Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Jean-Jacques Goldman : "Le plaisir de donner"
(Nice-Matin, 20 avril 2002)

Jean-Jacques Goldman : "Le plaisir de donner"
Nice-Matin, 20 avril 2002
Propos recueillis par Robert Yvon
Retranscription de Delphine Martin

Le chanteur compositeur sera encore aujourdhui en concert au Nikaia et lundi soir au Znith de Toulon. Il voque ses projets et le plaisir quil peut prendre pour cette grande tourne.

Hier soir au Nikaia, avant daffronter plus de huit mille fans, Jean- Jacques Goldman sest confi, avant de se concentrer pour un spectacle quil veut populaire, spectaculaire et original.

Robert Yvon : Vous dmarrez une grande tourne. Est-elle dj rode ?

Jean-Jacques Goldman : On nen est quau troisime concert. A Montpellier, on sest heurt des problmes techniques, qui franchement nous ont gch un peu notre plaisir. Cest un spectacle qui est assez lourd. A Nice en deux jours, il va falloir rgler les problmes de sons et dcoute. Le plaisir nest pas encore l sur cette tourne. Mais cela va venir progressivement, sans doute Nice.

Robert Yvon : Vous tes fidle vos musiciens, notamment Michael Jones. Tout le monde est l sur cette tourne ?

Jean-Jacques Goldman : Oui, tout le monde est l. Les musiciens sont les mmes que pour la prcdente tourne. Lme de Carole Fredericks est aussi trs prsente grce aux prouesses de la technique. Nous avons russi isoler sa voix dun enregistrement, pour ensuite lutiliser pendant la tourne.

Robert Yvon : Il existe dj plus de 3 000 sites sur Internet vous concernant. Mais rien sur la dernire tourne 2002.

Jean-Jacques Goldman : Je ne connais pas Internet, enfin je ne my suis pas encore mis.

Robert Yvon : Un site de collectionneurs montre tous vos billets de spectacles. Comment les ralisez-vous pour quils aient une telle cote ?

Jean-Jacques Goldman : Jai des collaborateurs qui sont trs enthousiastes et qui sont pleins dides. Ils me les proposent. Jai un droit de regard bien videmment. Et bien souvent, moi-mme je les incite trouver quelque chose de trs original. Moi, a me plaisait quand jtais gamin davoir de beaux billets de concerts, ou des backstages. Ctait la mme chose avec les vinyles. Je recherchais les perles rares comme la pochette des Stones avec la fermeture clair.

Robert Yvon : Vous avez tout conserv chez vous ?

Jean-Jacques Goldman : Non parce que je ne suis pas trs collectionneur. Jai des vieux disques de Jimmy Hendrix, cest tout.

Robert Yvon : Vous allez composer et crire des chansons nouvelles pour Cline Dion ?

Jean-Jacques Goldman : Jai commenc un petit peu composer et crire pour elle. Mais mon travail sera beaucoup plus simple puisque je ne lui crirai cette fois que deux ou trois chansons pour son album.

Robert Yvon : Quest-ce que vous pensez de son retour, de son dernier album amricain ?

Jean-Jacques Goldman : Disons quil y a une production amricaine tout fait spcifique pour ce disque. Cest trs lisse, trs comme il faut, avec des arrangements trs lchs. Dailleurs, quand je travaillais avec elle, elle mexpliquait quon la faisait chanter vingt fois la mme chanson. Alors que chez nous, on cherche plutt lmotion que la prcision. Mais je pense quelle aime bien travailler avec nous de faon un petit peu moins police quaux USA. Il y a davantage de place pour les surprises et les improvisations.

Robert Yvon : Ecrire une chanson franaise pour lEurovision, cela manque un peu votre palmars ?

Jean-Jacques Goldman : Je ne suis pas trop tent. Pour linstant, je suis combl et je nai jamais vraiment aim les concours. Je crois que Bruel fait a trs bien. Je lui laisse volontiers ma place.

Robert Yvon : On dit que vous tes un chanteur texte, est-ce justifi ?

Jean-Jacques Goldman : Jen suis trs flatt. Le texte en France, est trs particulier et fondamental. Je pense quil ne faut pas confondre lcriture dune chanson avec la posie. Je ne me considre ni comme un journaliste qui crirait un ditorial ou un pamphlet, ni comme un pote. Je suis un chanteur, cest tout.

Robert Yvon : Vous aimez donner beaucoup de vous-mme face au public ?

Jean-Jacques Goldman : Je pense que je prends plus de plaisir face mon public, que je nen donne. Mon luxe, ce nest pas tellement de gagner de largent. Mais je reste toujours trs content de faire un album, de la mme manire dont je cherche prendre du plaisir en tourne. Et je suis videmment satisfait lorsque la salle est pleine. Mais je reste le mme musicien qu lpoque o je faisais du bal. Si les gens dansent, je suis heureux.

Robert Yvon : Est-ce que vous prenez le mme plaisir avec les Restos du coeur ?

Jean-Jacques Goldman : Jai voulu minvestir dans cette opration comme nimporte quel bnvole dune association. La chanson et lorganisation de concert, ctait de ma comptence. Mais aujourdhui, je dois avouer ma grande honte, que cest un vritable plaisir. Sans doute autant que le bnvole qui soccupe de lalphabtisation ou dun club de football. Notre voeu le plus cher, cest que a sarrte un jour. Cela voudrait dire quil ny aurait plus de gens qui ont faim en France. Si tel tait le cas, je pense que nous continuerons pour dautres causes, ne serait-ce que pour le plaisir quon y prend.

Robert Yvon : La situation en Isral vous proccupe-t-elle ?

Jean-Jacques Goldman : Je me sens concern par ce qui se passe dans toute cette rgion. Tout le monde sait quun jour, il y aura la paix l-bas. Tout le monde sait quun jour Israliens et Palestiniens cohabiteront. Cest une certitude pour viter tous ces carnages inutiles.


Retour au sommaire - Retour l'anne 2002

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris