Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Comme toi

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Jean-Jacques Goldman
Compositeur : Jean-Jacques Goldman
Editée par : BMG Music Publishing France

Version originale
Année : 1982
Interprétée par : Jean-Jacques Goldman
Distribuée par : CBS

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
1982 Jean-Jacques Goldman LP Minoritaire EPC 25 089
1982 Jean-Jacques Goldman LP Minoritaire (Japon) 28-3P-476
1982 Jean-Jacques Goldman LP Minoritaire (Canada) PFC 90 976
1982 Jean-Jacques Goldman K7 Minoritaire 40-25089
1982 Jean-Jacques Goldman CD Minoritaire EPC 25 089
1982 Jean-Jacques Goldman 45 T souple édition limitée Amnesty International non disponible.
1983 Jean-Jacques Goldman 45 T EPC A 3103
1983 Jean-Jacques Goldman Maxi 45 T hors commerce SDC 94 non disponible.
1983 Jean-Jacques Goldman Maxi 45 T hors commerce SDC 11015 non disponible.
1983 Jean-Jacques Goldman Maxi 45 T hors commerce SDC 11016
1983 Jean-Jacques Goldman 45 T (Canada) ?
1986 Jean-Jacques Goldman 2 LP En Public EPC 4501911
1986 Jean-Jacques Goldman 2 LP En Public GFC 90749 (Canada)
1986 Jean-Jacques Goldman 2 K7 En Public EPC 450191-4
1986 Jean-Jacques Goldman 2 CD En Public EPC 450191-2
1991 Jean-Jacques Goldman 3 CD Quand la musique est bonne / Non Homologué / Positif COL 467 337-2
1991 Jean-Jacques Goldman Intégrale CD1 COL 469 217-2
1991 Jean-Jacques Goldman Intégrale CD3 COL 469 217-2
1992 Jean-Jacques Goldman LP Tour souvenir (Corée) Sony CPL-1249
1992 Fredericks - Goldman - Jones 45 T (medley) COL 658 806-7
1992 Fredericks - Goldman - Jones Maxi 45 T hors commerce (medley) SAMP 1715 non disponible.
1992 Fredericks - Goldman - Jones CD 2 titres (medley) COL 658 806-1
1992 Fredericks - Goldman - Jones CD 2 titres hors commerce (medley) PRO 717 non disponible.
1992 Fredericks - Goldman - Jones K7 2 titres (medley) COL 658 806-4 non disponible.
1995 Fredericks - Goldman - Jones 2 CD Du New Morning au Zénith COL 480 308-2
1996 Jean-Jacques Goldman 2 K7 Singulier COL 485 080-4
1996 Jean-Jacques Goldman 2 CD Singulier COL 485 008-2
1998 Jean-Jacques Goldman 2 CD Quand la musique est bonne / Entre gris clair et gris foncé ; COL 492 848 2 1998_coffret_deux_albums_300.jpg non disponible.
2000 Fredericks - Goldman - Jones 8 CD Intégrale 1990-2000 CD4 COL 498 836-2
2002 Jean-Jacques Goldman 3 CD Quand la musique est bonne / Non Homologué / Positif ?


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
? Jean-Pierre Mader ? ? non disponible.
1990 Jean-Félix Lalanne livre de partitions + K7 HD002
1996 Michel Leclerc (piano) CD Recueil Spécial Piano n° 1 CD Hit Diffusion HD/CD 05
1998 Gérard Berliner CD Hommage Editions Atlas 6227 303
1999 Alabina CD L'essentiel Sony 496 426-2 non disponible.
1999 Alabina CD 1 titre promo Sony Music 668206-1 CB 602
1999 Alabina CD 2 titres Sony Music 668206-1
2000 Eric Landman CD Eric Landman chante Jean-Jacques Goldman 02000EL26E49
2000 Les Fous Chantants 1 000 choristes rendent hommage à Jean-Jacques Goldman 05082000
2002 Collège de l'Estérel CD Jusqu'au bout de nos rêves... -
02 mai 2003 Tina Arena, Assia, Julie Zénatti, Michael Jones Yannick Noah and Co. fêtent les enfants de la Terre (M6) non disponible.
2003 Tina Arena, Assia, Julie Zénatti, Lorie CD promo Les enfants de la Terre Sampcd 12985
2003 Tina Arena, Assia, Julie Zénatti, Lorie CD Les enfants de la Terre Saint-George - Sony Music SAN 512 103-2
2003 Philippe Heuvelinne et Marc Rouvé ; livre + cd "Jean-Jacques Goldman : Voyage en guitare" Hit Diffusion HD/CD 42 2003_voyage_en_guitare_300.jpg non disponible.
2008 Vox Angeli CD "Imagine" 88697407132

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Année Titre Langue Interprète Auteur de l'adaptation Pochette
1983 Como tu espagnol Jean-Jacques Goldman B. Frances
1995 Kmo chehate hébreu Doron Mazar Chimrite Or
1997 Just like you anglais Anthony Lee Anthony Lee non disponible.
1997 San le ba chinois Lin Zhi Xuan Yao Ruo Long
1997 Zoals jij néerlandais Bart Herman Bart Herman
2000 Eras tu portugais Tony Carreira ? non disponible.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

Elle avait les yeux clairs et la robe en velours
À côté de sa mère et la famille autour
Elle pose un peu distraite au doux soleil de la fin du jour
La photo n'est pas bonne mais l'on peut y voir
Le bonheur en personne et la douceur d'un soir
Elle aimait la musique surtout Schumann et puis Mozart

Comme toi comme toi comme toi comme toi
Comme toi comme toi comme toi comme toi
Comme toi que je regarde tout bas
Comme toi qui dort en rêvant à quoi
Comme toi comme toi comme toi comme toi

Elle allait à l'école au village d'en bas
Elle apprenait les livres elle apprenait les lois
Elle chantait les grenouilles et les princesses qui dorment au bois
Elle aimait sa poupée elle aimait ses amis
Surtout Ruth et Anna et surtout Jérémie
Et ils se marieraient un jour peut-être à Varsovie

Elle s'appelait Sarah elle n'avait pas huit ans
Sa vie c'était douceur rêves et nuages blancs
Mais d'autres gens en avaient décidé autrement
Elle avait tes yeux clairs et elle avait ton âge
C'était une petite fille sans histoires et très sage
Mais elle n'est pas née comme toi ici et maintenant

Comme toi comme toi comme toi comme toi
Comme toi comme toi comme toi comme toi
Comme toi que je regarde tout bas
Comme toi qui dort en rêvant à quoi
Comme toi comme toi comme toi comme toi

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu

Numéro 1 : Es-tu étonné ou choqué que les gens, dans les boîtes, dansent sur "Comme toi" ?

Jean-Jacques Goldman : Je n'aurais jamais pensé qu'on puisse danser sur cette chanson, dans une chanson, le plus important c'est la musique. C'est finalement une appréhension très anglo-saxonne de la musique. Mais je demande à n'importe quel français, à n'importe quel critique littéraire qui sabre les chanteurs français parce que leurs textes sont soi-disant nuls, de me dire ce que signifie "Obladi oblada" des Beatles ou autres chansons. Il y a là un racisme. C'est une particularité de la chanson française qui se situe incontestablement au niveau du texte. Ça peut s'expliquer par notre passé culturel, etc. Mais il est sûr qu'on est beaucoup plus sévère avec les chansons françaises qu'avec les chansons étrangères. Parce qu'on reçoit le chanteur anglo-saxon comme un instrument, comme une composante totale de la musique. La presse est très dure pour les chanteurs français, et ces gens-là viennent me voir maintenant que j'ai écrit "Comme toi". Je me fais un plaisir de leur dire, que pour moi, il est plus important de faire une chanson comme "Quand la musique est bonne", parce qu'il y a des tonnes de chanteurs français qui sont capables de faire des textes aussi beaux que celui de "Comme toi". Par contre, il n'y en a pas beaucoup qui sont capables de faire de la musique sur laquelle on danse.

Jean-Jacques Goldman : "Je n'ai rien à prouver"
Numéro 1 magazine n°4, juillet 1983
Propos recueillis par Marie-Christine Leyri et Didier Varrod


Jocelyne : Je me suis permis dutiliser une de ses chansons "Comme toi" avec des élèves afin de commencer le travail sur un livre qui sappelle "Le sac de billes"

Jean-Jacques Goldman : de Joffo.

Jocelyne : Les enfants se sont posé plusieurs questions entre eux car ils voulaient savoir si le personnage de Sarah dans la chanson était une petite fille précise qui avait existé dans lentourage ou dans la famille de Jean-Jacques Goldman ou représentait-elle, comme je leur ai dit, toutes les petites filles juives qui ont disparu pendant la guerre ? Dautre part, ils voulaient également savoir si Jean-Jacques Goldman avait rencontré le problème de lantisémitisme, si parfois il en avait également souffert.

Jean-Jacques Goldman : Pour la première question, je répondrai oui et non. Cest-à-dire que lidée de la chanson mest venue en regardant un album de famille de ma mère, qui est née en Allemagne, où il y avait les photos de famille les plus banales possibles. Vous savez avec des petites filles, des gens après un repas avec des sourires niais, comme toutes les photos de famille du monde. Ma mère avait marqué à côté de mes cousins etc. entre parenthèses "déporté" en-dessous sur chaque photo. Cest là que je me suis rendu compte quil y avait cette petite fille qui était là, qui regardait ailleurs, qui visiblement pensait plutôt aller jouer avec sa poupée alors quon lui disait : "souris". Elle sourit avec une grimace comme sur toutes les photos de famille que lon peut voir. A ce moment-là, jai pris conscience que, dune part, on imaginait toujours ces gens-là avec des têtes de déportés, cest-à-dire après. Ce sont ces photos que lon voyait comme sil sagissait de gens différents de nous. Et là, sur ces photos, je voyais à quel point cétait des gens dune banalité incroyable qui nous ressemblaient et qui étaient prêts à vivre des petites vies importantes ou sans importance comme nous tous et qui ont eu une rencontre avec lHistoire qui a fait que. Voilà, je ne sais pas si cette petite fille sappelle Sarah, mais en tout cas son visage existe pour moi. (...)

Jocelyne : Par ailleurs, en ce qui concerne le problème de lanti-sémitisme, la-t-il rencontré lui-même ? Est-ce que vous lavez rencontré ?

Jean-Jacques Goldman : Ecoutez, en essayant dêtre objectif, je ne crois pas lavoir plus rencontré que des rouquins que lon appelle "poil de carotte", que des Italiens que lon appelle "ritals", que les gros que lon appelle "gros patapouf". Cette espèce de racisme ordinaire qui existe chez tous les "mômes" et qui touchent nimporte quelle différence. Il est vrai que jai eu quelques "sale juif" et autre du même genre, mais ce nétait pas franchement à la manière de ce que lon appelle vraiment le racisme et lanti-sémitisme. Je nai pas connu cela comme on peut peut-être le ressentir vis-à-vis des maghrébins, actuellement, je crois que cela prend une ampleur très différente de ce que moi jai pu connaître.

Studio 1
Europe 1, mars 1986


Chanson : Dans "Plus fort", on entend la voix d'Hitler, et dans "Comme toi" c'est son ombre qu'on devine. Ça te touche beaucoup, cette mémoire collective juive ?

Jean-Jacques Goldman : Bien sûr. Moi, je suis né en 1951, je n'ai pas vécu ça mais ma famille, oui, et on a tous baigné là-dedans depuis notre enfance.

Chanson n° 10, 1984


Nicole Korchia : Peux-tu chiffrer le temps pour faire une chanson ?

Jean-Jacques Goldman : Ça dépend. Il y a des chansons comme "Je marche seul", par exemple qui ont pris dix formes différentes, d'autres refrains... Donc j'ai mis beaucoup de temps à les bâtir, plusieurs mois. Il y en a d'autres comme "Comme toi" ou "Nuit" qui viennent en deux heures ou une nuit. Ensuite, il y a juste une semaine, quinze jours de travail dessus, pour rectifier la tonalité, trouver le bon tempo, les arrangements. Mais en gros au bout d'une nuit, la chanson est presque intacte. Ça dépend beaucoup des chansons.

Salut Magazine, 08-15 décembre 1990


Jean-Jacques Goldman  : Il y a des chansons qui viennent très rapidement, du style "Nuit" par exemple, ou "Comme toi". Bon, ça c'est des chansons qui viennent en deux heures et sur lesquelles il y a quinze jours / trois semaines de travail ensuite, qui sont les arrangements, bon, la tonalité définitive, le tempo, etc... Mais finalement, quand on entend le premier jet, la première maquette et la chanson à la fin, ce n'est pas énormément différent, c'est plus propre. Et puis, il y a les chansons qui demandent un boulot fou, des chansons genre "Là-bas", genre "Je marche seul", en général des chansons rapides, où là, c'est un enfer, ou alors "Leidenstadt" par exemple, qui restent longtemps de côté : ou je ne trouve pas le refrain, ou alors j'en trouve un qui est nul, ou la tonalité n'est jamais la bonne, ou le tempo n'est jamais bien, faut remixer, faut ré-enregistrer, enfin voilà : les chansons à problèmes...

Europe 2, 10 mars 1991


Jean-Jacques Goldman : Les versions, les chansons qui ont eu du succès comme "Quand la musique est bonne" ou "Comme toi" ou "Il suffira d'un signe", tu ne peux pas les toucher parce que les gens, finalement, les connaissent avec leurs défauts. (...) Comme certaines photos jaunies, ils les aiment jaunies ou comme certains vieux films, on ne les aime pas trop colorisés quand on les a vus en noir et blanc ou en muet.

Europe 2, 28 février 1997


Christophe Nicolas : Et qu'est-ce qui vous plaît ou déplaît lorsque vous regardez un petit peu en arrière, comme là on est en train de faire ? Quand vous regardez le Jean-Jacques Goldman des débuts, est-ce qu'il y a des choses qui, maintenant, vous déplaisent vraiment dans ce comportement que vous aviez, dans la façon d'écrire, dans la façon de chanter qui était complètement différente. Si on écoute 82 et 97, ça n'a rien à voir.

Jean-Jacques Goldman : J'ai des bonnes surprises, parfois, sur des chansons que j'avais oubliées, et des mauvaises surprises. Alors... je sais qu'il y a certaines... une chanson comme "Comme toi", par exemple, m'agace beaucoup sur la tonalité. C'est une chanson qui aurait pu être mieux réalisée.

Christophe Nicolas : Pourquoi ? Qu'est-ce qui vous gêne ? Vous chantez un peu trop haut ?

Jean-Jacques Goldman : Je hurle. J'ai l'impression qu'on me marche sur le pied.

Christophe Nicolas : Et c'est comme ça que vous décidez celles qui vont être refaites ou non dans des versions live, dans des versions différentes ?

Jean-Jacques Goldman : Oui. Je crois qu'on l'a baissée. Par exemple, celle-ci, je crois qu'on l'a baissée d'un ton ou deux lorsqu'on l'a refaite en concert la dernière fois.

Week-end Jean-Jacques Goldman
Nostalgie, 26-27 septembre 1997


Platine : Tu as également repris "Au bout de mes rêves" que Goldman avait enregistré trois ans avant de te connaître. Elle ne correspond pas à ton époque à ses côtés.

Carole Fredericks : Ça m'est égal, car elle me plaît. J'aime aussi beaucoup "Pas toi", mais on la refait déjà en trio et un groupe vient de la reprendre : c'est trop tard.

Platine : Quand tu entends les reprises des titres de Goldman, comme ce "Pas toi" par Melgroove, qu'est-ce que tu en penses ?

Carole Fredericks : Je trouve ça bien. J'ai entendu également Alabina dans "Comme toi", c'est une merveille, cela m'a donné des frissons. Quand on a écrit une chanson, elle ne vous appartient plus, elle est faite pour être chantée par tout le monde, interprétée librement.

Platine : "Respire" est la seule chanson que Goldman a écrite dans cet album, contre deux dans le précédent. En tant que créatrice, seras-tu fière si un jour quelqu'un la reprend ?

Carole Fredericks : Ben écoute, oui.

Carole Fredericks respire enfin
Platine n° 65, novembre 1999


Patrick Simonin : Une chanson parmi les premières s'appelait "Comme toi" et qui, à la manière de Jean Ferrat qui avait chanté "Nuit et brouillard", est une chanson qui est entrée dans le hit-parade. C'est-à-dire faire entrer et faire comprendre des choses fortes, c'était notamment la Shoah, aux jeunes. C'est une chose que vous avez envie de faire ou de refaire ? Ferrat disait : je twisterais les mots s'il fallait les twister.

Jean-Jacques Goldman : Oui mais là c'est ce que je vous disais tout à l'heure. La démarche n'est pas la même. Dans "Nuit et brouillard", cela commence en disant : "ils étaient des millions, ils étaient des milliers, dans des wagons plombés" etc Enfin, il y a vraiment une vraie envie de parler des camps de concentration, de tout cela. Dans mon cas, c'est parti d'une photo dans un album de famille de ma mère. On peut très bien écouter cette chanson sans penser du tout que cela parle de cela. Donc, c'était juste un visage de petite fille qui m'a touché. Bon, c'est peut-être ma façon à moi de parler de ces choses-là de façon - on va dire - peut-être un peu plus imagée qu'une vraie thèse sur l'extermination.

Questions à Jean-Jacques Goldman
TV5, 20 novembre 1999


Michel Drucker : Dans votre répertoire, il y a une chanson que vous avez reprise, et que vous aimez beaucoup, de Jean-Jacques Goldman : "Comme toi". C'est un coup de foudre lorsque vous avez entendu la chanson ?

Ishtar : Je suis arrivée en France en 1992. J'avais une petite radio que j'écoutais souvent, du matin au soir. Il y avait deux chansons qui m'ont marquée. Il y avait une chanson de Diane Tell [elle chante "Si j'étais un homme"] et une autre de Jean-Jacques Goldman, "Comme toi". A l'époque, en 1992, je suis arrivée, je ne comprenais rien. La prononciation de "Comme" [elle insiste sur le "e"], pour moi, c'était "Comment". Je croyais que "Comment toi", c'était "Comment tu vas". "Comment toi, comment toi, comment toi", et je ne comprenais rien de la chanson. Après, quand j'ai bien compris les paroles, j'ai encore plus aimé, parce que les paroles m'ont beaucoup touchée. Je me suis promis que je la ferais un jour.

Tapis Rouge
France 2, 25 novembre 2000


B.P. : Une particularité dans votre nouvel album, c'est la multiplicité des styles musicaux. Cela va du zouk au disco, avec des styles un peu étranges tels la tarantelle. Est-ce-que cela veut dire que vous essayez cette fois-ci de dépasser les styles musicaux typiques du JJG que l'on connaît ?

Jean-Jacques Goldman : Disons que c'est la première fois que c'est revendiqué comme ça. Mais si vous regardez mes anciens albums, il y a les envolées tsiganes de "Comme toi", à côté de "Rouge" avec les Coeurs de l'Armée Rouge, mais également le style country-western de "Elle a fait un bébé toute seule" en passant par le zouk de "A nos actes manqués". On peut considérer que j'ai toujours été un petit peu un traître sur le plan du style, ou plutôt, un touche-à-tout. Disons que dans cet album, c'est revendiqué de façon plus claire.

Haute Tension
JFM, février 2002


Jean-Jacques Goldman : Quand j'ai écrit cette chanson, losque j'en ai eu l'idée, c'était en voyant non pas une photo de déporté que l'on a tous vue, de ces êtres décharnés avec des yeux brûlants, mais c'est en voyant dans l'album de ma mère une photo d'une petite fille normale. Je pense que ces enfants doivent apprendre, non pas en se disant que c'étaient des êtres à part comme l'on pourrait penser pour l'Ethiopie par exemple, où l'on ne se sent pas directement impliqué, mais en se disant 'cette petite fille, c'était nous'. Le fait de chanter cette chanson en pensant à côté de quoi on est passé et à côté de quoi on peut encore passer. On le voit justement avec les mises à sac des synagogues, etc. La sauvagerie est là, elle est à un millimètre de vernis au-dessus des gens. Ce millimètre s'est construit au bout de plusieurs siècles grâce à l'éducation. Bref, ce millimètre est juste là. Quand on prend l'exemple de la guerre d'Algérie, avec des Français "parfaits" ou même pendant les deux guerres. Lorsque l'on demande à une personne d'arracher les yeux à quelqu'un, il n'en faut pas beaucoup pour qu'elle prenne une pince et qu'elle le fasse. Il faut le savoir, donc si ces enfants ont pris conscience de ça, de l'actualité mais aussi à quel point ils ressemblaient à cette petite fille qui elle est devenue un squelette, ça, effectivement, c'est sublime. Si l'Allemagne a pu permettre par un concours de circonstances hallucinantes - puisque c'était une démocratie - qu'Hitler arrive au pouvoir, ce n'est pas par hasard. C'est parce qu'il y a eu des données objectives qui ont fait que tout à coup, ces gens-là ont pu supporter d'une façon ou d'une autre, que leur pays brûle six millions de personnes.

B.P. : Cela veut dire d'après vous que dans l'état actuel des choses, du moins la situation de haute tension dans laquelle nous vivons, qu'il pourrait y avoir dans dix ans, qui sait, une prochaine Shoah ou un autre massacre ?

Jean-Jacques Goldman : Tout est possible à partir du moment où ce vernis craque. Nous devons tous prendre conscience de ça et ne pas penser que fondamentalement, l'homme est bon. Il y a certainement des mesures à prendre sur le mode de l'éducation et de la répression. Il faut que l'on sache qu'il y a des choses interdites. Le plus étonnant dans ce qu'il se passe en France, excusez-moi, c'est lorsqu'on leur dit que ce n'est pas bien de faire brûler un clochard. Il y en a beaucoup qui ne sont pas au courant !

Haute Tension
JFM, février 2002


Raphaël Toledano : A propos de la chanson "Comme toi" qui évoque la Shoah, j'ai lu dans une vieille interview qu'elle vous avait été inspirée en partie par votre fille et par une photo dans un album de famille ?

Jean-Jacques Goldman : C'est ça, par les deux.

Raphaël Toledano : "Comme toi", c'était un message pour votre fille en fait.

Jean-Jacques Goldman : Oui. "Comme toi", c'est elle.

Raphaël Toledano : Et ce message, elle l'a compris ?

Jean-Jacques Goldman : Oui, elle l'a compris. Elle a compris qu'elle avait exactement les mêmes préoccupations que la gamine qui était sur la photo, c'est-à-dire quelle nouvelle poupée elle aurait ou que le petit copain lui avait souri.

Rencontre avec Jean-Jacques Goldman
L'Arche n° 535, septembre 2002


Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu



Cela doit bien faire six ou sept ans que je n'ai pas fait de commentaires de textes (j'ai passé le bac de français en 1989), mais je vais tenter de rassembler mes souvenirs pour construire quelque chose de cohérent (et de court !). L'idéal aurait été que je retrouve dans quelle académie et en quelle année "Comme toi" est tombée au bac, afin de retrouver un corrigé type. Mais bon, comme on n'est jamais mieux servi que par soi-même...

Les deux premiers couplets évoquent une photographie décrite par le narrateur / chanteur. C'est une photo de famille, prise un soir. Ce n'est pas une photo de très bonne qualité, mais elle est touchante, et transmet le bonheur vécu par cette famille. Le personnage principal (une demoiselle) jouit probablement d'une culture certaine, puisqu'elle apprécie Schumann et Mozart.

Le refrain nous ramène à une certaine réalité. Le narrateur (nous dirons Jean-Jacques Goldman, mais ce n'est pas nécessairement lui) compare la fille de la photo à une fille qui dort, peut-être la sienne. Elles sont semblables dans son esprit, et pour l'instant, le texte évoque plutôt le bonheur (si l'on parle de la chanson, c'est plutôt la nostalgie qui est le sentiment dominant, mais point de tristesse jusqu'ici).

Les troisième et quatrième couplets nous décrivent cette fille plus en détails. C'est une petite fille, comme toutes les autres petites filles, qui va à l'école, qui apprend, qui chante les contes et les comptines de notre enfance. Elle a des amis, comme tout le monde, et l'on apprend qu'elle est polonaise, probablement juive si l'on regarde les prénoms (Ruth, Anna, Jérémie ; elle s'appelle Sarah, comme le précise le cinquième couplet).

Le refrain nous ramène à nouveau à la fille que JJ regarde dormir.

Les cinquièmes et les sixièmes couplets sont les plus poignants, si l'on considère la chanson elle-même. Même le texte seul nous révèle la portée du message de "Comme toi". JJ oppose tout d'abord l'âge de Sarah, sa vie passée aux "autres gens". Un proverbe californien nous fait savoir que "everything before the but is bullshit ". Nous devons donc conserver "mais d'autres gens en avaient décidé autrement". Ces gens, les nazis qui ont exterminé la quasi totalité des Juifs polonais, méritent-ils le qualificatif de "gens" ? Est-ce que Sarah, si elle n'avait pas huit ans dans les années 40, peut être la tante de JJ, une cousine éloignée, une soeur dans le sens religieux du terme en tout cas ? L'opposition est accentuée dans le couplet suivant, qui est un cri du coeur, dans la chanson, et appuie sur la ressemblance entre les deux petites filles ("tes yeux clairs", "elle avait ton âge"), liées peut-être par un lien de parenté. Et la dernière ligne renvoie à la dernière ligne du couplet précédent : "mais elle n'est pas née comme toi ici et maintenant".

Et c'est probablement le message qu'il faut retenir de cette chanson. C'est peut-être la manière la plus émouvante et la plus forte d'évoquer la Shoah (l'extermination du peuple juif par les Nazis).

D'ailleurs, ce message est développé de manière plus détaillée dans "Né en 17 à Leidenstadt", où JJ évoque l'autre côté de sa généalogie. "Comme toi" fait référence à ses origines polonaises (par son père), mais "Né en 17 à Leidenstadt" (dont je rappelle que le lieu, utopique, signifie "ville de la douleur" en allemand) rappelle que sa mère est née en Allemagne. JJ aurait très bien pu naître 34 ans plus tôt, en Allemagne, au lieu de naître à Paris XIX en 1951. Un Allemand né en 1917 dans les ruines de la seconde guerre mondiale, dans l'humiliation des accords de Versailles qui ont ravagé l'Allemagne dans les années 30, atteint l'âge de 16 ans en 1933, l'âge de la révolte, mais surtout l'année où Hitler est arrivé au pouvoir. Ne peut-on pas comprendre ces jeunes à qui Hitler a donné des activités, une raison de vivre, des boucs-émissaires, l'espoir d'un lendemain meilleur ? De la même manière, Michael Jones s'imagine en ami de l'IRA, et Carole Fredericks en Blanche à Johannesburg.

Et le refrain fait taire les donneurs de leçon à bon compte :
"On saura jamais c'qu'on a vraiment dans nos ventres
Caché derrière nos apparences
L'âme d'un brave ou d'un complice ou d'un bourreau ?
Ou le pire ou le plus beau ?
Serions-nous de ceux qui résistent ou bien les moutons d'un troupeau
S'il fallait plus que des mots".
(Né en 17 à Leidenstadt)


Des questions, mais pas de réponses, car y en a-t-il seulement ?
"Et qu'on nous épargne à toi et moi si possible très longtemps
D'avoir à choisir un camp"
(Né en 17 à Leidenstadt)


Et trois ans plus tard, c'est "Frères"...

Pour finir, ne croyez pas que je justifie l'horreur nazie. Je comprends, avec JJ, comment le peuple allemand, et surtout les jeunes, ont pu suivre Hitler, lui qui était l'anti-thèse du peuple aryen dont il prônait la supériorité avec tant de hargne. C'est pourquoi il faut beaucoup de pédagogie vis-à-vis de la base (sinon cela donne "Peurs "). C'est pourquoi le message de l'extrême droite doit être combattu.

Jean-Michel Fontaine
Là-Bas, 19 janvier 1996



Je suis tout à fait d'accord : si le texte de "Né en 17 à Leidenstadt" donne à réfléchir, "Comme toi" fait appel aux sentiments les plus simples et en même temps, les plus profonds (comme la compassion...) la rendant d'autant plus humaine mais semblant liée à une mémoire collective (que d'allusions dans le simple solo de violon...) alors que "Né en 17..." évoque plutôt l'aspect individuel du nazisme (la force de cette idéologie ne provient-elle pas en effet de cette "collectivisation" des passions individuelles qui posent un problème fondamental à Goldman en tant que Juif, en tant qu'individu, en tant qu'humain ?). C'est cette capacité qu'a JJG de procéder par références et par allusions qui confère, à mon avis, à "Comme toi" sa "puissance" morale presque autant qu'une musique qui pose clairement le cadre d'un passé heureux qui sera à jamais affecté par cette expression du Mal humain jamais cité. Peut-être que cela procède de la volonté de généraliser le témoignage qu'il peut retransmettre à l'expression de la souffrance que constitue la conscience de "ce que l'Homme
[peut faire] à l'Homme". S'il ne s'engage pas officiellement, JJG préfère peut-être nous inciter à réfléchir aux questions qui le préoccupent, plutôt que de nous imposer ses réponses. Pourquoi l'artiste devrait-il être engagé ?

Patrick Praquier
Là-Bas, 22 mars 1996



Il n'y a pas à dire, JJG ne se perd pas dans les dédales des tabous qui ont pourtant été traités des milliers et des milliers de fois... Pas de tribunal, pas d'accusation puisque quoi qu'il en soit, on ne peut rien y faire mais seulement un hommage, une mise en mémoire... Pas de discours religieux, pas de "missionnât" juif... Qu'elle que soit la religion de cette fille, l'atrocité aurait été la même... Bref, un très bel exemple de tolérance sur un sujet d'intolérance !

Mais...
Mais...
Il y a ce truc qui gêne, je sais, c'est ça qui fait la valeur de cette chanson... et de l'auteur : je trouve Goldman, d'une nature normalement vraiment optimiste et réaliste, ici dans "Comme toi" particulièrement fataliste lorsqu'il dit : "c'était une petite fille sans histoires et très sage, mais elle n'est pas née comme toi ici et maintenant".

Je trouve cette chanson d'une part dure dans l'histoire qu'il évoque et qui s'est produite des milliers de fois pendant la Shoah, mais encore plus dure envers sa fille, qui, elle, a "la chance" de n'avoir pas vécu ça... Vous savez, c'est un peu comme le discours de nos parents, qui pensent que comme nous avons de meilleures conditions de vie matérielles, nous n'avons pas le droit de demander plus... Mais, pourquoi, alors ce message transparent de "surtout ne pas se résigner" !

Dorothée Bouquet
En passant, 18 décembre 2002



 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris