Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Les p'tits chapeaux

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Jean-Jacques Goldman
Compositeur : Jean-Jacques Goldman
Editée par : JRG

Version originale
Année : 2001
Interprétée par : Jean-Jacques Goldman
Distribuée par : Columbia / Sony Music

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
2001 Jean-Jacques Goldman CD Chansons pour les pieds COL 504 735-2


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Aucune reprise connue.

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Aucune adaptation connue.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

Elle met plein de p'tits chapeaux bizarres
Elle sourit quand elle marche dans la rue...
Aux Indiens, aux livreurs, aux motards

C'est pas la plus jolie,
Ça tombe bien, moi non plus...
Elle ramasse les paumés, tout c'qui traîne...
Les vieux, les chats
Dans l'tas y'avait moi

Les plaies, les bosses, ceux qui saignent, elle aime...
Quand on lui demande pourquoi, elle répond : "pourquoi pas ?"

Elle a comme une p'tite douleur dans l'regard
Cette ombre qui rend les gens fréquentables
Elle m'est tombée dessus sans trop crier gare
J'voudrais qu'elle me garde un p'tit peu plus tard

Elle me trouve beau et puis je la crois
Elle dit : "ça m'saoûle", "c'est pas laid", "ça m'pèle"...
Elle a trop chaud toujours, ou trop froid
Le monde lui fait pas peur, elle trouve la vie mortelle

Elle a comme une p'tite douleur dans l'regard
Cette ombre qui rend les gens fréquentables
Elle m'est tombée dessus sans trop crier gare
J'voudrais qu'elle me garde un p'tit peu plus tard
Un p'tit peu plus tard !

Et j'aime aussi comme elle se passe de moi
Comme elle est fière et secrète parfois
Comme elle donne tout à chaque fois
Elle met des p'tits chapeaux
Et moi ça me va...

Moi ça m'va !

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu

Jean-Jacques Goldman : C'est un portrait à partir de trois filles, dont ma sur. Ces filles qui sont dans le monde, qui ramassent tout ce qui traîne, attirées par les gens qui souffrent. Elles n'ont pas peur du monde, de la vie, de la nuit. Elles me fascinent un peu.

J'adore l'idée que l'amour se joue de nous
Télémoustique, le 12 décembre 2001


Eric Jean-Jean : Dans "Les p'tits chapeaux" : "ça m'saoule", "c'est pas laid", "ça m'pèle", ça c'est des expressions de la fille dont tu es amoureux. "Le monde lui fait pas peur, elle trouve la vie mortelle", "elle met des p'tits chapeaux et moi ça me va", c'est exactement ça. C'est-à-dire que c'est quelqu'un qui n'est pas de ton univers et soudain, tu trouves que tout est génial parce que tu es amoureux.

Jean-Jacques Goldman : Oui, voilà, un exemple d'un personnage comme ça

Eric Jean-Jean : C'est pas forcément toi ?

Jean-Jacques Goldman : Qui met des p'tits chapeaux ? Non ! La personne ? Je sais exactement qui c'est. C'est à peu près trois, quatre personnes que j'ai croisées et finalement, ça finit par faire un personnage.

Paroles et musiques
RTL, le 15 décembre 2001


Jean-Jacques Goldman : Il y a beaucoup plus de chansons rapides que sur les autres albums, c'est une constatation objective

Eric Jean-Jean : C'est voulu ?

Jean-Jacques Goldman : Non, c'est un hasard, je voulais en enlever une d'ailleurs.

Eric Jean-Jean : Laquelle ?

Jean-Jacques Goldman : J'hésitais entre "Un goût sur tes lèvres" et "Les choses". Et puis il y avait aussi le "Status Quo" et aussi "Les p'tits chapeaux". Enfin, bon, il fallait que j'enlève une chanson rapide. Je n'ai pas réussi à me décider donc je les ai toutes gardées, ce qui fait qu'il y a plus de chansons rapides

Paroles et musiques
RTL, le 15 décembre 2001


Laurent Boyer : Voilà le titre qui me surprend le plus de cet album "Les p'tits chapeaux". Pourquoi avoir mis une fanfare, c'est un genre aussi ?

Jean-Jacques Goldman : Une fois de plus, je n'ai pas inventé. Il y avait Dylan qui avait mis une fanfare dans "Everybody get stone", un truc comme ça, il y a les Beatles qui se sont servis d'une fanfare, Stephan Eicher qui s'est servi d'une fanfare plus récemment, mais c'est une idée que j'avais dans la tête et qui me plaisait, de jouer comme ça, avec ces instruments, qui sont un peu faux, un peu balourds mais qu'on peut faire swinguer.

Laurent Boyer : C'est la première fois que tu utilises ce vocabulaire : "ça m'saoule, c'est pas laid, ça m'pèle et elle trouve la vie mortelle" ?

Jean-Jacques Goldman : Oui, mais c'est parce que c'est un portrait, donc ce sont des guillemets c'est elle qui parle C'est le portrait d'une jeune fille de son époque avec cette espèce de profondeur et de légèreté. En tout cas, ce n'est pas mon vocabulaire. J'ai deux filles aussi et je les entends parler.

Fréquenstar
M6, le 16 décembre 2001


Bien que Jean-Jacques lui ait interdit de dessiner des bandes dessinées, Zep a quand même remporté une manche en illustrant Les ptits chapeaux sous forme de strips animaliers. Les textes collent au dessin, et lhéroïne qui met justement plein de ptits chapeaux bizarres est une petite souris sortie de limaginaire enfantin. On nest pas loin des bêtes chères à Lewis Trondheim. Ça a été une négociation, reconnaît Goldman. Pour enlever le morceau, Zep, qui était pourtant resté sagement assis lors des enregistrements, sest révolté. Cest une des premières chansons que jai illustrées. Pour moi, elle était évidente. Et de toutes façons cétait ça ou je diffusais les photos de Jean-Jacques en pyjama sur internet !. Largument massue. Zep a gagné.

Zep : Il a fait le livret tout seul
BoDoï n° 35, janvier 2002


Géraldine : Dans l'album, est-ce qu'il y a une chanson que vous affectionnez plus particulièrement, qui vous tient plus à cur pour une raison ou pour une autre ?

Jean-Jacques Goldman : Je ne sais pas, il faudrait que je revois la liste là des chansons de l'album C'est difficile alors j'ai déjà dû répondre à ça, mais c'est un peu comme si on demande de choisir son enfant préféré, quoi. On les aime tous pour J'étais en train de penser à "Ensemble", parce qu'elle est un peu bizarre, parce qu'elle a une histoire, parce que je sais comment elle est née, je sais avec qui je l'ai enregistrée. Après je pensais à "Tournent les violons" parce que c'est une chanson que j'aime bien aussi. Après je pensais aux "Petits chapeaux" parce que j'aime bien le texte. Enfin des trucs comme ça. Et puis après, si je les prends les unes après les autres, je pense que je les aime toutes bien, quoi. C'est difficile.

Rencontre avec Jean-Jacques Goldman
Radio Maguelonne, 17 avril 2002


Géraldine : Dans les "Petits chapeaux", dont vous dites affectionner le texte, vous dites, je vous cite : "Elle ramasse les paumés, tout ce qui traîne, les vieux, les chats, dans le tas, y'avait moi". Alors vous vous considérez comme un vieux ou comme un chat ?

Jean-Jacques Goldman : Un peu comme les deux [rires]. Il se trouve que quand j'étais scout, on donne un nom d'animal, ça s'appelle la totémisation, et moi, on m'avait appelé Kafra, qui est une espèce de chat sauvage, à mon avis pas en très bonne santé [rires]. Il doit y avoir quelque chose.

Rencontre avec Jean-Jacques Goldman
Radio Maguelonne, 17 avril 2002


Jean-Luc Cambier : "Les p'tits chapeaux" s'inspire notamment de votre soeur qui vous fascine parce qu'elle n'a pas peur de la vie.

Jean-Jacques Goldman : Enfant, moi, j'ai eu peur de tout. L'école, les autres, tout me terrifiait. Je ne comprenais pas le monde et les règles du monde. J'ai très tôt écrit un journal pour m'aider à voir comment ça fonctionnait, les filles par exemple, comment les séduire, etc. Il y a des gens qui sont dans le monde comme des poissons dans l'eau. Ils s'éveillent en souriant. Moi, je devais réfléchir. Tout a été compliqué. Mais ça va mieux, hein.

Goldman : "J'ai besoin de prévoir le pire"
Télémoustique, 25 juin 2003
Propos recueillis par Jean-Luc Cambier


Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu

bientôt...

 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris