disaient comment on vivait l'Ouest. Donc, je pense que a peut faire progresser normment l'humanit, mais c'est comme tout, il va y avoir des trs trs gros pouvoirs, et il faut videmment des contre-pouvoirs. Je ne sais pas s'il faut en avoir archi-peur. Je pense qu'on peut boire du Coca, manger des Mac Do en France, et rester vraiment des Franais, et bouffer bien aussi. Voir des films amricains, et puis tre capable aussi par exemple, d'couter 60 ou 70 % de chansons franaises tout en aimant bien Lionel Richie. Cela ne me parat pas incompatible.

L'ducation : la cl -------------

Pierre Chatard : C'est aussi donner le pouvoir des multinationales qui feront tout pour nous faire acheter leurs marques

Jean-Jacques Goldman : Ils n'ont du pouvoir que sur les masses les moins duques, donc c'est nous de faire qu'on soit tous suffisamment duqus pour pouvoir s'affranchir de ces publicits, et de pouvoir en rigoler, plutt que d'avoir fondamentalement envie des produits qu'ils veulent nous faire acheter.

Pierre Chatard : "L-bas", "On ira" L'ide d'ailleurs est toujours prsente dans tes chansons. Vivre la mme vie mais autre part : o serait-ce ?

Jean-Jacques Goldman : J'espre ne jamais partir. Nulle part. Ce serait terrible pour moi de partir de France, c'est un pays que j'adore.

Pierre Chatard : Le style de vie Marseille te convient plus que celui de Paris ?

Jean-Jacques Goldman : Je voulais partir de Paris, pas spcialement parce que c'est Paris, mais parce que c'est une trs grande ville, que j'y suis n et j'y ai toujours vcu, parce que c'est trs difficile de vivre l-bas. J'avais envie de partir depuis 5, 6 ans. J'hsitais entre le sud-ouest ou le sud-est, et puis j'ai rencontr mon pouse Marseille. Ce qui me m'a le plus frapp, c'est la gentillesse des gens.

Pierre Chatard : Ils n'ont pas l'arrogance des Parisiens

Jean-Jacques Goldman : C'est vrai, ils branchent et tout a, mais ils ont une gentillesse tonnante.

Pierre Chatard : Que penses-tu de l'industrie du disque ?

Jean-Jacques Goldman : C'est une industrie qui est en train de se structurer, il y a moins de charlots, de divas, a devient de plus en plus des gars des Ecoles de Commerce, des gestionnaires.

Pierre Chatard : C'est une influence positive, tu penses, que les directeurs artistiques soient issus d'Ecoles de Commerce ?

Jean-Jacques Goldman : Je le pense, parce qu'ils nous laissent plus tranquilles. Ils s'occupent plus de leur business, c'est--dire, de ce que l'on attend d'eux : savoir comment nous dfendre, comment nous vendre, comment nous proposer J'ai quand mme vu des directeurs de maisons de disques dire "est-ce qu'il ne faudrait pas mettre un petit peu plus de grosse caisse, l ?" [rires]. On n'a juste pas envie qu'il le dise, a ! On a envie de lui dire, "mets-nous dans les rayons, et puis on se charge du reste !".


Retour au sommaire - Retour l'anne 2002

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris