Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Sister Jane

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Khanh Maï
Compositeur : Khanh Maï
Editée par : Warner Bros. Music

Version originale
Année : 1975
Interprétée par : Taï Phong
Distribuée par : Warner

Remarques :
Sister Jane '93 , n'a pas été interprétée par Jean-Jacques Goldman, mais par Hervé Acosta, un chanteur inconnu au timbre de voix similaire pour cette reprise que l'on peut trouver sur trois doubles CD consacrés aux slows, ainsi que sur le nouvel album de Tai Phong, "Sun".

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
1975 Taï Phong LP Taï Phong WEA 56124
1975 Taï Phong 45 T WEA 16542
1975 Taï Phong 45 T (special Disc Jokey) WEA 16542
1975 Taï Phong K7 Taï Phong WEA 456124
1984 Taï Phong LP Les Années Warner WEA 240 516-1
1984 Taï Phong K7 Les Années Warner WEA 240 516-4
1984 Taï Phong CD Les Années Warner WEA 240 516-2
1986 Taï Phong featuring Jean-Jacques Goldman 45 T WEA 249 476-7 (Allemagne / Belgique)
1993 Taï Phong CD Taï Phong WMCS 609 (Japon)
1994 Taï Phong CD Taï Phong WEA 4509-96264-2
2007 Taï Phong CD Taï Phong WPCR-12520 (Japon)


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
1991 Nagasaki Lovers 45 T EMI 174 393-7
1991 Nagasaki Lovers CD 2 titres EMI 173 932
1993 Tai Phong (Sister Jane '93) 2 CD Double d'Or Slows Arcade 303 044-2
1993 Tai Phong (Sister Jane '93) 2 CD Génération Slows Flarenasch non disponible.
1993 Tai Phong (Sister Jane '93) 2 CD Méga Summer Hits Vogue non disponible.
2000 Tai Phong Sun XIII Bis Records 152 552

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Aucune adaptation connue.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

Sister Jane

Ah, Sister Jane
You left me blind and I'm lost
Ah, Sister Jane
Don't let the sun go down on me
Don't want to wake you
Save me from falling down

Ah, Sister Jane
You changed my way of life and
Ah, Sister Jane
You left me all alone but now
My mind is open
I reached the day you brought

You should go and see
Please, look in my eyes
I just want to cry
'Cause it's hard to be
All alone and blue, ah ah

Ah, Sister Jane
You left me blind and I'm lost
Ah, Sister Jane
Don't let the sun go down on me
Don't want to wake you
Save me from falling down

You should go and see
Please, look in my eyes
I just want to cry
'Cause it's hard to be
All alone and blue, ah ah

Ah, Sister Jane
You changed my way of life and
Ah, Sister Jane
You left me all alone but now
My mind is open
I reached the day you brought

Ah, Sister Jane
You left me blind and I'm lost
Ah, Sister Jane
Don't let the sun go down on me
Don't want to wake you
Save me from falling down

Soeur Jeanne

Ah, Soeur Jeanne
Tu mas laissé aveugle et je suis perdu
Ah, Soeur Jeanne
Ne laisse pas le soleil se coucher
Je ne veux pas te réveiller
Ne me laisse pas tomber

Ah, Soeur Jeanne
Tu as changé ma façon de vivre et
Ah, Soeur Jeanne
Tu mas laissé tout seul mais maintenant
Mon esprit est ouvert
Jai atteint le jour que tu as amené

Tu devrais partir et voir
S'il te plaît, regarde dans mes yeux
Je veux seulement pleurer
Car cest dur dêtre
Tout seul et deprimé, ah ah

Ah, Soeur Jeanne
Tu mas laissé aveugle et je suis perdu
Ah, Soeur Jeanne
Ne laisse pas le soleil se coucher
Je ne veux pas te réveiller
Ne me laisse pas tomber

Tu devrais partir et voir
S'il te plaît, regarde dans mes yeux
Je veux seulement pleurer
Car cest dur dêtre
Tout seul et deprimé, ah ah

Ah, Soeur Jeanne
Tu as changé ma façon de vivre et
Ah, Soeur Jeanne
Tu mas laissé tout seul mais maintenant
Mon esprit est ouvert
Jai atteind le jour que tu as amené

Ah, Soeur Jeanne
Tu mas laissé aveugle et je suis perdu
Ah, Soeur Jeanne
Ne laisse pas le soleil se coucher
Je ne veux pas te réveiller
Ne me laisse pas tomber

Traduction de l'anglais de Aude Nyhlen

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu

Jean-Jacques Goldman : Il y a des gens autour... J'ai entendu dire que, par exemple, une chanson comme : "Aaah !... Sister Jane, you left me blind upon those, Aaah !... Sister Jane don't let the sun go down on me..." enfin, etc... Ça, c'est une chanson de rock'n roll et que, par exemple, "J'ai trop saigné sur les Gibsons, j'ai trop rôdé dans les tobacco road..." Ça, c'est une chanson de variété. Bah, c'est possible ! Moi je suis pas vraiment un spécialiste...

Les Enfants du Rock, Antenne 2, 1984


Jean Mareska : [Bernard de Bosson et Dominique Lamblin] avaient reçu une maquette d'un groupe et ils me l'ont faite écouter. C'était une maquette extrêmement élaborée d'un groupe qui se faisait appeler Tai Phong. J'ai appris plus tard que cela signifiait "Grand vent" en vietnamien, et que cela était l'idée des deux frères qui drivaient le groupe et qui s'appelaient Tai et Khanh Ho Tong. Je ne me souviens plus exactement, ce qu'il y avait sur cette maquette, mais je suis sûr d'avoir écouté "Sister Jane", que Khanh avait écrit, et peut-être un ou deux autres titres.

Platine : Vous avez tout de suite flairé le tube ?

Jean Mareska : Nous avons été tout de suite très emballés. Le groupe nous proposait d'aller le voir là où il répétait, dans la maison des parents Ho Tong (Alias Mr and Mrs Minh). Nous avons pris rendez-vous et, quand nous sommes arrivés, nous avons découvert qu'ils répétaient dans le sous-sol d'une grande maison, qui avait été entièrement aménagé pour eux. Cela va sans dire qu'ils n'étaient pas dans le besoin et ne connaissaient pas la galère. Je me suis vite rendu compte qu'ils étaient techniquement très avancés, car ils avaient été jusqu'à faire un souple, c'est-à-dire une gravure de leurs enregistrements. Khanh avant était graveur de disque, il connaissait toutes les ficelles des studios d'enregistrement. Les frères Ho Tong avaient recruté trois musiciens français de leur quartier, le sud de Paris, du côté de Montrouge. L'un d'eux avait été organiste à l'église de Montrouge et avait chanté dans les Red Mountain Gospellers, avant de faire partie du groupe Phalanstère, dont le nom venait d'une vieille formation militaire. Son nom était Jean-Jacques Goldman. Les autres étaient Stéphan Caussarieu, le guitariste, et Jean-Alain Gardet, le clavier. Nous avons rapidement signé un contrat avec eux pour trois ans et trois albums, ce qui était classique à cette époque. Nous n'avons pas hésité car Tai Phong nous paraissait vraiment dans le coup. Ils étaient dans la mouvance Yes, Genesis, et en plus ils avaient un tube très commercial pour l'été qui arrivait. Une chanson au format radio périphérique, c'est-à-dire d'un peu plus de 3 minutes, "Sister Jane". Très vite, nous avons pris des dates pour aller en studio et je dois dire aussi que je n'ai pas eu beaucoup de travail, en qualité de directeur artistique. Lors des séances d'enregistrement des définitifs qui ont eu lieu au studio IP (un 16 pistes rue du Colisée) en février-mars 1975, les frères Ho Tong étaient très organisés et avaient des cahiers sur lesquels ils avaient tout noté scrupuleusement : les mélodies, les textes, les arrangements... Jean-Jacques chantait les principales voix lead, Taï, qui était le bassiste, en chantait aussi quelques unes, et puis les autres faisaient des choeurs. Les têtes du groupe étaient déjà Khanli (qui signait Khanh Mai alors que son frère signait Tai Minh), et Jean-Jacques. En studio, nous avons travaillé avec Georges Blumenfeld, Jean-Pierre Pouret, Andy Scott et Philippe Beauchamp. Pendant cette période d'enregistrement, Jean-Jacques est parti à l'armée. Comme il n'était pas très loin, à Issy ou peut-être Villacoublay, et que c'était assez souple pour lui, nous allions le chercher en voiture quand nous avions besoin de lui pour faire des voix ou des photos avec Claude Gassian. Il demandait une permission, nous attendait devant sa caserne, ses cheveux étaient devenus très courts - on le voit ainsi d'ailleurs sur la pochette du premier album - enregistrait et se faisait reconduire en voiture à la fin de la séance. Comme il était extrêmement doué, cela allait très vite. Nous avons fait le premier album en même temps que le single qui en était extrait. Ce n'était pas le cas dans toutes les maisons de disques, mais chez WEA, tous nos artistes sortaient un album, en même temps qu'un premier simple.

Platine : Comment s'est passée la promo de "Sister Jane" ?

Jean Mareska : Pour faire la promo, qui s'est résumée à quelques radios et quelques télés, Jean-Jacques prenait d'autres permissions. Si Tai Phong n'a pas fait beaucoup de télés c'est que le groupe n'était pas très "télégénique" : ils chantaient en anglais, n'étaient pas très à la mode côté variété, n'avaient pas beaucoup de présence scénique car ils ne bougeaient pas, étaient très statiques. Je leur disais d'avoir un peu l'air gai quand ils chantaient "Sister Jane", mais ça n'était pas "Le sirop typhon", pas vraiment la chanson pour rigoler. La chanson est également passée beaucoup en discothèque et avait reçu la mention Spécial Disc-jockey, comme tous les disques "aptes" à séduire les boîtes de nuit, comme les Doobie Brothers. Le groupe était plus un groupe de studio qu'un groupe de scène : c'étaient des auteurs, des compositeurs, plus que des gens de scène. Ce qui explique aussi qu'ils en ont fait ensuite très peu. Leur formule musicale ne leur permettait pas de faire la scène comme ça. Il leur fallait de gros moyens, beaucoup de matériel, des synthés, qui étaient à l'époque nouveaux et très chers. Si pour les Variations, quelque temps avant, quelques Marshall étaient bons, pour Tai Phong trois amplis dans un coin de night-club étaient largement insuffisants.

Jean Mareska : "Goldman a chanté les Platters et le Disco"
Platine, août 1994
Propos recueillis par J.-P. P.


Platine : Deux compilations propose un "Sister Jane 93". Qu'est ce que c'est ?

Jean Mareska : L'année dernière, Stéphan et Khanh - qui tient maintenant un magasin de musique - ont trouvé un chanteur qui chante comme Jean-Jacques. Comme Alain Puglia voulait "Sister Jane" pour "Génération slow" chez Flarenasch, ils l'ont réenregistrée et ça ressort cette année chez Vogue dans les "Méga summer hits"... en attendant le vingtième anniversaire de la chanson...

Jean Mareska : "Goldman a chanté les Platters et le Disco"
Platine, août 1994
Propos recueillis par J.-P. P.


Ludovic Lorenzi : Décembre 1985, Zénith de Jean-Jacques Goldman, et il vous invite à monter sur scène. (...) Comment ça s'est fait ? Comment en êtes-vous arrivés à monter sur scène ?

Khanh Mai : C'est tout bête. J'avais rendez-vous avec Jean-Jacques pour... parce qu'il m'avait dit "Tiens, je n'arrive pas à faire sonner "Sister Jane" sur scène". Parce qu'à l'époque, il avait des musiciens qui ne savaient pas très bien jouer ce type de musique. Et donc, il m'a dit "Tu ne pourrais pas venir en répet pour montrer comment on doit jouer". J'y suis allé et, là dessus, je lui ai fait écouter des morceaux que je composais - parce que je composais sans arrêt des morceaux - et ça l'a emballé. Il me dit "Tu ne veux pas venir au Zénith ?". Et là, j'ai dit "Bon, d'accord". Mais au départ, je devais venir tout seul. Et après, j'ai demandé "Est-ce que les autres peuvent venir ?". Il me dit "Oui, oui, ils peuvent venir aussi". Voilà comment ça s'est fait.

Ludovic Lorenzi : On retrouvait là en fait, avec Jean-Jacques Goldman, Michael Jones, plus les autres, le groupe Taï Phong de 1979 au complet. Qu'est-ce que ça vous a fait ?

Khanh Mai : C'était bien, et un peu frustrant parce qu'on n'a fait qu'un morceau.

Entretien exclusif pour "Parler d'sa vie", 26 janvier 2001
Propos recueillis par Ludovic Lorenzi


Ludovic Lorenzi : En 1993, vous réenregistrez "Sister Jane" pour une compilation qui s'appelle "Génération slows" chez Flarenach. Qui vous l'avait demandé ? Est-ce que c'était déjà avec Hervé Acosta ?

Khanh Mai : En fait, ce qui paraît incroyable, c'est qu'on n'a pas joué du tout. Il n'y avait qu'Hervé qui a chanté.

Ludovic Lorenzi : Ah bon !!

Khanh Mai : Oui [rires]. On n'était pas au courant. C'est un truc fait par Jean Mareska. Il a fait une compilation et je crois que c'est pour éviter l'autorisation de la maison de disque WEA qu'il a fait la compilation avec Hervé, avec des musiciens de studio. Moi, je ne l'ai su qu'après.

Ludovic Lorenzi : On l'a quand même crédité à Taï Phong.

Khanh Mai : Oui, ça m'a surpris aussi mais on ne peut rien dire. Mais je ne savais pas du tout. Cela m'a permis de connaître Hervé. En écoutant, j'ai dit "Mais Hervé, qu'est-ce qu'il chante bien" [rires].

Entretien exclusif pour "Parler d'sa vie", 26 janvier 2001
Propos recueillis par Ludovic Lorenzi


Ludovic Lorenzi : Pourquoi avoir repris "Sister Jane" ? Est-ce que la chanson est vraiment devenue incontournable ?

Khanh Mai : Je pense que oui. En fait, on avait enregistré l'album et il était fini. Et c'est la maison de disques qui a insisté pour qu'on refasse une nouvelle version de "Sister Jane".

Entretien exclusif pour "Parler d'sa vie", 26 janvier 2001
Propos recueillis par Ludovic Lorenzi


Khanh Mai : "Sister Jane" a été composée en répétition, en une demi-heure.

Entretien exclusif pour "Parler d'sa vie", 26 janvier 2001
Propos recueillis par Ludovic Lorenzi


Ludovic Lorenzi : En 1993... Je dis "Vous" réenregistrez "Sister Jane", en fait, ce n'était pas vous. C'était Hervé Acosta avec des musiciens de studio, d'après ce que m'avait dit Khanh. C'était une initiative de Jean Mareska. Alors, vous avez pris ça comment, le fait que Jean Mareska ait réenregistré "Sister Jane", l'ait créditée à Taï Phong mais ne vous ait pas tenu au courant ?

Stéphan Caussarieu : Oh, si, si, si, il m'a tenu au courant quand même. Si, il m'a téléphoné pour me demander si j'autorisais cette chose-là. De toute façon, je n'avais pas grand chose à dire puisque, normalement, c'est le compositeur qui doit vraiment donner l'autorisation. Donc, c'était même plus par amitié, puisqu'on travaillait vraiment beaucoup ensemble dans les années 80 avec Jean. Voilà, il me l'a dit... Bon, je n'ai pas trouvé ça fantastique comme idée. Je ne voyais pas vraiment ce que ça allait nous apporter à nous. Mais, bon, ça s'est fait... et puis voilà, sans plus.

Rencontre avec Stéphan Caussarieu
Entretien enregistré à Paris le 8 mars 2001
Parler d'sa vie, le 6 août 2001
Propos recueillis par Ludovic Lorenzi


Jean Mareska : On a eu beaucoup de chance. "Sister Jane" est sorti le même été que "I'm not in love" de Ten CC et "L'été indien" de Joe Dassin. Le DJ - parce qu'à l'époque, en discothèque on passait encore des slows - le DJ, il avait sa série de trois slows à enchaîner toute trouvée. On s'est trouvé bénéficier de ce concours de circonstances. C'est vrai que la chanson était bien aussi, il ne faut pas minimiser. Le disque s'est vendu et puis, c'est un nouveau groupe qui émergeait, il n'y avait pas de groupe de ce calibre-là en France, qui pratiquait ce type de musique, à un niveau professionnel comme eux le faisaient

Rencontre avec Jean Mareska
Issy-les-Moulineaux, 20 juillet 2001


Ludovic Lorenzi : Ensuite, les années passent et en 93, vous faites réenregistrer "Sister Jane" avec un chanteur qui s'appelle Hervé Acosta.

Jean Mareska : C'était une commande. C'était un titre de commande. Flarenach m'avait demandé pour une compilation Le patron de Flarenach, donc, chez qui j'avais bossé dans les années 80 m'appelle en me disant "Dis moi, j'essaie d'avoir "Sister Jane" de Taï Phong chez Warner mais ils ne veulent pas me le donner. Tu ne peux pas essayer d'influencer le juridique ?". Je lui dis "Attends, je n'ai aucune influence sur le juridique". "Bon ! Tu ne sais pas s'il existe un cover de la chanson ?" "A ma connaissance, il n'en existe pas". "Tu pourrais pas essayer de m'en trouver un, de m'en faire un ?" J'ai appelé Khanh, j'ai appelé Stéphan, je leur ai expliqué le pourquoi de l'affaire. J'avais rencontré Acosta chez Arcade comme ça, par hasard et je me rappelais que ce mec pouvait chanter comme Jean- Jacques. Donc, on a fait un enregistrement très simple en studio, sans les membres du groupe mais qui étaient d'accord, qui le savaient - contrairement à ce qu'ils disent - je crois. Mais ils le savaient. Je ne sais pas qui dit qu'il ne le savait pas. Ils le savaient parce que, ne serait-ce que quand la chanson est sortie sur la compilation, Khanh, forcément, a touché des droits Sacem. Donc, il le sait. C'était vraiment une chanson de commande, un cover comme ça se faisait quand une maison de disques n'arrivait pas à avoir l'original.

Rencontre avec Jean Mareska
Issy-les-Moulineaux, 20 juillet 2001


Jean-Jacques Goldman : Le premier album que jai fait, cétait en 1975 avec un groupe qui sappelait Taï Phong, qui faisait de la musique un peu progressive avec des morceaux de 10 à 12 minutes et un slow. Et le slow a été le tube de lété. Ah, si on avait pu conquérir le monde, on laurait pris ! Mais à partir du moment où on faisait des choses à la manière de Gentle Giant, de Yes, de Genesis de lépoque, je pense que les Yes et les Genesis étaient mieux, les versions originales étaient mieux. Cette aventure sest terminée en 1978.

L'interview
M6 Music, décembre 2001


Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu

bientôt...

 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris