Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Broken Dream

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Khanh Maï
Compositeur : Khanh Maï
Editée par : ?

Version originale
Année : 1986
Interprétée par : Taï Phong
Distribuée par : Vogue

Remarques :
Jean-Jacques Goldman revient faire les choeurs sur cette tentative avortée de relance de la carrière de Taï Phong.

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
1986 Taï Phong 45 T VOG 102170
1986 Taï Phong Maxi 45 T VOG 312 051 non disponible.


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Aucune reprise connue.

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Aucune adaptation connue.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

A venir...

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu

Ludovic Lorenzi : Par la suite, il y a eu un nouveau 45 tours de Taï Phong, en 1986. Donc, le groupe était monté sur scène avec Jean- Jacques et ça leur a donné, redonné l'envie de refaire un disque.

Jean Mareska : De toute façon, moi, je suis resté en bon rapport avec eux. Même Jean-Alain qui vivait à Limoges et qui était en train de sombrer, le pauvre, dans l'alcool. Quand il venait à Paris, on se voyait. Moi, je voyais Khanh de temps en temps, je voyais Stéphane assez souvent. Taï avait disparu complètement de la circulation et il se disait qu'à l'époque il chantait dans le métro. Je ne l'ai jamais vu Je ne prends pas beaucoup le métro non plus. Mais on se voyait souvent et ils avaient toujours des velléités de faire des choses. Stéphane essayait d'affirmer de plus en plus ses qualités de compositeur. Khanh rêvait du bon vieux temps où Taï Phong vendait beaucoup de disques. On se voyait, on écoutait des bandes, des maquettes, des trucs comme ça. Et puis, bon je n'avais pas d'opportunité. Et puis, ils ont fait ce fameux concert avec Jean- Jacques, où j'étais, où ils sont montés sur scène. Et puis, à quelques temps de là, je pense que c'est vers 85, je suis rentré chez Vogue, j'ai ouvert un petit label chez Vogue, qui s'appelait Mayday. Donc, j'avais d'un seul coup un opportunité, donc quand j'ai dit à Detry qui était la patron de Vogue "J'ai la possibilité de signer certains des membres, il n'y aura plus Jean-Jacques, bien sûr, mais certains des membres de Taï Phong", il m'a dit "Vas-y". Toujours pareil, on avait de quoi faire, on avait peut-être trois-quatre chansons. On a dit, on va faire un single, on a fait ce single. Et sans trop y croire, on a demandé à Jean-Jacques si ça ne le dérangerait pas, par rapport à sa carrière qui était déjà quelque chose d'assez abouti, de venir poser une guitare, mettre une voix. Et très gentiment, il est venu au studio un soir, mais vraiment très simplement, comme ça. Il est arrivé dans sa vieille bagnole pourrie et puis il a fait des voix jusqu'à ce qu'on lui dise "C'est Ok". Il était vraiment à dispo et ça c'était formidable de pas avoir oublié ça. Ludovic Lorenzi : En ce qui concerne cette chanson, vous aviez prévu de la promotion puisque qu'un clip a été tourné, dont cinquante diffusions avaient été prévues sur TV6, la chaîne musicale de l'époque. Mais la chaîne s'est arrêtée. Est-ce qu'on peut mettre ça uniquement sur le compte de la malchance ? Jean Mareska : Je n'en sais rien. Peut-être, je ne sais pas. Là Taï Phong revenait avec un nouveau chanteur, qui était le batteur. Donc, ça pouvait ne pas faciliter les choses Je ne sais pas, franchement. Vous savez, la réussite d'un disque et l'échec, ça tient à tellement peu de choses. Un petit maillon de la chaîne qui craque et puis c'est foutu.

Ludovic Lorenzi : L'échec du 45 tours a arrêté l'album, en fait. Parce qu'un album était prévu, c'était marqué derrière la pochette : "The return of the samouraï".

Jean Mareska : Dans nos rêves les plus fous, oui. On disait que si le single décollait, on allait vite enchaîner avec un album derrière. Mais bon, le single n'ayant pas fonctionné, ça s'est arrêté. Puis, moi, j'ai quitté Vogue à ce moment-là pour entrer chez Flarenach. Et comme ce n'était pas du tout dans les orientations musicales de Flarenach de signer ce genre d'artiste, chacun a repris sa vie. Stéphane en donnant des cours de batterie, en jouant dans les orchestres, Khanh s'occupant de son magasin de musique.

Rencontre avec Jean Mareska
Issy-les-Moulineaux, 20 juillet 2001


Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu

bientôt...

 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris