Les plus belles citations de Jean-Jacques Goldman
Tout sur l'actualité de Jean-Jacques Goldman
La vie de Jean-Jacques Goldman, de ses origines à aujourd'hui
Tout sur les chansons de Jean-Jacques Goldman
Tous les albums de Jean-Jacques Goldman
Tous les DVD et les cassettes vidéo de Jean-Jacques Goldman
Toutes les tournées de Jean-Jacques Goldman depuis 1983
Interviews, essais, livres
Robert Goldman : l'autre Goldman
Pierre Goldman : le dossier
L'histoire des Restos du Coeur et les tournées des Enfoirés
Les sondages de Parler d'sa vie
Listes de discussion et de diffusion, liens, adresses utiles, recommandations
Goodies : Jeu, fonds d'écran, humour...
Le livre d'or de Parler d'sa vie
Le pourquoi de tout ça...

Un goût sur tes lèvres

Où trouver ce titre Retour au menu

Auteur : Jean-Jacques Goldman
Compositeur : Jean-Jacques Goldman
Editée par : JRG

Version originale
Année : 2001
Interprétée par : Jean-Jacques Goldman
Distribuée par : Columbia / Sony Music

 

Reprises O trouver ce titre Retour au menu

Année Interprète Support Référence Pochette
2001 Jean-Jacques Goldman CD Chansons pour les pieds COL 504 735-2


Adaptations trangres Reprises Retour au menu

Aucune reprise connue.

Je connais une reprise qui ne figure pas ici !

Paroles Adaptations trangres Retour au menu

Aucune adaptation connue.

Je connais une adaptation qui ne figure pas ici !

Paroles Liens sponsoriss Retour au menu

Les chansons sont souvent plus belles... Paroles Retour au menu

C'est un goût sur tes lèvres, juste après les baisers
Une amertume à peine devinée

Combien de coups, crois-tu avant que tu dénonces ?
Combien de peurs avant de supplier ?
Combien de jours de faim, as-tu la réponse ?
Avant de te battre, avant de ramper
Combien de pouvoir, avant d'en abuser ?
De désillusion avant de quitter ?
Combien d'alcool pour tenir à la mine ?
De chantage avant que tu ne t'inclines ?

C'est un goût sur tes lèvres, juste après les baisers
Une amertume à peine devinée
Rien qu'un goût sur tes lèvres, qui es-tu, n'es-tu pas ?
Peut-être plus ou bien moins que tu crois

Combien d'années pour élever un enfant ?
Mais pour l'égorger c'est juste un instant
Combien de rêves en route abandonnés ?
D'"automensonges" pour se contenter ?
Combien de verres pour que tombe ton masque ?
Combien de faux adieux, de come back ?
Combien d'échecs avant que l'on comprenne ?
Et d'autos brûlées pour voter FN ?

C'est un goût sur tes lèvres, juste après les baisers
Une amertume à peine devinée
Rien qu'un goût sur tes lèvres une infime méfiance
Qui se cache sous les apparences ?
Un goût sur tes lèvres, rien qu'un goût sur tes lèvres
C'est un goût sur tes lèvres

Combien de temps pour la routine en amour ?
Aux hôpitaux pour ne plus dire bonjour ?
Combien d'images pour être concerné ?
Quel quota d'étrangers pour s'intégrer ?
Combien de pressions pour lâcher tes principes ?
Et de désirs pour tromper et mentir ?
Combien de solitude sans appel au secours ?
De "tout le monde le fait" pour faire à ton tour ?
Combien d'argent, de succès pour changer ?
Combien de cons contre un seul à lyncher ?
Combien de mots pour blesser ou guérir ?
Combien d'espoir avant un bidonville ?

Combien ?

A ton avis ?

Combien ?

C'est un goût sur tes lèvres, juste après les baisers
Une amertume à peine devinée
Rien qu'un goût sur tes lèvres, qui es-tu, n'es-tu pas ?
Peut-être plus ou bien moins que tu crois

C'est un goût sur tes lèvres, rien qu'un goût sur tes lèvres
Qui es-tu, n'es-tu pas ?
Qui es-tu, n'es-tu pas ?

Les chansons sont souvent plus belles que ceux qui les chantent Les chansons sont souvent plus belles... Retour au menu
bientôt...

Les chansons appartiennent  ceux qui les coutent Retour au menu



1. Approche textuelle
 
Rien de spécial à dire sur ce plan là. C'est certainement la chanson la plus "engagée" de l'album avec "Les choses" (entre guillemets car ça reste gentil ; c'est quand même pas "Miss Maguy" de Renaud). Enfin, toujours est-il qu'elle dénote au regard des autres chansons de l'album plus dans le style "ambiance" ou "portraits". Je laisse de côté "C'est pas vrai" pour le côté "critique engagée" ; ce n'est jamais qu'un catalogue d'expressions toutes faites dont le principe avait été amorcé avec "Elle avait 17 ans" sur "Rouge".
 
De la même façon, "Un goût sur tes lèvres", chanson un peu cynique, lucide aussi, reprend un thème déjà abordé sur un album précédent : "Né en 17 à Leidenstadt" par Fredericks-Goldman-Jones, à savoir une somme de questions (ici "Combien, combien...") que l'on retrouve là sous une autre forme ("Si j'étais... si j'avais..., aurais-je...?") et qui peuvent se condenser en une seule : "Et si j'étais né... aurais-je été meilleur ou pire que ces gens ?". Le texte est une suite d'exemples déclinés en vue de la démonstration.
 
2. Approche musicale
Là encore, rien de particulier. On est bien dans le genre R&B "classique" (style Aretha - pas la soupe qu'on sert aujourd'hui sur MTV). Guitare, piano, caisse claire, cuivres et c'est parti... y'a pas à dire, ça bouge bien ! D'ailleurs Jean-Jacques aurait pu appeler "Chansons pour les pieds" "En dansant"... cela aurait été marrant...
 
Bref, on retrouve tout à fait l'ambiance de Fredericks-Goldman-Jones. Comme cela a déjà été signalé, le lien de parenté avec "Vivre cent vies", "Un, deux, trois" et "Je l'aime aussi" est assez évident, genre musical oblige. Rien de plus à ajouter car contrairement aux cinq chansons précédentes de "Chansons pour les pieds", la musique de "Un goût sur tes lèvres" ne raconte pas une histoire, elle est là pour swinguer et servir de support au texte.
 
3. Exégèse : toujours le même principe, en écoutant la chanson, mais cette fois je reprends le principe de "l'arroseur arrosé" dont je parlais dans mon précédent message.... en référence aux multiples interventions de Jean-Jacques Goldman et ses difficultés à se positionner...
 
Dis Jean-Jacques : "Un goût sur tes lèvres", chanson autobiographique ?
(A prendre au second degré bien sûr ; qui aime bien châtie bien !...) ;-)
 
C'est parti...
C'est un goût sur MES lèvres, juste après le CD
Une amertume à peine devinée...
 
Combien de doutes, crois-tu avant que je dénonce ?
Combien d'erreurs avant de signaler ?
Combien de jours d'écoute, as-tu la réponse ?
Avant que je craque, avant de céder
Combien de regrets, avant d'en reparler ?
De désillusion avant de quitter ?
Combien de rôles pour faire du marketing ?
De faux messages pour prouver que ça swingue ?
 
C'est un goût sur MES lèvres, juste après le CD
Une amertume à peine devinée
 
Rien qu'un goût sur MES lèvres, qui es-tu n'es-tu pas ?
Peut-être plus ou bien moins que JE crois
 
Combien d'années pour ces chansons pour les pieds ?
Mais pour me séduire, il faut pas tricher
Combien de fans en route abandonnés ?
Et d'interviews pour dire la vérité ?
Combien de masques devant le vrai Jean-Jacques ?
Combien de pub TV, de play back ?
Combien de temps, avant que tu comprennes
Que si je blasphème, c'est "parce que je..." t'aime ?
 
C'est un goût sur MES lèvres, juste après le CD
Une amertume à peine devinée
Rien qu'un goût sur MES lèvres, une intime méfiance
Qui se cache sous les apparences ?
 
Un goût...
 
Combien de temps pour la routine en toute chose ?
Aux pop-rockstars pour ne plus dire grand chose ?
Combien d'images, de bons points à gagner ?
Quel quota de Goldman en variété ?
Combien de pressions pour gâcher ta musique ?
Et de désirs pour tromper ton public ?
Combien de certitudes, sans quelque aller-retour ?
De "tout l'monde le fait" pour faire à ton tour ?
Combien d'argent, de succès pour changer ?
Combien de bons contre un seul à lâcher ?
Combien de mots pour que je change d'avis ?
Combien d'espoir avant "je l'aime aussi" ?
 
Combien ? A ton avis ? COM-bien ?...
(Un goût sur mes lèvres)

Moïse ROTAT
En passant, 23 janvier 2002



 

Liens sponsoriss Retour au menu

- Signaler une erreur Ajouter à mes favoris