Parler d'sa vie sur Ulule
 

Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

[ Pseudonymes ]

Jean-Jacques Goldman a écrit ou composé vingt titres sous quatre pseudonymes.

Jean-Jacques Goldman n'a plus utilisé de pseudonyme lorsqu'il écrit pour quelqu'un depuis 1994. Ainsi, Céline Dion, Johnny Hallyday, Khaled, Carole Fredericks, Robert Charlebois et Patricia Kaas ont eu le privilège d'obtenir des titres signés du nom de Jean-Jacques Goldman, contrairement aux personnes ci-dessous mentionnées.

"J'adore écrire des chansons. C'est ce que je préfère. Je prends un pseudonyme simplement pour que les gens fassent la différence entre ce que j'écris pour moi (ou pour Carole et Michael) qui est vraiment une aventure personnelle, et ce que j'écris pour Patricia Kaas, Marc Lavoine ou Florent Pagny, qui est un travail dans le sens où je me mets à leur service".

Jean-Jacques Goldman, FAX-O (M6), 1994

Retrouvez toutes les chansons écrites par Robert Goldman sous le pseudonyme de J. Kapler dans la rubrique J. Kapler / Robert Goldman : L'autre Goldman

   

[ Sam Brewski ]

Ce pseudonyme là est devenu très rapidement célèbre. Si les titres pour Philippe Lavil, Christopher Thomson et Christophe Deschamps sont passés inaperçus, l'énorme succès de Il me dit que je suis belle, puis de Si tu veux m'essayer, ont levé le voile sur l'identité de leur illustre auteur / compositeur. L'origine de ce pseudonyme est probablement une référence aux Etats-Unis : Sam comme l'oncle Sam, et Brewski une référence aux origines judaïques de Jean-Jacques Goldman. Brewski est un nom juif relativement courant aux Etats-Unis.

 

 


 

 

[ O. Menor ]

Il semblerait bien que Marc Lavoine soit l'un des seuls amis de Jean-Jacques Goldman dans le monde impitoyable du show-business. Lorsque Marc Lavoine lui a demandé de mettre en musique trois de ses textes, Jean-Jacques Goldman a accepté, mais à condition d'utiliser des pseudonymes. L'inventivité dont ils ont fait preuve à cette occasion est délicieuse : O. Menor, prononcé phonétiquement, donne Om en or, soit homme en or... Goldman ! Quant à M. Oats, il n'est pas en reste, puisque Oats signifie, en anglais, avoine !

 

 


 

 

[ First Prayer ]

Le nom de l'interprète est tout aussi mystérieux que le visage féminin dissimulé dans l'ombre qui figure sur la pochette du 45 T, mais c'est bel et bien Jean-Jacques Goldman qui a écrit, composé et interprété ces deux titres, qu'on croirait sortis d'un tiroir des Bee Gees...

 

 


 

 

[ Sweet Memories ]

On peut se demander pourquoi, alors que Jean-Jacques Goldman n'était pas encore connu, pourquoi il a écrit et / ou interprété ces titres sous un pseudonyme. La légende veut que c'était uniquement afin de boucler ses fins de mois que Jean-Jacques Goldman a enregistré Slow Me Again, mais qu'en est-il des titres qui ont suivi ? Si Jean-Jacques Goldman voulait vraiment lancer la carrière solo de Michael Jones, pourquoi ne pas lui avoir écrit Viens sous son propre nom ?

 

 


 

 

Retour à la page précédente