Parler d'sa vie sur Ulule
 

Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Aïcha (français)

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Jean-Jacques Goldman
Compositeur : Jean-Jacques Goldman
Editée par : Editions J.R.G.

Version originale
Année : 1996
Interprétée par : Khaled
Distribuée par : PolyGram

Remarques :
La version uniquement en français de cette chanson n'est disponible qu'en single.

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
1996 Khaled CD 2 titres 576 844-2
1996 Khaled CD 3 titres 576 845-2 non disponible.


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
1997 Joël Zébulon (version zouk) CD single 3 titres YEP 97008/3
1997 Joël Zébulon (version reggae) CD single 3 titres YEP 97008/3
1997 Joël Zébulon (version club) CD single 3 titres YEP 97008/3
1998 Africando CD Baloba ! SYLAF 96 035
2001 Lââm, Francis Cabrel CD L'Odyssée des Enfoirés WEA 7432-183531-2
2002 Collège de l'Estérel CD Jusqu'au bout de nos rêves... -
12 avril 2003 Laam Tubes d'un jour, tubes de toujours (TF1) non disponible.

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Année Titre Langue Interprète Auteur de l'adaptation Pochette
1996 Aïcha français / arabe Khaled Khaled
1996 Aicha polonais Magma I. Kubiaczyk
1997 Aïcha espagnol Amistades Peligrosas Cristina del Valle - Esther Garcia
1998 Aïcha hébreu Haim Moshe Ehoud Manor
1998 Aïcha woloff Africando Africando
2002 Aicha anglais Outlandish K. Badj Brahim, I. Bachiri, W. Qadri, R. L. Martinez, Mintman
2006 Alithia sou leo grec Stamátis Gonídis Stamátis Gonídis
2007 Non Voglio Che Amore italien Vittorio Merlo et Marco Guerzoni Vittorio Merlo

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

Comme si j'n'existais pas
Elle est passée à coté de moi
Sans un regard, Reine de Saba
J'ai dit, Aïcha, prends, tout est pour toi

Voici, les perles, les bijoux
Aussi, l'or autour de ton cou
Les fruits, bien mûrs au goût de miel
Ma vie, Aïcha si tu m'aimes

J'irai où ton souffle nous mène
Dans les pays d'ivoire et d'ébène
J'effacerai tes larmes, tes peines
Rien n'est trop beau pour une si belle

Oooh ! Aïcha, Aïcha, écoute-moi
Aïcha, Aïcha, t'en vas pas
Aïcha, Aïcha, regarde-moi
Aïcha, Aïcha, réponds-moi

Je dirai les mots des poèmes
Je jouerai les musiques du ciel
Je prendrai les rayons du soleil
Pour éclairer tes yeux de reine

Oooh ! Aïcha, Aïcha, écoute-moi
Aïcha, Aïcha, t'en vas pas

Elle a dit, garde tes trésors
Moi, je vaux mieux que tout ça
Tes barreaux sont des barreaux, même en or
Je veux les mêmes droits que toi
Et du respect pour chaque jour
Moi je ne veux que de l'amour

Aaaah !
Comme si j'n'existais pas
Elle est passée à coté de moi
Sans un regard, Reine de Sabbat
J'ai dit, Aïcha, prends, tout est pour toi

Aïcha, Aïcha, écoute-moi
Aïcha, Aïcha, écoute-moi
Aïcha, Aïcha, t'en vas pas
Aïcha, Aïcha, regarde-moi
Aïcha, Aïcha, réponds-moi

Lalala....lalala...

Les chansons sont souvent plus belles que ceux qui les chantent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu
bientôt...

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu



Hier soir, j'ai acheté le single de Khaled "Aïcha" pour avoir un avant-goût du futur album.

Quelques remarques

La musique est superbe, ainsi que les paroles (c'est du Jean-Jacques Goldman...).

Quelqu'un peut-il me dire si lon entend une batterie électrique ou une boîte à rythmes (comme dans "Pour que tu m'aimes encore") ? N'étant pas spécialiste, je ne fais pas la différence. Personnellement, j'aurais préféré une batterie traditionnelle...

Il est dommage que Khaled chante à l'orientale (avec des nuances au quart de ton) sur une musique occidentale (tons et demi-tons).

Sinon, la chanson accroche, pour peu qu'on l'écoute plusieurs fois (elle est déjà première des ventes de single à la Fnac).

Le thème est très audacieux, à la fois pour Khaled et pour Jean-Jacques Goldman (Khaled fait partie de la liste rouge des intégristes algériens (G.I.A.), ils l'ont autrement dit condamné à mort). Thème : une femme maghrébine refuse qu'un homme lui offre des cadeaux, tous plus beaux les uns que les autres. Elle ne demande que de l'amour, qu'on la respecte et qu'elle ait les mêmes droits que les hommes. Du moins, c'est ce que j'ai cru comprendre de la chanson... :-)

La seconde chanson du single est la version mixte (arabe-francais) d' Aïcha. Pour les paroles en arabe, ne comptez pas sur moi... :-)

Laurent Joubert
Là-Bas, 6 septembre 1996



Franchement, moi, je ne trouve pas ça génial ! ... Ça me fait penser à un Barbelivien (comme on en parlait, il ny a pas si longtemps). La batterie est bien une boîte à rythmes (ou alors le batteur a une batterie FisherPrice et des bras mécaniques articulés !). De plus, je trouve le rythme "très commercial". Je veux dire que c'est un rythme classique (tant au niveau du son que de celui de la rythmique) des hits actuels dans d'autres domaines musicaux que je ne nommerai pas. Pour les paroles, je n'ai pas grand chose à dire à part que j'ai connu des chansons de Jean-Jacques qui étaient plus sensibles pour traiter de la femme...

Bref, en gros, je trouve qu'il aurait pu s'abstenir si c'était pour faire du commerce.

Voilà, c'est mon avis...

Yves Bernard
Là-Bas, 26 septembre 1996



J'ai acheté le single d' Aïcha, de Khaled. C'est vraiment très bien. Le second titre du disque est Aïcha (version mixte) et j'ai cru que c'était Khaled et Jean-Jacques Goldman. Quelle déception quand j'ai entendu que c'était Khaled qui chantait en français et en arabe, mais c'est quand même très bien.

J'ai demandé au vendeur de la Fnac quand l'album sortait et il m'a répondu dans le courant du mois de novembre. Je trouve que c'est très tard après la sortie du single, mais enfin.... Jean-Jacques Goldman n'aurait-t-il pas encore composé tous les titres ? Allez, trêve de plaisanteries. Le vendeur m'a dit, mais il n'en était pas sûr à cent pour cent, que ce serait Jean-Jacques Goldman qui aurait composé plus de la moitié de l'album. Pourrais-je avoir confirmation ? Ça serait génial ! En tout cas, moi qui étais très pessimiste sur le résultat, j'avoue très volontiers que je me suis trompé, car c'est vraiment très bien. J'admire la façon de Jean-Jacques Goldman de composer avec son style des titres qui sonnent "arabe". Décidément, il a vraiment beaucoup de talent. Je m'en rends compte tous les jours ! C'est vraiment un excellent compositeur.

Pour le rythme, il ressemble étrangement à "Pour que tu m'aimes encore", c'est le même feeling.

Pour reprendre ce que disait Laurent, ça serait bien que quelqu'un connaissant l'arabe puisse transcrire les paroles de la version mixte, en caractères européens, bien sûr, car je crois que ça ne passerait pas sinon.

Pour répondre aussi à Laurent, moi j'apprécie le mélange des deux gammes (orientale et occidentale). C'est justement ce qui fait que c'est original.

Sinon, c'est vrai que Khaled est condamné par le G.I.A. ? Pourrais-je avoir de plus amples renseignements ?

Rémi Corot
Là-Bas, 26 septembre 1996



Enfin ! Enfin Jean-Jacques commence à écrire sur un thème qui m'est très cher au coeur ! Un texte qui concerne la femme enfin ! Vous vous souvenez que je suis une "féminazi"! :-)

Autant je l'adore notre Goldman, autant je trouvais dommage que dans lensemble, ses textes ne traitent que des droits de l'Homme en général, jamais rien de spécifique sur les droits des femmes. Je trouvais même certain de ses textes un peu sexiste sur les bords. C'était toujours raconté d'un point de vue très, très masculin. Pardon les garçons, je sais que ça va vous laisser perplexes, mais en tant que femme, pour moi c'était un peu triste. Je sentais un manque de maturité de sa part de ce côté là et j'attendais patiemment qu'il se réveille un peu. Cette chanson est si symbolique de la condition de la femme dans beaucoup de pays.

Il y a trois ans, je suis allée avec ma famille en Arabie Saoudite. C'était un long voyage d'un mois où nous sommes allés en Israël, en Egypte et à Djibouti. Pour pouvoir aller du Caire à Djibouti, nous avons dû passer deux nuits (Air France et ses délais !) à Djedda en Arabie Saoudite. L'enfer ! Ils ont tout fait pour nous humilier et nous terroriser. Confiscation de passeports, garde armée à la mitraillette pour nous accompagner à la cafétéria qui se trouvait à 20 mètres, valises, de notre famille seulement, éparpillées sur le tarmac devant l'avion alors que tous les autres passagers avaient déjà embarqué, etc... Ils prenaient un plaisir particulier à nous humilier, ma fille et moi. Ils nous séparaient de mon mari et de mon fils, qu'ils laissaient tranquilles, et ils nous faisaient fouiller (deux fois). Je n'oublierai jamais le regard des hommes sur ma fille et sur moi-même. Je n'ai jamais été de ma vie si insultée par un regard. Rozenn en avait les larmes aux yeux. D'ailleurs, quand elle en parle, même après trois ans, tout de suite ses yeux se mouillent. Les femmes autour de nous étaient complètement couvertes de voiles noirs. Certaines montraient leurs yeux et un peu de leur visage, mais la plupart portaient un voile au-dessus de leur tête qui tombait jusqu'à leurs pieds. Ça n'empêchait pas les hommes de les "déshabiller" du regard quand elles passaient devant eux. Même les hommes mariés, avec leur femme juste à côté d'eux, et mon mari à côté de moi, me regardaient avec un sourire narquois et insolent comme si j'étais un paquet de viande sans valeur. Le pays est si riche ! Les femmes croulent sous les bijoux... mais elles sont traitées comme des chiennes, vraiment.

C'était un peu mieux pour nous en Egypte en tant que femmes occidentales, mais, par exemple, je me souviens avoir demandé à notre chauffeur de taxi pourquoi toutes les voitures étaient conduites par des hommes seuls, alors que les bus débordaient littéralement de femmes. Elles sortaient par les fenêtres, les pauvres. Il m'a expliqué que les femmes en Egypte n'ont pas le droit de conduire. Richard lui a dit que je conduisais et que notre fille de 15 ans devait passer son permis de conduire dans quelques semaines (15 ans dans le Montana). Il a pris un air dégoûté !

Après un long silence pesant, il nous a déclaré : "ma femme monte très bien sur les chameaux !". Bien sûr, Richard l'en a félicité et il semblait très fier de lui après ça !

Pour en revenir à la chanson, c'est vraiment la condition typique de la femme couverte d'or, de servants, de palais... mais toujours traitée comme une propriété elle-même. Elle n'existe que pour servir l'homme. Bravo pour Jean-Jacques et Khaled, et merci Laurent. J'espère qu'il va nous en écrire d'autres comme ça. (...)

Yvonne Williams
Là-Bas, 26 septembre 1996



Non seulement un Juif écrit pour un Arabe (un Algérien), mais la chanson va à l'encontre de ce que les fanatiques d'Algérie en ce moment essayent d'imposer aux femmes algériennes. Aïcha, si ma mémoire est bonne (avons-nous un Arabe sur la liste ?), était l'épouse la plus indépendante du Prophète. Ecrire et puis chanter "je veux les mêmes droits que toi" sur une musique arabe n'est pas une coïncidence.

"Elle est passée à côté de moi" définit si bien comment les femmes peuvent vivre avec les hommes au quotidien sans être jamais vraiment connue d'eux. Ils ne comprennent pas leurs besoins, ils leurs offrent des "parures" parce que pour eux, elles sont des objets à idolâtrer tant qu'elles restent sous leur coupe. Ils sont prêts à tout offrir aux femmes, sauf ce qui compte vraiment : le droit à leur humanité !

Vous voyez bien que les textes (pas tous, mais beaucoup) de Goldman ont souvent un sens plus profond. Vous croyez que le nom d' Aïcha est une coïncidence ? Elle est la reine de Saba, reine gouvernante et très respectée d'un pays qui se situait dans le Yemen moderne ; elle est la femme indépendante du prophète Mahomet ; elle est la femme arabe ; elle est la femme qui refuse d'être opprimée et qui se bat pour toutes les femmes de la planète.

C'est aussi courageux de la part de Khaled et de Jean-Jacques Goldman de l'avoir fait. En ce moment, Il y a des personnes en Algérie, en Iran, etc... qui se font massacrer pour moins que ça. Par exemple, pour porter le voile pas tout à fait comme il faut ou pour oser faire de la bicyclette...

Est-ce que je suis passionnée là-dessus ? Oui, bien sûr ! Entre des centaines d'autres expériences, quand j'avais dix onze ans et que je vivais à Djibouti, j'avais des amies qui se faisaient martyriser les parties sexuelles pour pouvoir être acceptées par les hommes.

Je le dis, ce coup-ci, je suis fière de Goldman (... dans d'autres coups aussi).

Yvonne Williams
Là-Bas, 12 février 1997



J'ai lu sur la liste que les gagnants connaîtraient déjà le verdict avant l'heure H. Mais alors pourquoi n'avait-il pas prévenu Khaled (ne serait-ce que de quelques mots) pour lui dire qu'il voulait faire une version à deux voix, avant de monter sur scène ? D'autres ont dit que Jean-Jacques était là car il avait été prévenu. A mon avis, il était là car il devait être là, et il le sait. Les Victoires sont un grand événement dans la musique française, et Jean-Jacques Goldman est quand même un des plus grands (si ce n'est le plus grand) artistes français encore de ce monde dans cette catégorie ! Alors, il devait être là, il savait qu'il était attendu, donc il y est allé. C'est tout ! En plus, il devait se douter que "Aïcha" était en bonne position... :-)

Voilà ce que j'ai compris de ce qui c'est passé, d'après ce que j'ai entendu sur la liste : ils annoncent que Khaled a la meilleure chanson, le public applaudit, Khaled est dans la salle, il monte sur scène, remercie et commence à chanter et Jean-Jacques arrive par derrière, une fois la chanson commencée. C'est ça ou je suis à côté de la plaque ?

J'ai reçu les wav (merci Stéphane !). Il y en a deux extraits. Le premier est un passage raté où Khaled et Jean-Jacques Goldman ne sont pas sur la même longueur d'ondes, Khaled s'arrête de chanter quand Jean-Jacques Goldman chante, et donc Jean-Jacques est obligé de baisser de deux tons d'un seul coup pour rattraper... :-( C'est assez comique à écouter, mais ça fait un peu "amateur"... :-( Le second extrait est bien plus sympathique, c'est la fin et, là, ils se sont compris donc c'est super ! :-)

Ok, c'était improvisé, donc on a le côté naturel, mais je pense que c'était (même si c'était super de le voir) une erreur de la part de Jean-Jacques de monter sur scène pour chanter avec Khaled s'il ne s'était pas mis d'accord avec lui au préalable. A la place de Khaled, je ne serais pas très content que Jean-Jacques se soit "incrusté" pour faire "foirer" la chanson en direct. Globalement, je pense que tout le monde a été content de voir Jean-Jacques Goldman arriver sur scène pour chanter avec Khaled (symboliquement, ça a déjà été dit, c'était très bien). Mais ça aurait été tellement mieux si Jean-Jacques avait prévenu Khaled ! Ce que j'en déduis, c'est que ce n'était pas préparé, ce n'est pas possible ! En fait, j'aimerais bien qu'ils refassent cette version pour de vrai et pas pour du beurre comme c'était là. Ça serait génial ! Je suis certain que Jean-Jacques va le refaire à une occasion ou une autre le plus rapidement possible, pour oublier ça, alors à l'écoute !

C'était mon "grain de sel" sur le sujet.

Flavien L.
Là-Bas, 17 février 1997



Je tiens à préciser que la version de Aïcha lors des Victoires de la Musique n'était pas improvisée. A 19 h, sur RTL 2, ils disaient que Jean-Jacques Goldman allait chanter Aïcha en duo avec Khaled, donc c'était préparé mais peut-être pas suffisamment !

Sandrine Enault
Là-Bas, 18 février 1997



Sandrine a dit qu'ils avaient prévenu sur RTL2 que Jean-Jacques Goldman allait chanter avec Khaled en duo. Il y a donc deux solutions : ils s'étaient entraînés. Alors si c'est ça, je dis, cest grave ! C'était prévu mais ils n'ont pas eu le temps de s'entendre avant d'être sur scène (bizarre, tout le monde disait que Khaled ne s'y attendait pas !).

Je suis tout à fait d'accord pour dire que du point de vue symbolique, c'était génial, que c'était une émotion formidable d'être devant sa télévision et de voir arriver Jean-Jacques pour chanter avec Khaled. Je ne conteste en rien cela, c'était très fort. Il ny a rien d'autre à ajouter, si ce n'est qu'il faut espérer qu'ils soient entendus le plus loin possible.

Par contre, moi qui n'ai entendu que deux extrais en wav, je suis désolé d'être cru à ce point, mais dans le premier, ils sont nuls ! Khaled s'arrête de chanter dès que Jean-Jacques chante, Jean-Jacques faisait la deuxième voix, alors pour rattraper le coup, il descend de deux tons au milieu de la strophe, c'est une catastrophe ! Khaled n'a pas de problème dans ses : "besoin de toioioioioioioioioioioioioioioi", ça rattrape un peu l'ensemble, mais il n'y a aucune synchronisation, ça fait "chanteurs solos qui chantent à deux pour la première fois". Dans le second extrait, c'est la fin, ils sont synchros, donc là c'est parfait, il ny a rien à redire.

On ne va pas épiloguer là dessus 150 000 ans, mais c'est dommage qu'ils n'aient pas prévu le coup avant (je refuse de croire qu'ils s'étaient entraînés ensemble, ne serait-ce qu'une seule fois).

Flavien L.
Là-Bas, 18 février 1997



Non, non, non et re-non, je ne suis pas d'accord du tout avec ce point de vue. Jai regardé les Victoires dans un état d'effervescence comme chaque année (car c'est vraiment une des seules émissions de la télévision française que je me fais un devoir de ne pas louper même si parfois c'est un peu truqué...). Je me trouvais donc chez moi à 21 heures et quelques, j'avais dit à tous que je voulais me taper une petite soirée tranquille à regarder de la musique en direct live, avec également le secret espoir d'une jolie surprise au moment de la chanson de l'année...

Alors quand Jean-Jacques est arrivé par surprise derrière Khaled qui ne semblait pas être prévenu, le frisson qui m'a envahi restera indescriptible. La dernière fois que j'avais éprouvé une émotion musicale comme celle-là, c'était peut-être lors de l'entrée sur scène de Jean-Jacques devant mes propres yeux pour la première fois quand il interprétait "Famille" au début du programme de ses concerts en 1988, ou alors peut-être quand j'ai vu Brian May interpréter "Too much love will kill you" quelques mois après la disparition de Freddie Mercury, ou encore (dernier exemple) quand j'ai entendu les Guns interpréter une version de 21 minutes de "November Rain" à Lyon, il y a quelques années...

Non, non et re-non, je répète que ce moment d'émotion fut unique. Peut-être qu'ils la rechanteront mais comme je l'avais déjà dit il y a quelques semaines, ces deux mecs qui ont réconcilié la petite Sarah qui n'avait pas huit ans, et la petite Aïcha reine de Saba ont tout compris bien avant les autres... Et ce moment d'émotion et d'improvisation si magnifiquement imparfaite restera comme une lumière qui me tiendra chaud...

Eric Saya
Là-Bas, 18 février 1997



 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris