Parler d'sa vie sur Ulule
 

Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Juste quelques hommes

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Jean-Jacques Goldman
Compositeur : Jean-Jacques Goldman
Editée par : Editions J.R.G.

Version originale
Année : 1997
Interprétée par : Jean-Jacques Goldman
Distribuée par : Columbia / Sony Music

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
1997 Jean-Jacques Goldman K7 En passant COL 488791-4
1997 Jean-Jacques Goldman CD En passant COL 488791-2
1998 Jean-Jacques Goldman CD 2 titres COL 666 498-1
1998 Jean-Jacques Goldman CD En passant (Canada) CK91184 non disponible.
2000 Jean-Jacques Goldman 8 CD Intégrale 1990-2000 CD5 COL 498 836-2


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
2002 Gregorian CD Masters of Chant III Edel Records / Warner Music 5046620742

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Aucune adaptation connue.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

Après les brumes, où commence le ciel
Où les aigles reculent, où manque l'oxygène
Où les grands froids règnent même au soleil
Aux neiges éternelles
Où rien ne pousse, où les âmes s'éteignent
Où plus rien ne frissonne
Plus rien ni personne
Juste quelques hommes
Quelques hommes

Au fond des fonds aux entrailles des mers
Où les sirènes sombrent en leurs sombres repaires
Plus loin que loin, aux extrêmes des extrêmes
Où plus un être n'ose
Des astres éteints au sein des volcans même
Où les laves fusionnent
Ni rien, ni personne
Juste quelques hommes
Quelques hommes

Au plus sauvage, où renoncent les fauves
Dans les grands marécages où les humains pataugent
Au bout du mal, où tous les dieux nous quittent
Et nous abandonnent
Dans ces boues noires où même les diables hésitent
A genoux pardonnent
Juste quelques hommes
Quelques hommes justes
Quelques hommes justes

Les chansons sont souvent plus belles que ceux qui les chantent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu
bientôt...

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu



Lorsque j'attendais que la tournée "En passant" arrive à Lille, j'étais tout heureux à l'idée de voir, ou plutôt d'entendre la version live de "Juste quelques hommes", car qui dit "Tournée En passant" dit toutes les chansons de l'album En passant, donc cette chanson-là. Or, comme par hasard, cette chanson et "Les murailles" ne furent pas jouées. Génial... :-(

Des onze chansons de l'album, "Juste quelques hommes" est une des chansons les moins appréciées, les fans préférant de loin "Tout était dit" et "Quand tu danses". Bizarrement, moi je trouve que c'est la chanson de l'album la plus réussie, et c'est d'ailleurs la première que j'ai adorée.

Déjà, la musique est différente des autres chansons de "En passant" : toutes sont quasi-acoustiques (guitare etc ), mais "Juste quelques hommes" est l'exception : la musique est très "pinkfloydienne", comme dirait Erick Benzi, il y a beaucoup plus de synthé ce qui donne un air un peu surnaturel à la chanson, surtout les ondulations grandioses des nappes "Fantasia" (d'après une carte MICI, c'est le nom... ), on a un effet "planant" très saisissant, génial.

A chacun des trois couplets, il y a une atmosphère différente. Le premier évoque les hauts monts dépassant les nuages : "après les brumes, où commence le ciel".

Le second évoque les fonds océaniques "au fond des fonds, aux entrailles des mers". Le troisième évoque la jungle, plus qu'hostile "au plus sauvage, où renoncent les fauves". La montagne, la mer, la jungle : trois milieux que maîtrise très mal l'être humain. Et pourtant, même là, dans ses terres sauvages et à priori désertes, il y a "juste quelques hommes". Dans les montagnes, "où manque l'oxygène", dans les mers, "où les sirènes sombrent en leurs sombres repaires", et dans les forêts denses, "dans les grands marécages où les humains pataugent", il y a toujours quelques hommes. Certes dans des conditions épouvantables, mais ils sont là.

Mais qui sont ces quelques hommes, ces "juste quelques hommes" qui en fait sont "quelques hommes justes" ? Ce sont peut-être quelques hommes qui se battent pour des causes justes, qui font des actions justes. Des "gentils", quoi, style Gandhi ou Martin Luther King. Ce sont peut-être des moines tibétains des hauts monts de lHimalaya, des pêcheurs vivant sur les atolls du Pacifique, des tribus des forêts amazoniennes vivant en toute simplicité... Ce sont tous ceux qui ne vivent pas de la "Montagne de la Gloire", qui ne périssent pas dans les "abîmes de la Finance" et qui ne sont pas des animaux de la "jungle urbaine".

Dans un monde où règne la loi du plus puissant, du plus riche et du plus fort, il y a encore quelques hommes justes. Et on y trouve aussi bien Gandhi que le concierge toujours serviable ou... l'instituteur du clip de "Nos mains". Après tout, en apprenant aux enfants les choses de la vie, c'est un homme juste aussi...

Benjamin Broucke
En passant, 27 septembre 1999



Il est terrifiant de voir que tous les jours des tas d'hommes sont capables de dépasser les limites de l'inacceptable. Mais il est d'autant plus formidable de penser que quelques hommes sont capables de dépasser les limites du merveilleux.

Yann Le Quiniou
En passant, 4 février 2003



 



"Juste quelques hommes..."

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris