Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

[Titre inconnu]
(Radio Shalom, 27 mai 2003)

[Titre inconnu]
Radio Shalom, 27 mai 2003
Propos recueillis par Rachel
Retranscription de Stphanie Morel, merci Lucie Garel

Rachel : Jean-Jacques Goldman, bonjour !

Jean-Jacques Goldman : Bonjour Rachel.

Rachel : En pleine forme ?

Jean-Jacques Goldman : Ca va...

Rachel : Alors merci pour... On peut carrment dire que c'est un collector, il sortira le 2 juin. C'est un coffret live, un cd live, et c'est un pur moment de bonheur parce que pour ceux qui ont eu la chance de vous retrouver en concert, c'est exactement ce qui s'est pass... avec beaucoup d'humour ! Et justement, on redcouvre un Jean- Jacques Goldman encore plus proche de son public, qui taquine un petit peu, et le public rpond plutt bien. Donc merci !

Jean-Jacques Goldman : Bon a y est, tout est dit alors... merci vous ! [rires]

Rachel : Alors pour ceux qui ne connaissent pas Jean-Jacques Goldman... Ils doivent tre, je sais pas, en Amazonie ! [rires] Chaque fois, vos albums sont trs recherchs, toujours encore mieux... On a un petit peu peur, on se dit que pour le dvd il y aura peut-tre le panier de basket l'intrieur ! Et pour les concerts, c'est pareil, c'est extraordinaire, tout est parfait... On sent que vous avez envie de faire plaisir votre public... [Jean-Jacques, croulant sous les compliments, lui fait probablement un signe ou bien chuchote quelque chose. Elle rit, et reprend en souriant] Non, mais c'est sincre ! C'est--dire que lorsqu'on a la chance d'assister plusieurs concerts, on se dit... l, vraiment, au niveau de la lumire, au niveau de la mise en scne, tout ! Et puis bon, c'est un rendez-vous d'amour avec votre public ! On a l'impression vraiment que vous y prenez beaucoup de plaisir...

Jean-Jacques Goldman, d'une voix gne : Bah, c'est super gentil de dire tout a dj ! Vous avez bien fait de venir, franchement ! Enfin, j'ai bien fait de venir... [On sent Jean-Jacques rellement mu par les paroles de la journaliste] Enfin, c'est simplement parce que nous... Quand je dis nous ce n'est pas parce que je parle de moi la troisime personne, enfin la premire personne, enfin c'est toute l'quipe, ce sont vraiment des passionns quoi ! Le type des lumires, si je lui demande de faire des lumires toutes simples, il ne sait pas. Il dit "mais non... on peut faire a, on peut faire a". La personne qui s'occupe des films que l'on met derrire, c'est pareil, il propose beaucoup... Pareil pour les musiciens... Tous sont vraiment des passionns donc c'est assez facile de se servir de leur implication et de faire un spectacle sophistiqu...

Rachel : Mais alors on a l'impression que vous tes vraiment beaucoup plus l'aise, parce qu'on dit toujours Jean-Jacques Goldman introverti... Pas introverti du tout ! C'est--dire que d'entre de jeu, le ton est donn, et c'est de l'humour, il y a vraiment comme un match de tennis, il y a des changes avec le public, et on est trs nombreux venir voir Jean-Jacques Goldman !

Jean-Jacques Goldman : Oui mais a c'est une question de temps aussi. J'ai l'impression qu'il y a une fidlit du public, ce sont des gens qui m'ont dj vu en concert, et maintenant, avec le temps, comme dit Lo Ferr, il y a une intimit qui se cre... C'est comme si vous recevez quelqu'un manger : la premire fois il y a une petite distance, la deuxime fois a va un peu mieux, et puis au bout de la quatrime fois il y a une vraie connivence ! L, c'est ce qui se passe. Je peux faire par rapport aux concerts prcdents, je sais comment ils ragissent... a c'est, avec le temps, une connivence qui se cre.

Rachel : Alors justement, sur ce cd que l'on pourra se procurer le 2 juin, chansons de votre dernier album "Chansons pour les pieds", on a l'impression que... on sent un Jean-Jacques Goldman plus... la musique... pas plus ancienne, mais la vraie musique ! On a envie de danser, de se toucher. Quand on coute cet album et qu'on n'est pas venu au concert, on a envie de se lever et de se mettre danser plusieurs, deux, trois, on a envie de tourner... C'tait le but du jeu ?

Jean-Jacques Goldman : C'tait le but du jeu de l'album prcdent dj, qui s'appelait "Chansons pour les pieds". En fait ce n'taient que des danses, donc il tait clair que cet album-l sur scne allait prendre, je dirais, sa vraie dimension ! C'est--dire qu'un album de studio de chansons de bal, c'est tout fait anecdotique, tandis qu'un groupe de bal, ce que nous nous tions, en train de chanter des chansons de bal pour des gens qui sont dans une salle, forcment, l, les chansons arrivaient leur vraie destination : essayer de faire bouger, ragir les gens.

Rachel : Alors on n'imagine pas, mais il danse super bien Jean-Jacques Goldman ! [rires] Donc je ne sais pas, est-ce que c'est le soleil, c'est le midi ? Vous allez souvent aux ftes de villages ? Parce que vous dansez vraiment super bien !

Jean-Jacques Goldman, souriant : Vous plaisantez, je suppose...

Rachel : Pas du tout ! Moi sur scne, je me suis leve, j'ai essay de faire pareil au niveau des pas et c'tait extraordinaire [rires].

Jean-Jacques Goldman : C'est vrai qu'il y a une priode o l'on fait boys-band l, tous les cinq, ou six, et c'est impressionnant, c'est vrai... Mais une fois qu'on a fait a, on sait qu'on ne redansera plus jamais !

Rachel : Alors c'est vrai qu'on est l'heure o on a l'impression qu'on peut devenir quelqu'un de clbre en deux minutes, mais devenir un artiste ce n'est pas possible : c'est sur la dure. Et vous le prouvez bien. Mais ds le dpart le public a rpondu prsent, et j'ai envie de dire - bon je ne bois pas de vin - mais j'ai l'impression que pour ceux qui vont en parler, que Jean-Jacques Goldman est un vrai bon vin, c'est--dire qu' chaque fois, plus le temps passe, meilleur c'est ! [rires]

Jean-Jacques Goldman, souriant : Bon allez-y, reprenez du caf... Il y a du jus d'orange, il y a des petits croissants, allez-y, servez vous !

Rachel : Non, mais c'est sincre ! C'est vrai que comme beaucoup d'entre nous, moi, je vous suis depuis tout le temps... Dj, physiquement, vous ne changez pas ! Je dirais mme, c'est encore mieux !

Jean-Jacques Goldman : C'est la chirurgie esthtique, a...

Rachel : Non non... [rires] On sent rellement que Jean-Jacques Goldman est un tre panoui. Et puis musicalement... on vous attend au tournant mais dans le bon sens ! On se dit : "il va encore nous surprendre, encore mieux !". A l'heure des Star Academy, des missions de tl ralit o l'on demande aux gens de chanter et de danser, on se dit, "bon, l, a suffit, a ne rigole plus... l on ne nous prend vraiment pas pour des idiots".

Jean-Jacques Goldman : Je suis en train de flchir et de me courber sous le poids des louanges, et a me fait prendre un coup de vieux a, tous ces compliments...

Rachel : Non non, c'est pas vrai, absolument pas ! En tout cas, sur cet album, on retrouve les titres "Je marche seul", "Encore un matin", qui ne se dmodent pas, on retrouve les chansons du dernier album "Chansons pour les pieds", donc toutes les chansons que le public a aimes. Et surtout ce qui est trs sympathique j'y reviens encore c'est que vous changez, vous avez une complicit avec votre public qui vous a suivi, d'autres qui arrivent... Ils y avaient des petits bouts de choux, des enfants de huit/neuf ans. Justement, quel regard avez-vous face cette nouvelle gnration ?

Jean-Jacques Goldman : Bah, si c'est huit/neuf ans, j'aurais tendance leur dire d'aller se coucher... [rires] parce qu'un concert a se termine onze heures, je trouve a un peu tard ! Donc on va plutt prendre l'exemple des douze/treize/quatorze/quinze ans, il y en avait quelques uns... Je sais pas moi, je trouve a presque anormal ! J'ai l'impression que le grand challenge pour un chanteur, c'est dj d'essayer de conserver le public qu'on a au dbut ! Et moi, c'est ce que j'essaie de faire, c'est--dire qu'il y a des gens avec lesquels j'ai commenc crire une histoire, quand j'ai commenc, et donc c'tait, c'est vrai, beaucoup fminin... Elles avaient quinze ans l'poque, maintenant elles en ont... [Jean-Jacques rflchit]

Rachel : Trente ?

Jean-Jacques Goldman : Oui, voil, trente, trente-cinq, elles commencent avoir des enfants... Et mon but, mon souhait, c'est dj d'essayer de ne pas les dcevoir et de les conserver. Ce n'est pas vraiment d'essayer de sduire les rappeurs, ceux qui coutent de la techno, ceux qui sortent juste de Chantal Goya non plus...

Rachel : Alors justement, face cette musique-l, quel regard avez- vous en tant qu'artiste, en tant que musicien ?

Jean-Jacques Goldman : Moi, j'ai du respect pour cette musique. J'ai l'impression que si j'avais 20 ans maintenant, je ferais srement de la techno, parce que je trouve dans cette musique-l - moins dans le rap mais dans la techno en tout cas - je retrouve une espce de violence, un ct un petit peu hypnotique comme a, qu'on pouvait retrouver nous dans le rock progressif. Si j'avais 15, 20 ans, je serais dans cette musique-l.

Rachel : En tout cas merci Jean-Jacques Goldman ! C'est dommage, le temps passe trop vite. J'espre qu'on va se retrouver trs bientt, soit en concert, soit avec le dvd peut-tre. Et on se demande ce qui va se passer parce que sur cet album, ce cd, il y a plein de surprises, des diapos, c'est extraordinaire, vraiment ! C'est, on peut le dire, un bijou, un collector... Et, je ne sais pas, vous allez nous mettre quoi ? Le panier de basket, a m'avait bien plu a, au dbut du concert... [rires]

Jean-Jacques Goldman : Je n'en sais rien, mais en tout cas, ce qui est sr, c'est qu'en voyant votre raction et la raction des gens en gnral, a donne envie effectivement de ne pas les dcevoir, que ce soit sur le billet avec la photo bizarre... Et donc tous les gens qui travaillent avec moi sont super excits, ne serait-ce que pour essayer de continuer surprendre et d'essayer de ne pas dcevoir ! Donc voil, on continue chercher des ides...

Rachel : Alors au nom de tous ceux qui vous aiment, je vais reprendre un titre d'une chanson de Barbara, a me vient comme a, je suis dsole. Alors j'ai la chance de vous faire une dclaration d'amour, mais... notre plus belle histoire d'amour c'est vous, Jean-Jacques Goldman... [la voix de Rachel tremble, son motion transparat]

Jean-Jacques Goldman : Ouh la la, alors maintenant je rougis. Heureusement, c'est la radio on ne voit pas encore les images... Enfin merci beaucoup, a me touche beaucoup...

Rachel : Merci Jean-Jacques !


Retour au sommaire - Retour l'anne 2003

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris