Parler d'sa vie sur Ulule
 

Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...
Pierre Goldman
Libération, 9 décembre 1974
Marc Kravetz
Retranscription de Sandra Sparfel

Pierre Goldman est né le 6 juin 1944 de parents engagés dans les mouvements de résistance. Son père dirigeait un groupe de résistants juifs de la MOI (Main-d'œuvre immigrée, mouvement lié aux FTP), sa mère, qui vit aujourd'hui en Pologne, participait aussi activement à la lutte anti-nazie.

Au lycée, Pierre avait participé aux luttes contre la guerre d'Algérie et contre l'OAS. A 19 ans, il s'inscrit à la Sorbonne pour y faire des études de philosophie. Il milite à l'UNEF et à l'Union des étudiants communistes (dans le secteur "Sorbonne-Lettres"), au sein de l'opposition de gauche non-trotkiste au PCF, courant qui anime les principales luttes étudiantes de la Sorbonne entre 1963 et 1965. Il est élu à ce titre au Comité national de l'UEC.

En 1966, l'UEC remise au pas par le PCF, les opposants exclus, l'UNEF en proie à d'obscurs débats de tendance, Pierre Goldman quitte la France. Via la Tchécoslovaquie et la Pologne, il s'embarque pour les Etats-Unis. Son but est de gagner l'Amérique latine et d'y participer à la lutte révolutionnaire. Arrêté par la police américaine pour défaut de passeport, il revient en Europe. Mais c'est pour en repartir au plus vite. En 1968, il rejoint enfin un groupe révolutionnaire vénézuélien et il participe à leur combat jusqu'en septembre 1969 où il quitte le Venezuela par la Colombie.

Entre septembre 69 et janvier 70, il participe à trois hold-up pour lesquels il sera également jugé cet après-midi. Mais il est essentiellement accusé de l'agression contre une pharmacie du boulevard Richard-Lenoir, ce qu'il a toujours nié.

Pierre, en cinquante-six mois de prison, a repris ses études. Entré bachelier à Fresnes, il est titulaire de deux maîtrises d'espagnol et de philosophie, et travaille à deux thèses de doctorat dans ces spécialités. Il enseigne la philosophie aux détenus qui préparent le baccalauréat.

Pierre sera défendu devant la cour d'assises par Maîtres Pollack, Liebman, Grumbach et Marianne Merleau-Ponty.

Retour à "Pierre Goldman : le dossier"

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris