Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Bonne idée

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Jean-Jacques Goldman
Compositeur : Jean-Jacques Goldman
Editée par : Editions J.R.G.

Version originale
Année : 1997
Interprétée par : Jean-Jacques Goldman
Distribuée par : Columbia / Sony Music

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
1997 Jean-Jacques Goldman K7 En passant COL 488791-4
1997 Jean-Jacques Goldman CD En passant COL 488791-2
1998 Jean-Jacques Goldman CD 2 titres COL 666 498-1
1998 Jean-Jacques Goldman CD En passant (Canada) CK91184 non disponible.
1999 Jean-Jacques Goldman K7 En passant Tournée 1998 COL 494 829-4
1999 Jean-Jacques Goldman CD En passant Tournée 1998 COL 494 829-2
2000 Jean-Jacques Goldman 8 CD Intégrale 1990-2000 CD5 COL 498 836-2
2000 Jean-Jacques Goldman 8 CD Intégrale 1990-2000 CD6 COL 498 836-2


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Aucune reprise connue.

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Aucune adaptation connue.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

Un début de janvier, si j'ai bien su compter
Reste de fête ou bien voeux très appuyés
De Ruth ou de Moïshé, lequel a eu l'idée ?
Qu'importe j'ai gagné la course, et parmi des milliers
Nous avons tous été vainqueurs, même le dernier des derniers
Une fois au moins les meilleurs, nous qui sommes nés
Au creux de nos mères qu'il fait bon mûrir
Et puis j'ai vu de la lumière alors je suis sorti
Et j'ai dit
Bonne idée

Y'avait du soleil, des parfums, de la pluie
Chaque jour un nouveau réveil, chaque jour une autre nuit
Des routes et des motards et des matchs de rugby
Des spaghetti, Frédéric Dard et Johnny Winter aussi
On m'a dit c'est qu'une étincelle avant l'obscurité
Juste un passage, un arc en ciel, une étrange absurdité
Des frères, des tendres, des trésors à chercher
Des vertiges à prendre, à comprendre et des filles à caresser
J'me suis dit
Bonne idée

Et puis y'a toi qui débarque en ouvrant grand mes rideaux
Et des flots de couleurs éclatent et le beau semble bien plus beau
Et rien vraiment ne change mais tout est différent
Comme des festins qu'on mange seul ou en les partageant

Je marchais au hasard le soir était tombé
Avec mon sac et ma guitare j'étais un peu fatigué
Tout était si désert, où me désaltérer ?
Et puis j'ai vu de la lumière et je vous ai trouvés

Bonne idée

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu

"Des routes et des motards et des matches de rugby Des spaghetti, Frédéric Dard et Johnny Winter aussi"

Artist News : Toujours à propos de textes. Parmi les bonnes choses que nous réserve la vie (cf. extrait), tu cites Frédéric Dard, grand manieur du langage. Comment décrirais-tu son style à quelqu'un qui ne l'a jamais lu ?

Jean-Jacques Goldman : "Les mots de Frédéric Dard ont une odeur, des poils, de la sueur, des frissons. Ils te touchent, mais tu peux aussi les toucher."

Entretien avec Sony Music
propos recueillis par Vincent Blaviel, Eric Ferrua et Philippe Bonnin
(c) Sony Music France août 1997


Jean-Paul Germonville : Il y a sur l'album une chanson intitulée "Bonne idée" qui commence de façon amusante, avec une certaine ironie.

Jean-Jacques Goldman : Je ne sais pas si c'est très ironique. Ou alors dans un sens qui n'est pas péjoratif. On ne sait pas trop pourquoi on est sur terre mais on a plein de raisons d'en être heureux : la montagne, boire un café. Plein de choses simples !

Jean-Paul Germonville : Vous êtes finalement très optimiste.

Jean-Jacques Goldman : Oui. Ça ne se sent peut être pas beaucoup dans mes chansons... Quoique ! Je suis très heureux d'être là.

Jean-Paul Germonville : Plein de gens ne partagent pas cet état d'esprit.

Jean-Jacques Goldman : C'est dommage.

Quelques mots "en passant"
L'Est Républicain, septembre 1997


Gilles Médioni : Vous évoquez vos parents dans "Bonne Idée". Ont-ils été étonnés ?

Jean-Jacques Goldman : Leur plus grande fierté, c'est que je revendique leurs prénoms, Ruth et Moïshé, eux qui ont tellement voulu être français. "Rouge" était déjà un hommage à leurs idées, perverties par la gauche du (appelons ça pudiquement) deuxième septennat.

Gilles Médioni : Que vous ont appris Ruth et Moïshé ?

Jean-Jacques Goldman : Le sens des valeurs. L'amour de la France. Le fait que rien ne va jamais de soi. Ni se promener dans la rue librement, ni voter, ni aller à l'école gratuitement, ni avoir de quoi manger. Je suis essentiellement ce qu'ils étaient. Ce qu'ils m'ont inculqué.

Gilles Médioni : Vous ont-ils élevé dans la religion juive ?

Jean-Jacques Goldman : A la maison, la religion était "l'opium du peuple" ! Mais l'engagement politique n'est pas si éloigné de la religion.

Goldman, un homme juste
L'Express, 25 septembre 1997


Fabrice Guillermet : Dans une autre chanson, "Bonne idée", vous faites un petit inventaire à la Prévert de ce qui vous touche. Pêle-mêle : Johnny Winter, Frédéric Dard ou le rugby et les routes. Vos petits bonheurs ?

Jean-Jacques Goldman : Toutes les raisons de trouver une journée belle. Winter est le guitariste qui m'a le plus influencé. J'aime dans le rugby les notions de solidarité. C'est bien plus qu'un sport. Tout le monde a sa place. Les gros, les grands. les petits, les lents, les rapides. J'aime les routes de traverse qui mènent à une destination inconnue. Quant à Frédéric Dard, il s'approprie les mots, les triture comme personne. Et derrière sa truculence, il y a de la générosité, de l'humanité à chaque ligne.

Jean-Jacques Goldman : "le bonheur est obscène"
Télé 7 Jours, 7 octobre 1997


Hervé Beaudis : Tu cites tes parents, ils l'ont pris comment ?

Jean-Jacques Goldman : Avec humour, surtout que je les cite de façon humoristique.

Hervé Beaudis : J'imagine qu'ils sont plutôt fiers de la carrière que tu mènes ?

Jean-Jacques Goldman : Ouais, ouais.

Hervé Beaudis : Quelles sont les choses fondamentales qu'ils t'ont apprises ?

Jean-Jacques Goldman : Déjà, de pas juger en fonction de ce que les autres jugent, mais en fonction de nous-mêmes. Si quelqu'un arrive avec une grosse voiture, c'est pas forcément pour ça qu'il est important. De la même façon, quelqu'un qui n'a l'air de rien, faut lui donner sa chance aussi. () Et puis, le fait que rien n'est gagné. Le fait de bouffer à sa faim, c'est pas rien du tout. Le fait d'ouvrir le robinet et qu'il y ait de l'eau courante, c'est un grand privilège. Le fait de pouvoir voter, d'être libre, de lire un journal, de pouvoir dire ce qu'on veut, c'est un grand privilège.

Wit FM, 23 octobre 1997


Gilbert Jouin : Dans "Bonne idée", vous vous montrez en revanche très positif.

Jean-Jacques Goldman : Il faut toujours avoir en tête que nous sommes tous des vainqueurs puisqu'issus d'un spermatozoïde gagnant. J'évoque dans cette chanson le côté ensoleillé de la vie. J'y cite le rugby, Frédéric Dard et Johnny Winter, parce que ce sont pour moi trois bonnes raisons sur dix mille de vivre. Pour moi, le rugby est plus qu'un sport.

Gilbert Jouin : Vous y parlez également de fraternité, de tendresse, de filles à caresser... Quelle place tient la femme dans votre vie ?

Jean-Jacques Goldman : La femme est indispensable à notre équilibre. Mais depuis que j'ai appris que le mot "hystérique" venait d'"utérus", j'ai compris beaucoup de choses.

Jean-Jacques Goldman sait enfin dire "je t'aime"
Télé Magazine n° 2189, 24 octobre 1997


Carlos Sancho : Pour "Bonne idée", l'intro guitare possède quelques similitudes avec "Aïcha" de Khaled. Ne serait-ce pas déjà un début de manque d'inspiration ?

Jean-Jacques Goldman : Ce n'est pas un début, cela fait très longtemps que je répète que je tourne en rond sur le plan musical. Il existe aussi beaucoup d'autres titres dans cet album qui représentent des réminiscences d'autres choses.

Le retour au naturel
Guitarist n°96, novembre 1997


"Des vertiges à prendre, à comprendre et des filles à caresser / J'me suis dit / Bonne idée".

Jean-Jacques Goldman : Il faut prendre le texte au pied de la lettre. Les spaghetti, les mots de Frédéric Dard, Johnny Winter, le public, tout ça me fait penser qu'être né est une bonne idée. Le rugby aussi parce que c'est un sport où chacun a sa place. Il n'y a pas, comme au foot, de possibilité d'exploit. Les gros travaillent pour les petits et vice versa. Une entente parfaite entre eux est absolument nécessaire pour que l'équipe marche. C'est beaucoup plus qu'un sport dans ce sens-là. Mais j'ai oublié aussi beaucoup de choses, comme le café du matin ou la douche après le sport.

J'aurais pu rester dans mon magasin de sport et être heureux
Télé Moustique 3771, 06 mai 1998
Propos recueillis par Jean-Luc Cambier


Erick Benzi : Au départ, j'ai fait un arrangement beaucoup plus orchestré. Cela n'a pas marché et nous sommes revenus à une dominante de guitare, comme sur la maquette, avec des habillages très légers. Je me suis régalé à faire une rythmique qui tourne, équilibrée, avec, pour la chaleur, la guitare qui guide bien la voix sans la faire trop rigide. C'est la plus gaie de l'album.

Paul Ferrette : Cette rythmique guitare est belle mais n'a pas l'air évidente du tout !

Erick Benzi : Cette rythmique de guitare a donné du mal à Jean-Jacques mais on a préféré que ce soit lui qui joue, pour l'ambiance. Ce n'est pas parfait, ce n'est pas approximatif non plus, c'est lui. C'est juste ce qu'il faut. Un autre guitariste nous l'aurait fait trop propre... trop parfaite. La guitare est mixée en mono, ce qui donne ce son très simple, très dépouillé. Comme lorsqu'on joue seul chez soi.

Paul Ferrette : Des arrangements simples une voix très propre, très intimiste On est loin de l'album "Rouge" !

Erick Benzi : Oui... c'est le retour d'un Jean-Jacques en solo. Un album que nous avons réalisé à deux. Très peu d'autres musiciens. Peu d'effets. Le contraire de "Rouge" où il y avait beaucoup de musiciens, beaucoup d'effets et un choeur. On est ici sur quelque chose de plus intimiste. Les traitements de voix ont donc été différents. Ainsi, nous avons vécu au studio enregistrant des voix le matin au réveil, avant le petit déjeuner pour avoir le petit "rugueux" du réveil, avant que la voix ne devienne trop lisse.

Livre de partitions de "En passant"
Hit Diffusion, juin 1998


Paul Ferrette : Cette chanson transpire une gaieté assez inattendue ?

Jean-Jacques Goldman : Ce thème du "bonheur de vivre", je le porte en moi depuis longtemps. Je le ressens profondément ; les plaisirs simples de la vie me rendent heureux et je crois que cette faculté de se réjouir de tout ne s'acquiert pas : on l'hérite de ses parents à la naissance ou par l'éducation peut-être. Mais elle n'a rien à voir avec la vie objective, la situation sociale, etc... Si quelqu'un est né avec le "mal de vivre", comme le dit Barbara, il n'y a rien à faire contre cet état. Je pense que l'on ne peut se raisonner. Si tu "es" malheureux, tu vis vraiment malheureux. Cet état de bonheur est évidemment une grande injustice, comme la beauté, l'intelligence, dont on hérite, ou pas. Et parfois, on est amené à le masquer sous peine de paraître presque obscène. Donc, merci d'abord à mes parents de m'avoir fait !

Paul Ferrette : Si je résume : deux types d'individus apparemment semblables mais finalement différents dans leurs réactions face à la vie.

Jean-Jacques Goldman : Oui, et face à un malheur, les premiers vont le vivre et rebondir sur autre chose et les seconds vont sombrer. Chaque malheur est alors un prétexte pour couler mais le bonheur n'a rien à voir. On n'a pas à les juger. Tous les actes quotidiens : courir, prendre une douche, faire l'amour, faire de la musique par exemple, me font hurler de bonheur. D'autres s'en tapent.

Livre de partitions de "En passant"
Hit Diffusion, juin 1998


Télémoustique : Tes textes sont souvent sans illusion mais ton discours est résolument optimiste. Par esprit de contradiction ?

Jean-Jacques Goldman : Bonne idée résume mon quotidien : je suis content d'être là. Mais au-delà d'être heureux ou triste, je suis vraiment optimiste. Peut-être qu'on ne va pas réussir, mais je suis sûr que les choses peuvent aller mieux.

Quand la chanson est bonne
Télé Moustique n° 3807, 16-22 janvier 1999
Propos recueillis par Jean-Luc Cambier


Patrick Simonin : Il y a, dans le dernier album, une chanson dans laquelle vous citez les prénoms de vos parents : "Bonne idée". Bonne idée ont-ils eue de se rencontrer ces jours-là. Vous pensez souvent à eux ?

Jean-Jacques Goldman : Comme tout le monde. Peut-être un peu particulièrement parce que, disons, l'histoire et les périodes qu'ils ont traversées, n'étaient pas du tout normales, ne ressemblaient pas à d'autres.

Patrick Simonin : On peut dire que votre père est né dans le ghetto ?

Jean-Jacques Goldman : Il est né en Pologne, ma mère est née en Allemagne. Ils ont fui tous les deux ces pays-là. Ils se sont retrouvés en France et ils ont fait des petits Français.

Questions à Jean-Jacques Goldman
TV5, 20 novembre 1999


Jean-Jacques Goldman : Il y a un rapport [entre "La vie c'est mieux quand on est amoureux" et] la chanson "Bonne idée" sur le précédent album. La vie est super belle, que l'on soit ou non amoureux.

Jean-Jacques Goldman mène le bal !
Le Soir Magazine, le 14 décembre 2001


Raphaël Toledano : Dans votre précédent album "En passant", vous citiez le prénom de vos parents : Ruth et Moïshé. Vous avez dit de votre père qu'il est "l'homme qui vous a le plus impressionné". Quel héritage vous a-t-il laissé, lui qui fut une figure emblématique de la résistance juive à Lyon ?

Jean-Jacques Goldman : C'est justement - et là, on en revient à une précédente question - la foi en l'intelligence et la culture. Puisque lui a vécu le pire : il a été dans les conditions raciales, sociales, matérielles. les pires. Ses deux soeurs qui étaient institutrices sont mortes de faim en Pologne. Lui savait lire et écrire. Orphelin de père, il a été élevé par les intellectuels juifs et grâce à cela, il a pu traverser toutes les épreuves. Simplement grâce à ce bagage qui était l'appétit de culture et l'intelligence. Donc, peut-être, l'héritage qu'il m'a laissé, c'est celui-là.

Rencontre avec Jean-Jacques Goldman
L'Arche n° 535, septembre 2002


Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu



Il y a quelques temps, en donnant mes premières impressions sur l'album "En passant", j'avais dit que, pour moi, je rapprochais "Bonne idée" de "A nos actes manqués". Quelqu'un n'était pas du tout d'accord avec moi. Alors aujourd'hui, bien que ce soit tardif, j'y reviens un peu ! :-)

"A nos actes manqués" est pour moi une chanson très très gaie et très très positive. Elle regarde d'un oeil amusé tout ce qu'on a pu louper dans la vie et finalement, on se rend compte que c'est grâce à ces "actes manqués" qu'on est ce que l'on est aujourd'hui ! C'est quand même fabuleux, non ?! :-)

JJ disait lui-même dans une de ses interviews, en parlant de cette chanson, que s'il n'avait pas été aussi timide dans sa jeunesse et s'il était sorti plus souvent, s'il avait eu plein de copains, etc... Il n'aurait probablement jamais passé tant de temps à trouver des accords sur sa guitare et il n'en serait probablement pas là aujourd'hui. De plus, si les textes qu'il écrivait avaient été placés à d'autres interprètes au début de sa carrière, il ne serait jamais devenu le propre interprète de ses chansons, etc.

Là, ce n'est que l'exemple de JJG mais si vous regardez votre propre vie, je suis sûre qu'il y a pas mal d'actes manqués que, finalement, vous affectionnez à présent. :-)

De plus, quand on écoute cette chanson aux rythmes antillais, on ne peut qu'avoir irrésistiblement envie de danser, je pense. :-) C'est gai, ça bouge, c'est agréable. Ça donne la pêche, quoi ! :-)

Bref, chanson dite "positive" pour moi en tout cas ! :-)

Partie sur cette lancée, il est clair que "Bonne idée" fait aussi partie de ces chansons qui vous réveillent avec le sourire et une grande joie de vivre, non ? ! :-) Le rythme n'est plus antillais ce coup-ci, mais il est tout autant enjoué et plein de vie. Ne me dites pas que vous n'avez pas eu une seule fois la "bougeotte" sur cette chanson ! ;-)

Quant au texte, inutile d'aller bien loin pour constater qu'il parle de toutes ces petites choses qui font que la vie est merveilleuse ! :-) C'est vrai, il y a tellement de bonheur à portée de main à chaque seconde qu'on finirait presque par ne plus s'en rendre compte ! ;-) Pour JJG, ça commence même au simple fait que ce qu'on est, c'est déjà LE spermatozoïde gagnant "parmi des milliers" ! :-) Ça commence royalement la vie, non ?! :-)

Bref, cette chanson est très très gaie et très très positive aussi, je pense ! :-)

Basée sur ces impressions, ces deux visions de choses, je crois que vous comprenez sans doute mieux pourquoi je me permettais de les mettre sur un même plan ! :-) Pour moi, en tout cas, c'est une évidence. :-)

La chanson-type que je placerais dans un registre opposé est "Veiller tard" par exemple. J'aime au moins autant cette chanson que "Bonne idée" ou "A nos actes manqués" mais ce ne sont pas des chansons qui s'écoutent dans le même état d'esprit, je pense.

"Veiller tard", c'est ce moment comme on en a tous où il y a forcément tous nos souvenirs qui remontent à la surface et qui engendrent ce p'tit blues pas très peinard à la tombée de la nuit...

C'est vrai qu'elle est sublime aussi. Loin de moi l'idée de penser le contraire ! Mais je pense que c'est exactement la vision opposée de voir les choses par rapport à "A nos actes manqués".


Géraldine Gauthier
Là-Bas, 30 octobre 1997



"Et rien vraiment ne change mais tout est différent
Comme des festins qu'on mange seul ou en les partageant"
(Bonne idée)
Je crois que cette phrase veut dire qu'avec quelqu'un de nouveau dans ta vie (sentimentale, amicale... ) tout "change" dans le sens où tout te semble plus gai même si en réalité rien n'a changé ; les "festins" sont toujours des festins mais tu les apprécies bien mieux à deux, avec quelqu'un qui "débarque" dans ta vie tout d'un coup. Bref toutes les "choses" de la vie prennent de la valeur à tes yeux même les plus insignifiantes. Le tout c'est de savoir si ça va durer mais ça, JJG ne le dit pas...


Manuella Nselel
En passant, 29 septembre 1999



 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris