Parler d'sa vie sur Ulule
 

Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Patinoire du Littoral, Neuchâtel (Suisse) -
9 mai 1998

Récit par Laure-Emilie Rey :

Avertissement : ce récit est de loin pas exhaustif ! ! !

On est arrivés à Neuchâtel vers 17 heures (non, on s’est pas pressés). Il y avait déjà un peu de monde mais ça allait. Ensuite on a attendu jusque vers 18 h 15, qu’ils ouvrent les portes. Ça s’est très bien passé (il faut dire qu’ils nous faisaient entrer au compte-gouttes, et qu’ils nous avaient dit qu’il ne fallait pas pousser, que l’artiste - c’est qui déjà ? ? ? - avait voulu que la salle ne soit pas pleine, etc...). Ils auraient pu dire aussi qu’on pouvait prendre des appareils photos, je croyais qu’on n'avait pas le droit ! ! ! Dommage.

Ensuite, 2 heures d’attente à voir la salle se remplir gentiment. Enfin, à 20 h 15, il y a un bonhomme qui monte sur scène ; il paraît qu’il s’appelle Richard (mais ça, il va nous le dire plus tard). Il commence à filmer le public, faire des gros plans et met des petits messages genre "prouvez-le" ou bien "concours de grimace" et finalement "il paraît qu’il y a une deuxième partie?", "on lui laisse sa chance ?"

Attente de quelques minutes où la scène est toute noire et enfin apparaît Jean-Jacques seul avec sa guitare. Il commence par On ira et la chanson finit par "je viendrai peut-être vous chercher / et pourquoi pas ce soir à Neuchâtel ?"

Ensuite il continue avec Bonne idée, La vie par procuration et Ne lui dis pas. Enuite il s’arrête un moment et nous explique comment ça va se passer : "Dans une dizaine de chansons, il y en aura une qui s’appelle Quand tu danses: là ce sera la fin de la partie accoustique et c’est là que va se passer le principal artifice de la soirée : ON VA SE LEVER ! et ce sera la partie électrique, ca fera beaucoup de bruit ! ! !" (en effet !)

Bon, ensuite, j’ai pas retenu l’ordre des chansons. J’ai beaucoup aimé Pas toi, toute la salle était écoulée de rire avec les versions reggae, rap, etc. Les jeux de lumière et les films aussi étaient super (pour toutes les chansons en général).

A un moment, c’était dans Je te donne, Michael Jones a perdu momentanément la voix, en plus, c’était quand il était filmé en gros plan et Goldman devait enchaîner immédiatment, alors Jean-Jacques a été un peu dérangé et on le voyait lui aussi en gros plan (c’était son tour) en train de rire (vous suivez ? ? ?). Mis à part ça, le concert s’est super bien déroulé.

On a aussi eu droit à un bel orage au début de Il suffira d’un signe avec des éclairs, de la neige, du vent, la totale, quoi !

A la fin, il nous dit : "Maintenant, je vais chanter une chanson que vous connaissez tous bien". Et le public commence à lui dire des titres et à chaque fois il répond "On la connait plus celle là". Finalement, il commence à jouer seul quelques accords de guitare (les musiciens sont descendus avec leur scène, j’ai pas dit mais il y avait un système qui faisait descendre ou monter les musiciens tandis qu’ils étaient en train de jouer : GRANDIOSE) et part sur Pour que tu m’aimes encore. Il quitte la scène en brandissant sa guitare mais c’était visiblement difficile pour lui de nous quitter, il allait et venait sur la scène et finalement il a disparu.

Merci Monsieur Goldman.

Laure-Emilie Rey

12 mai 1998
Tous droit réservés

Retour à la tournée

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris